Ma Vie est un Enfer

18463804.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Josiane Balasko

Avec Josiane Balasko, Daniel Auteuil, Richard Berry, Jean Benguigui

Année : 1991

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

La naïve et complexée Leah signe par erreur un pacte avec le diable Abargadon. Mais elle est sur les listes du Paradis, aussi l’Archange Gabriel intervient-il pour causer la perte du démon. Mais Leah commence à trouver Abargadon séduisant et pas si mauvais que ça. Elle décide de sauver son âme…

Avis :

Tout le monde connait Josiane Balasko, on ne présente plus la comédienne qui parcourt nos écrans de cinéma depuis plus de quarante ans maintenant. Mais Josiane Balasko, c’est aussi une réalisatrice qui officie depuis les années 80 maintenant avec son premier « Sac de nœuds » sortit en 1985. « Ma vie est un enfer » est donc son troisième film en tant que réalisatrice. Après le succès des « Keufs » la réalisatrice était de retour avec cette comédie franchouillarde, mais qui devient malheureusement très vite lourdingue…

19132608.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Léah vient d’avoir trente-cinq ans, elle vit seule dans un grand appartement qu’elle loue à sa mère. Elle est assistante chez un dentiste qui lui parle comme de la merde et ne la considère absolument pas et enfin, elle consulte un psy qui l’arnaque pas mal.

Un soir, sa mère, qui prend l’appartement de sa fille pour un garde-meuble, lui laisse un miroir étrange. Alors que Léah souffle ses bougies toute seule, elle découvre une inscription sur le dos du miroir. Elle la lit a voix haute et peu après ça, elle voit apparaître dans son appartement un homme étrangement costumé, l’air complètement dément. Cet homme s’appelle Abargadon, démon des enfers, sous-fifre de Satan. Fourbe, malin, machiavélique, il va transformer la vie de Léah pour son plus grand malheur, ou bonheur, l’avenir le lui dira…

Les films français qui baignent dans l’univers du fantastique, comique ou non, on ne peut pas dire que ça court les rues. Et encore moins les films qui sont réussis surtout dans le domaine de la comédie. Dans ceux que j’aime bien et que je trouve chouette, il y a « Les dents de la nuit » de Vincent Lobelle et Stephen Cafiero ou « Atomik Circus » des frères Poiraud. A la lecture du synopsis, je m’attendais à un film drôle dans la veine d »Un amour de sorcière« , mais à la place j’ai trouvé une comédie amusante au départ, mais très vite lourde et pas drôle.

Josiane Balasko nous livre là un film assez faible, mais qui partait d’une bonne idée au départ. Le scénario s’annonçait plutôt sympa et le film avait de quoi m’amuser, puisque j’aime bien l’humour de Josiane Balasko, (j’ai apprécié « L’ex femme de ma vie » et « Les keufs« ), qui en plus de réaliser le film, s’offre aussi le rôle principal. Mais le résultat est une belle déception malheureusement.

Le début du film est pourtant très sympa, le personnage qui nous est présenté est sympathique et attachant, l’ambiance un peu folle, l’humour décalé, et en plus le film a le charme des films des années 90 qui ont mal vieilli, mais voilà si on s’amuse pendant une bonne demi-heure, très vite le film bascule dans un humour beaucoup trop lourd par moment, il faut dire que Daniel Auteuil en démon, démoniaque en fait des caisses à chacune de ses apparitions et qu’il finit par très vite nous agacer. Alors le film n’est pas drôle, avec des blagues et des gags vaseux, qui ont tendance à pencher vers le vulgaire, j’essaie encore de me remettre du pétage de plomb d’Auteuil sur le voisin de Léah. Oui c’est ce moment gênant, où le film a clairement dépassé les limites du vulgaire et du ridicule. Josiane Balasko nous réserve quand même quelques bonnes scènes avec de bons gags amusants et des décors assez surprenants comme les scènes qui se passe au paradis. Le film était assez ambitieux dans son genre, c’est vraiment dommage qu’on tombe dans un humour beaucoup trop lourd.

Du côté des acteurs, là non plus ce n’est pas ça. Josiane Balasko est très bien pendant une bonne partie du film, mais vers la fin, on a bien du mal à croire à cette reconversion, qui en plus est beaucoup trop facile et prévisible. Daniel Auteuil est insupportable dans la caricature, rire sadique et mimiques démesurées, le comédien n’arrête pas une minute et si c’est sympa au début et qu’il a quand même plusieurs bonnes scènes, surtout le tour de magie (avec le regretté Ticky Holgado toujours au top), à la longue, ça devient très vite lourd. Richard Berry est sympa en psy un peu profiteur, mais le rôle est très survolé. Jean Benguigui a le même problème d’Auteuil. Franchement, hormis Balasko, le seul que j’ai vraiment apprécié, c’est Michael Lonsdale dans le rôle de l’ange Gabriel, qui j’avoue m’a fait rire, alors que le rôle n’est pas spécialement drôle quand on y pense. Je trouve que ce rôle et l’acteur sont les meilleures idées du film.

19132609.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

« Ma vie est un enfer » est donc une déception, moi qui pensais m’amuser devant une vieille comédie française. Le film partait pourtant d’un bon sentiment et il aurait pu être très drôle, si les comédiens ne faisaient pas autant et si le film n’avait pas tendance à déraper dans le vulgaire. Dommage, heureusement la réalisatrice s’est rattrapée depuis.

Note : 07/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net