The Manhattan Project

401-Manhattan-project-1

But du Jeu :

Construisez des bombes pour accumuler des points et arriver à un seuil requis.

Avis :

Il y a une chose qui est bien avec les jeux de société, tout comme avec les jeux vidéo, c’est que les univers que l’on visite sont souvent novateurs, rafraîchissant et parfois politiquement incorrects. Si l’on voit de plus en plus de films ou de livres prendre la position du méchant ou d’un tueur en série, cela fait un petit moment que le domaine ludique s’y intéresse notamment au travers des jeux de rôle. Le jeu de société permet aussi d’incarner des méchants, des monstres, de tuer ou de détruire, mais il propose aussi de construire des choses horribles. Prenons un exemple concret avec The Manhattan Project de chez Minion Games et d’une branche de chez Asmodée. Bien entendu, il faut marquer des points pour gagner, mais pour marquer ces points, il faut construire des bombes, soit beaucoup, soit puissantes. Bien ancré dans les années 40, le jeu propose une course à l’armement qui reste tout de même assez douteuse même si cela ne reste qu’un jeu. Mais qu’en est-il du gameplay ? Du plaisir de jeu ? Des mécaniques ? Et du design ? Allons voir de quoi il en retourne avec ce jeu qui fait la part belle à la stratégie.

Le but du jeu est très simple. Suivant le nombre de joueurs, un seuil de points différent est à atteindre. Pour marquer des points, il faut construire des bombes, soit à l’uranium, soit au plutonium. Seulement, pour récolter ces énergies, il faut de la main d’œuvre et une monnaie d’échange, qui se nomme le Yellow Cake. Parmi cette main d’œuvre, le joueur commencera avec seulement quatre petits bonhommes ouvriers. Sur le plateau central, les joueurs, à tour de rôle, posent leurs personnages pour faire divers action. Un joueur peut construire des bâtiments, qui sont des cartes, donnant soit de l’argent, soit des Yellow Cake, soit de l’énergie pour les bombes. Mais il peut aussi recruter des contremaîtres, très utiles pour récupérer des bâtiments gratuitement ou pour construire des bombes, ainsi que des scientifiques, qui sont essentiels pour la fabrication des bombes. Le joueur peut aussi choisir les bombes qu’il va lancer ainsi que d’augmenter sa jauge d’uranium ou de plutonium. Enfin, il peut décider de prendre des Yellow Cake, de l’argent ou encore d’augmenter son niveau d’attaque de bombardiers (qui détruisent les bâtiments adverses) ou de chasseurs (qui détruisent les bombardiers adverses). Si tout cela semble complexe, il n’en est rien. En effet, le plateau est très clair et relativement compact, permettant une reconnaissance immédiate des différentes zones. Ensuite, si un pion est placé sur une case, il est impossible de poser un autre pion. Il faut attendre que le joueur décide de perdre un tour en reprenant tous ses pions. La force de The Manhattan Project réside dans sa multitude d’actions et de résolutions tout en restant très ergonomique et peu prise de tête. Tout est indiqué sur le plateau et si jamais le joueur ne sait plus quoi faire, il peut se référer à une carte d’aide de jeu bien foutue. Bref, sur le plateau et le papier, le jeu a de quoi convaincre.

Manhattan-Project-15

Le jeu est purement un jeu de stratégie. Il faut comprendre par là qu’il n’y a pas de place pour le hasard. Il faut se constituer une stratégie propre pour essayer de faire le plus rapidement ses bombes. Bien entendu, chacun va utiliser sa propre stratégie, mais il semble que privilégier le recrutement en premier est un bon point, permettant au joueur de ne pas perdre de tour en reprenant trop rapidement ses pions. L’autre inconvénient est aussi de jouer avec un joueur expérimenté. En effet, lors d’une première partie, certains joueurs connaissant le jeu pourront certainement faire des combos avec des cartes et ainsi accumuler les ressources nécessaires. Il faut savoir que l’on ne peut jouer qu’un pion par tour sur le plateau, mais on peut utiliser autant de pion que l’on veut sur son propre plateau avec nos bâtiments. Donc, si un joueur connait les cartes, il sera quoi prendre et comment faire de la ressource rapidement, ce qui peut agacer certains néophytes. Quoiqu’il en soit, le jeu reste hyper dynamique et on ne s’ennuie pas un seul instant, espérant atteindre le seuil avant les autres.

Au final, The Manhattan Project se révèle être un très bon jeu. Explorant un univers peu convoité, ce jeu de stratégie propose une multitude d’actions, toujours bien étudiées et réfléchies, permettant au joueur débutant de comprendre rapidement et facilement les règles. Les joueurs expérimentés pourront quant à eux explorer diverses tactiques, favorisant un certain type de bombes ou alors s’axant sur l’attaque de bases ennemies. Un bon jeu agréable et à l’ergonomie efficace.

Note : 15/20

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net