Boulevard du Crépuscule

20365809.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original: Sunset Blvd

De : Billy Wilder

Avec William Holden, Gloria Swanson, Erich Von Stroheim, Cecil B. Demille

Année: 1950

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Résumé :

Norma Desmond, grande actrice du muet, vit recluse dans sa luxueuse villa de Berverly Hills en compagnie de Max von Meyerling, son majordome qui fut aussi son metteur en scène et mari. Joe Gillis, un scénariste sans le sou, pénètre par hasard dans la propriété et Norma lui propose de travailler au scénario du film qui marquera son retour à l’écran, Salomé. Joe accepte, s’installe chez elle, à la fois fasciné et effrayé par ses extravagances et son délire, et devient bientôt son amant. Quand son délire se transforme en paranoïa et qu’elle débarque au milieu des studios Paramount pour convaincre Cecil B. DeMille de tourner à nouveau avec elle, Gillis commence à prendre ses distances…

Avis :

Chef-d’œuvre incontesté et incontestable du cinéma de Billy Wilder, j’aurais mis du temps avant de voir ce bijou du cinéma et sur tous les films que j’ai vu du réalisateur, celui-ci entre d’ores et déjà dans mes préférés du cinéaste, peut-être même son meilleur.

« Boulevard du crépuscule » c’est un immense classique que tout cinéphile doit avoir vu. Une histoire sombre et intense, un film magnifique et magique, je suis complètement conquis et je regrette simplement de ne pas l’avoir vu plus tôt.

boulevard_du_crepuscule_sunset_blvd_sunset_boulevard_1950_diaporama_portrait

Joe Gillis est un scénariste qui essaie tant bien que mal de vivre de son écriture. Mais les temps sont durs et sa plume a bien du mal à séduire. Un matin, il doit fuir des huissiers envoyés par la banque pour saisir sa voiture. C’est comme ça qu’il arrive dans une immense demeure qu’il croit d’abord abandonnée. Mais il va vite découvrir que celle-ci est habitée par Norma Desmond, une immense star du cinéma muet. Mais depuis l’arrivée du cinéma parlant, Madame Desmond se cache dans sa villa et rêve du jour où elle reviendra sous le feu des projecteurs. Elle travaille sur un scénario, un grand film qui marquera son retour à coup sûr. Elle propose une somme assez confortable à Joe pour l’aider à finaliser son script. Celui-ci ne peut pas refuser cette offre, mais cette magnifique opportunité pourrait être aussi pour Joe l’une des pires qu’on ne lui aura jamais proposée, car la vie auprès de Norma Desmond est bien loin d’être aussi idyllique qu’on pourrait l’imaginer.

C’est avec beaucoup de talent et d’assurance que le grand cinéaste américain Billy Wilder aborde la folie de la célébrité, car « Boulevard du crépuscule « , c’est une descente en enfer, dans la folie d’une femme qui rêvait d’un retour sous les projecteurs.

Avec son ambiance particulièrement pesante, au fil de son scénario, Billy Wilder va emmener son film vers l’immense chef-d’œuvre qu’on connait et qui a traversé les générations. « Boulevard du crépuscule » est sublime, « Boulevard du crépuscule » est magique et dur en même temps. « Boulevard du crépuscule « , c’est du cinéma, du grand cinéma comme on en fait que trop rarement maintenant.

J’ai tout aimé dans ce film, dès les premiers instants et cette voix off qui nous explique où l’on met les pieds. Qui nous raconte sa vision des choses, son histoire, comme un conte de fées à l’issue tragique.

Le scénario est sublime, l’intrique magnifique. C’est avec beaucoup de respect que Billy Wilder va dénoncer le système Hollywoodien, celui qui est capable de tout vous donner, mais qui du jour au lendemain est aussi capable de tout vous reprendre. Ce film, c’est aussi l’espoir. Celui d’une femme bien sûr (Norma Desmond), mais aussi celui-ci d’un homme (Joe Gillis) qui va profiter d’une opportunité pour essayer de changer de vie. Chacun d’eux essaye de survivre à Hollywood et sa terrible loi. J’ai beaucoup aimé la façon très ludique et pleine d’espoir avec laquelle Billy Wilder parle et critique ce système. Il ne le juge pas, bien au contraire, il nous le montre et nous laisse nous faire notre propre idée, notre conclusion et ça, c’est très bien.

Ensuite, il y a cette mise en abîme géniale. Dès les premières images, on sait toute suite qu’on a à faire à une œuvre qui va être sublime. L’ambiance est parfaite, sombre, presque inquiétante à plusieurs moments. Le film prend son temps pour nous présenter Joe et Norma. Il y a un côté presque fantasmé, magique, comme si la vie dans cette grande demeure s’était arrêtée. C’est aussi mystérieux que magnétique et le réalisateur nous donne vraiment envie de voir la suite.

Les images, les plans, les cadres, le noir et blanc, la musique, la BO , est tout très très bon. Il n’y a rien à redire. Billy Wilder nous a concocté un superbe film, avec beaucoup de créativité, d’ingéniosité. C’est génial, à croire qu’il y a presque un plan/une idée.

boulevard-du-crepuscule-le-film-aux-trois-oscars-arrive-en-francesunset-blvd-

Puis pour finir il y a tous ces acteurs parfaits dans ces rôles. William Holden est très bon, Erich Von Stroheim est génial, Cecil B. DeMille est impeccable, mais malgré tous ces grands talents, je retiens particulièrement Gloria Swanson (Norma Desmond) qui est tout simplement fabuleuse, incroyable, touchante, envoûtante. Elle m’a hypnotisée pendant tout le film et ce final m’a complètement retourné, mélangeant mes sentiments, mes émotions, entre rire effroyable et larmes de tristesse pour son personnage, c’était tout simplement grandiose.

C’était impeccable. Ce film m’a fasciné du début jusqu’à la fin. Comme toujours avec les bonnes choses, il est passé beaucoup trop vite. Si bien que j’aurais adoré en avoir plus. Mais bon toutes les bonnes choses ont une fin et celle-ci s’est avérée aussi parfaite que le film lui-même.

Note : 20/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net