mai 11, 2021

Les Amants Criminels

De : François Ozon

Avec Natacha Régnier, Jérémie Renier, Miki Manojlovic, Salim Kechiouche

Année : 1999

Pays : France

Genre : Drame, Thriller

Résumé :

Alice et Luc, deux adolescents, décident de commettre un meurtre et assassinent Saïd, un camarade de classe. Aussitôt fait, ils s’enfuient dans une forêt enterrer le cadavre. Là, ils font la rencontre de l’homme des bois. Inspiré d’un fait divers le réalisateur fait se télescoper le monde violent de la réalité avec le monde fantastique et symbolique des contes de fées.

Avis :

Après une tonne de courts-métrages sur une dizaine d’années, François Ozon a livré un premier film fou, « Sitcom« . Un premier long bien accueilli qui lance la machine Ozon, pour ne plus jamais l’arrêter. Avec une moyenne d’un film par an, François Ozon est infatigable et ça, depuis le début de sa carrière, puisque moins d’un an après son premier long, François Ozon revenait déjà avec un second film. Un film diablement différent de son premier.

Si son premier film était une comédie complément absurde, avec « Les amants criminels« , François Ozon revient là avec un film sombre, noir, violent, dur et glauque. Fini la rigolade, Ozon change de style, d’univers et s’aventure dans un film malade et perdu. Un film meurtrier qui aborde une jeunesse à la dérive en perte totale de repères. Avec ce second film, François Ozon démontre une envie de toucher à tout, quitte à déranger et ces « … amants criminels » est bien dérangeant dans son genre.

Alice et Luc sont deux adolescents de dix-sept ans qui s’aiment. Alice et Luc sont deux adolescents comme les autres, sans histoire. Et pourtant, Alice et Luc vont commettre un meurtre et tuer avec préméditation l’un de leur camarade de classe. Vengeance, quête de liberté, envie de voir s’ils peuvent s’en sortir, ou simple manipulation ? Le couple s’enfuit afin d’aller enterrer le corps dans une forêt. Dans la forêt, ils font la connaissance d’un homme.

Qu’il est dérangeant ce second film de François Ozon. Thriller hybride qui se loge entre le drame social et adolescent, le film érotique malsain, et le conte de fée décalée et onirique, « Les amants criminels« , de par son ambiance, son histoire ou encore sa réalisation, ne laissera pas indifférent.

Inspiré d’un fait divers, François Ozon livre un film aussi radical qu’il est intéressant à plusieurs points de vue.

Le premier élément qui arrive en tête, c’est ce scénario diabolique et calibré qui est bien plus riche et osé que la simple cavale d’un couple d’ados criminels.

Ici, de manière très dure, le réalisateur aborde ces ados en mal de sensations, qui s’ennuient et sont prêts à tout, même au plus fou, afin de sortir de la routine et s’offrir des sensations fortes. Ici, les sensations sont le meurtre prémédité d’un camarade, jugé trop arrogant. La peinture que dresse Ozon est lourde, en souffrance, et quasi-déconnectée de la réalité. On est fasciné par cette histoire hors norme, et grâce à une mise en scène judicieuse, faite de flashbacks, Ozon nous livre le pourquoi du comment de cette histoire.

De plus, « Les amants criminels » est un film ambigu, qui mêle de manière assez étonnante sexualité, désir, érotisme (dans sa mise en scène qui est parfois crue), premiers émois et meurtre. Plusieurs scènes et plusieurs phrases sont lourdes de doubles sens, ce qui rend le film encore un peu plus fascinant.

Comme à son habitude, Ozon évoque l’homosexualité et le fait ici de manière très différente de ses autres films. On sera aussi dérouté qu’intrigué à travers le déroulé de son histoire et des relations qui se lient entre les personnages.

Des personnages qui sont tous excellents et excessivement bien interprétés par une bande de jeunes comédiens (aujourd’hui très connu), ô combien talentueux. Jérémie Renier et Natacha Régnier fascinent dans des rôles difficiles. Salim Kechiouche, même s’il apparaît peu, crève l’écran. Et puis au milieu d’eux, il y a l’énigmatique Miki Manojlovic qui apparaît plus inquiétant que le couple de criminels et pourtant, le plus sombre de tous ne sera pas celui qu’on croit.

« Les amants criminels » reste aussi étonnant, car derrière les trois-quarts de son film, sombre, François Ozon a aussi décidé d’en faire un film qui s’approche d’un conte de fées. Alors certes, le conte est glauque et macabre, mais parfois, il a aussi des allures de jardin d’Eden, ce qui fascine autant qu’il déstabilise.

« Les amants criminels » est un film noir. C’est un thriller malsain, érotique, pervers, et en même temps d’une effrayante crédibilité. Original et intéressant, François Ozon bouscule la monotonie du cinéma français, osant aller dans les tabous et ça, depuis le début de sa carrière. Et après un premier film intéressant, « Les amants criminels » confirme tout le bien qu’on pensait de François Ozon et l’avenir nous a prouvés que le réalisateur a bien tenu les promesses placées en lui.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.