juin 23, 2021

Depeche Mode – Spirit

Avis :

Fondé à l’aube des années 80, Depeche Mode est un groupe que l’on qualifie de New Wave, voire de Synthpop, et qui a connu un succès fulgurant dans les années 80 et 90. Véritable phénomène dans le monde de la musique, le groupe de Dave Gahan a su insuffler un renouveau dans un genre un poil désuet, mettant en avant des riffs de guitare intéressants alliés à un son électro teinté de clavier assez lourd et aérien. Et c’est avec des succès tels que Just Can’t Get Enough, Personal Jesus, Policy of Truth ou encore Enjoy the Silence que le groupe s’est imposé sur la scène internationale, arpentant une sonorité unique et une rythmique lancinante profondément hypnotique. Mais comme tout groupe qui dure et perdure, Depeche Mode a connu des hauts et des bas dans sa carrière, notamment à la fin des années 90 avec la tentative de suicide de Dave Gahan, ainsi que ses nombreuses addictions. Sortant régulièrement un album tous les quatre ans, le groupe britannique revient aujourd’hui sur le devant de la scène après l’excellent Delta Machine qui était paru en 2013, et le moins que l’on puisse dire, c’est que le groupe est inspiré, proposant un album sombre, inspiré par l’élection d’un certain Donald Trump.

La production de cet album est assez intéressante, car elle fut inspirée par les élections américaines et même si le groupe reconnait ne pas connaître de problèmes d’argent et de faire un peu bourgeois en critiquant un système politique qui ne leur créera pas d’ennui, il faut reconnaître que cela est une crise mondiale et que les retombées peuvent dangereuses. On peut donc aisément comprendre que des artistes comme Depeche Mode ait eu envie de faire un album cynique, dur dans ses thématiques et prenant appui sur des faits qui peuvent se révéler catastrophique sur le long terme. Ainsi donc, l’album débute avec Going Backwards. Le titre est ultra efficace, mettant en avant des beat lourd et puissant, se connectant parfaitement avec la voix de Dave Gahan. Les paroles sont relativement acerbes concernant l’humanité, disant que l’on n’a pas évolué et même pire, que nous revenons en arrière. Des réflexions qui continuent dans le second morceau, Where’s the Revolution, qui questionne sur l’inactivité du peuple, qui se laisse marcher sur la tronche par les puissants, les dirigeants qui n’ont rien à faire du petit peuple. Ainsi donc, avec un son unique entre rock et électro, le groupe propose quelque chose d’assez profond et surtout de très politique. Au niveau musical, le groupe arrive à se renouveler sans cesse, même si le rythme de l’album est souvent identique, avec des passages assez lents, mais terriblement envoûtants.

On peut donc citer Poison Heart, qui résonne comme un message d’amour déchu avec une rythmique lente, mais scandée avec brio afin de devenir un incontournable de l’album. On peut aussi évoquer The Worst Crime, un titre très lent, très minimaliste, mais ultra efficace dans son message et dans sa façon d’accrocher l’auditeur. On est très loin de la pop moderne et le groupe fournit vraiment un titre hybride, mais intelligent et diablement enregistré. Au rayon des morceaux les plus accessibles, on peut citer No More (This is the Last Time), un titre à la mélodie parfaite qui prend directement aux oreilles et qui semble être le titre le plus structurellement simple. Sauf que la simplicité de Depeche Mode fait mouche et montre un talent toujours intact, notamment quand il faut faire ressentir certaines émotions. A l’instar de Cover Me, un morceau là aussi minimaliste, mais qui touche au plus profond. D’autres titres seront prenants même si plus difficilement accessibles pour les profanes, comme You Move, un titre écrit par Dave Gahan lui-même et qui se veut relativement sensuel ou encore Scum, plus virulent et aux paroles bien plus crues. Le seul gros reproche que l’on peut faire à cet album, c’est qu’il a tendance parfois à faire dans la redite, notamment au niveau de la rythmique, Depeche Mode servant un album assez lent, aux sonorités électro très prononcées et à l’aura assez sombre, pour ne pas dire désenchantée. On peut donc ressentir un certain ennui au bout de plusieurs écoutes, même si cela reste fugace, car on est rattrapé par des moments plus discrets que l’on ne découvre qu’après plusieurs écoutes.

Au final, Spirit, le quatorzième album de Depeche Mode est une jolie réussite et prouve que le groupe est toujours présent sur la scène internationale. Si certains lui reprocheront son manque d’innovation au sein même du groupe, manquant de renouvellement, le groupe reste une valeur sûre du synthpop et de la New Wave, genre en plein déclin aujourd’hui et qui trouve comme une résurrection avec la formation britannique. Bref, un excellent album qui fait fi des conventions pop actuelles et c’est tant mieux.

  1. Going Backward
  2. Where’s the Revolution
  3. The Worst Crime
  4. Scum
  5. You Move
  6. Cover Me
  7. Eternal
  8. Poison Heart
  9. So Much Love
  10. Poorman
  11. No More (This is the Last Time)
  12. Fail

Note: 17/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.