juin 29, 2022

Nez Rouge

De : Erik Canuel

Avec Patrick Huard, Michèle-Barbara Pelletier, Pierre Lebeau, Dany Laferrière

Année : 2003

Pays : Canada

Genre : Comédie

Résumé :

Après avoir été trouvé ivre au volant, un critique littéraire doit travailler, durant le temps des fêtes, pour Opération Nez rouge avec une auteure, dont il a sévèrement critiqué une pièce de théâtre, et son avocat plutôt étrange qui propose de l’aider. Le critique ne reconnaît pas tout de suite l’écrivaine, alors que celle-ci cherche à se venger de lui. Se sentant tomber amoureuse, elle laisse peu à peu tomber ses plans de vengeance.

Avis :

Réalisateur assez méconnu chez nous, Erik Canuel est un réalisateur qui au Canada tourne beaucoup et dont les films, pour quelques-uns, sont de beaux succès dont le génial « Bon cops, Bad cops« , qui s’est même inscrit comme le plus gros succès commercial de l’histoire du Canada. Mais bien avant ce succès-là, Erik Canuel a commencé dans le clip, puis la publicité, avant de passer à la télévision avec quelques épisodes par-ci par-là, pour enfin arriver dans les salles obscures avec « La loi du cochon« .

Après le drame qu’est « La loi du cochon« , pour son deuxième film, Erik Canuel a décidé de s’aventurer dans la comédie, et pas n’importe laquelle puisqu’il s’aventure dans la comédie de Noël. Oui, le traditionnel film de Noël avec tout son lot de bons sentiments et de petits drames convenus qui se résolvent à la fin. Ce genre de petit film qu’on connaît par cœur et qui fait son petit effet, surtout pendant ces deux derniers mois de l’année. S’il devait y avoir un cahier des charges du film de Noël traditionnel, alors il est certain que « Nez Rouge » coche toutes les cases et sans être un bon film, ni un mauvais, ce cru 2003 de Erik Canuel se laisse gentiment regarder avec sympathie, pour s’oublier quelques jours plus tard…

Félix Legendre est critique littéraire. Un soir, lors d’un contrôle de police, il est arrêté ivre au volant. Après un jugement pour éviter la prison, Félix doit faire du bénévolat pour l’association nez Rouge. Cette dernière consiste à récupérer des gens à la sortie de boite de nuit, ou autres restaurants et soirées, et les raccompagner chez eux. Félix va faire équipe avec Céline, une jeune auteure qui s’apprête à sortir son premier roman. Une jeune auteure qui a déjà écrit une pièce de théâtre que Félix avait littéralement démonté scène par scène… Autant dire que pour Céline, travailler avec Félix qui ne la reconnaît pas, c’est une aubaine pour se venger.

Le film de Noël, c’est un genre à lui tout seul, et c’est surtout un genre qu’on connaît par cœur. Peu de films arrivent à sortir du lot, au point qu’on aurait envie de dire qu’une fois qu’on en a vu deux ou trois, à peu de choses près, on les a tous vu, et « Nez Rouge » fait partie de ceux qu’on a vu. Certes, le film est attachant et il est bien fichu, mais il n’y a aucune surprise qui vient bousculer cette petite romance à base de « je t’aime moi non plus ».

« Nez Rouge« , c’est un scénario qui est cousu de fil blanc. Franchement, Erik Canuel ne brille absolument pas par l’originalité de son film. Ici, on voit tout arriver, on sait tout, comment et même pourquoi. Que ce soit les personnages, les intrigues, les petits coups en douce, les excuses et la morale, tout est déjà vu et au-delà de ça, tout se passe exactement comme ça doit se passer. On appréciera quand même l’humour, notamment venant de cette association qui emmène ses personnages vers des cas assez tordants. On appréciera aussi ces personnages. Des personnages qui sont noyés dans les clichés, mais malgré ça, Erik Canuel arrive à capturer quelque chose entre eux. Puis s’ils fonctionnent si bien, c’est grâce à ces comédiens, entre un Patrick Huard excellent dans le rôle du mec qui va se recentrer sur ses priorités (c’est cliché !) et Michèle-Barbara Pelletier, tout aussi excellente dans le rôle de la fille un peu gauche qui ne désire que se venger, alors qu’elle sait elle-même qu’elle tombe en amour. Ces deux comédiens sont vraiment tout l’intérêt de « Nez Rouge« . Ils sont ce qui rend le film sympathique au final.

Pour le reste, on ne trouvera pas grand-chose à retenir. Le rythme est chouette, l’humour parfois bien fichu et d’autres fois plus fade. L’ambiance de Noël est joliment rendue, mais il n’y a rien de plus et finalement, ce film ressemble de ce côté à tout ce qui a déjà été fait. La mise en scène est très téléfilm. Erik Canuel s’aventure à oser quelques allégories et métaphores, dont on cherche encore le pourquoi.

En fait, il n’y a pas grand-chose à dire et retenir de ce « Nez Rouge« . Typique, le film de Erik Canuel divertit sur l’instant, amuse et anime une soirée à l’approche des fêtes. « Nez Rouge » tient beaucoup grâce à ces excellents comédiens, ou encore pour nous, tout le folklore canadien, mais hormis ce divertissement à l’instant T, « Nez Rouge » est oubliable, et s’oubliera d’ici quelques jours.

Donc si vous aimez les films de Noël, et surtout des films « qu’on n’a pas encore vu », car c’est assez rare de tomber sur « Nez Rouge » (même s’il n’y avait pas Patrick Huard au casting, je ne serais sûrement jamais tombé dessus), vous pouvez vous laisser tenter, le moment n’est pas désagréable.

Note : 11/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.