juillet 20, 2024

The Stag

13084198_1304486412898098_1213163699_n

De : John Butler

Avec Andrew Scott, Hugh O’Connor, Peter MacDonald, Brian Gleeson

Année: 2013

Pays: Irlande

Genre: Comédie

Résumé:

Un weekend entre hommes dans les grandes forêts à l’ouest de l’Irlande ne se passe pas comme prévu.

Avis :

« The Stag » est le premier long métrage de John Butler destiné au cinéma. Après une quinzaine d’années de carrière où le réalisateur a surtout travaillé pour la télévision irlandaise avec des séries ou des téléfilms, il a enfin réussi à trouver le chemin des grands écrans.

« The Stag » ou « The Bachelor Weekend » (ça dépend, vous pourrez le trouver sous ces deux noms) est une très bonne comédie dramatique encore inédite chez nous. Très bien accueilli en Irlande et en Angleterre, ce premier film de John Bulter vaut amplement le détour, si vous avez envie de passer une bonne petite soirée devant un film à l’humour ravageur en compagnie d’une bande de potes.

13054409_1304486512898088_1678981216_o

Fionnán est un jeune trentenaire qui va se marier avec la femme de ses rêves. Mais Fionnán n’est pas un mec comme les autres. Soucieux des détails, l’organisation de son mariage l’accapare trop, ce qui a tendance à embêter sa future femme, qui aimerait bien qu’il se détende un peu. Fionnán ne veut pas entendre parler d’un enterrement de vie de garçon, car il trouve ça vulgaire, mais sa femme réussit à convaincre son meilleur ami, Davin, d’organiser un weekend de randonnée dans la campagne irlandaise. Un weekend qui sera comme un enterrement de vie de garçon, mais en plus tranquille. Si Fionnán y est d’abord opposé, il se laisse convaincre. Fionnán va donc passer un bon weekend avec ses potes, son frère et le mec de ce dernier. Mais voilà, alors que le weekend s’annonçait parfait, Ruth, la femme de Fionnán, leur impose son frère. Un homme dont le surnom à lui seul définit l’imprévisibilité du type… Ce mec, c’est La Machine…

Le cinéma anglais, écossais ou irlandais a ce petit naturel et cette petite simplicité en plus qui fait bien souvent de leur cinéma une très belle réussite. Ici, par exemple, John Butler aborde l’enterrement de vie de garçon qui se barre en vrille, c’est un sujet qu’on a déjà vu et revu mainte et mainte fois au cinéma. Et même si le concept reste amusant et souvent bien fait, ces films ont un peu tendance à se ressembler. Mais quand c’est un irlandais qui s’en occupe, même si forcément le film ressemble aux autres au départ, il y ajoute un petit quelque chose qui fait que le film sera différent.

Avec « The Stag« , plus qu’un enterrement de vie de garçon, le réalisateur va faire un film sur l’amitié, son évolution, et ce que l’on est capable ou non de faire ou de dire au nom de l’amitié. « The Stag« , même s’il est parfois, voire même tout le temps très drôle, sera dans le fond très sérieux, et surtout un film très touchant, qui déborde d’émotion. Le film parle bien entendu de l’amour, mais aussi des liens qui unissent les gens. Il parle de l’appréhension du mariage. Le réalisateur parlera subtilement de l’homosexualité. Il parlera aussi des regrets qu’on tait par amour pour un pote. Le film aborde aussi le retour aux sources, les plaisirs des choses simples l’espace d’un weekend, même si pour cela, il va falloir passer par quelques déconvenues. John Butler a su trouver le ton juste pour mélanger le drame et le comique. Plus le film avance, plus le weekend déraille et plus ces personnages vont réapprendre à s’amuser, si bien qu’un weekend désastreux comme celui-ci devient l’un des plus beaux souvenirs d’une vie. Le scénario est génial, car il fait évoluer chaque personnage. Et finalement, des gens qu’on ne supporte pas, ces gens dont on se fait un avis sans vraiment le connaitre, sans gratter pour découvrir ce qui se trouve sous la grande gueule, comme ici La machine, deviennent peu à peu ceux dont on ne pourra plus se passer et ça, même si leur défaut sont quand même présents. Et c’est ça qui est génial ici, car le film fait basculer les avis naturellement. Le tout reste drôle et divertissant, tout en sonnant juste et vrai. Le réalisateur fait simple, et ça nous parle, en plus de fonctionner très bien à l’écran.

« The Stag » est bien entendu une bonne comédie qui passe bien vite. Les gags sont bien trouvés, les situations sont bien comiques, le film nous offre son lot de loufoqueries qu’on aimera et surtout qui nous feront bien marrer. Après, c’est vrai que certains gags seront un peu abusifs, je pense notamment au lancement de clef. John Butler nous a aussi concoctés des dialogues aux petits oignons et des personnages forts. Le best of du film étant le rapport avec U2, dont l’un des personnages est fan alors qu’un autre déteste. Le tout donne un discours hilarant d’improbabilité.

Enfin, cette belle bande de potes est incarnée par une très belle brochette de talents irlandais. Fionnán est très bien campé par Hugh O’Connor. L’acteur apporte beaucoup de subtilité à ce personnage presque ambigu ou du moins très précieux. On retrouve les excellents Andrew Scott, qui sera vraiment très touchant dans le rôle du meilleur ami et témoin et Brian Gleeson qui avec son cheveu sur la langue est vraiment drôle. Puis il y a Peter McDonald dit La Machine, un personnage totalement dingue et irresponsable, qui va nous réserver de sacrés moments, mais qui en fin de compte se révèle touchant et très juste.

13072207_1304486582898081_845927303_o

« The Stag » est donc une très belle surprise, un très beau coup de cœur. C’est un film découvert totalement par hasard. C’est un film devant lequel on passe un très bon moment en compagnie de personnages tous plus touchants les uns que les autres. Puis, c’est un film qui, de par les sujets qu’il aborde, sous couvert d’une comédie, s’avère être en fait un vrai film, juste, beau, tendre et vraiment touchant. C’est un film qui ressemble à tout le monde et John Butler a très bien su trouver la frontière pour nous faire marrer autant que nous serrer la gorge. Bref, « The Stag » est un coup de cœur à l’Irlandaise.

Note : 17/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Vi_JVWbPBj8[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.