septembre 22, 2020

Nip/Tuck Saison 1

73219503226021

D’Après une Idée de : Ryan Murphy

Avec Julian McMahon, Dylan Walsh, Joely Richardson, John Hensley

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Nombre d’Episodes: 13

Résumé:

Deux médecins spécialisés dans la chirurgie esthétique jonglent entre leurs patients de la clinique privée de Miami dans laquelle ils travaillent et leurs vies privées mouvementées…

Avis:

Je me souviens à l’époque où « Nip/Tuck » est arrivé sur nos écrans, la série avait été un véritable coup de cœur pour moi.

J’avais adoré les aventures plastiques de mes deux chirurgiens préférés, puis le temps apportant d’autres choses et les finances ne me permettant pas de me prendre les saisons plus récentes, je me rends compte que je n’ai jamais vu la fin de la série. Je me suis donc mis en tête de tout voir et je me refais donc cette excellente première saison. Une saison que je redécouvre avec plaisir et surprise, je ne me rappelais pas que « Nip/Tuck » était aussi trash.

103-copie-1

Miami, ville de la beauté, de l’apparence et de toutes les folies. C’est de cette ville qu’on va suivre les aventures rocambolesques de deux chirurgiens, spécialisés en chirurgie esthétique. Deux amis de longue date, qui ont ouvert leur clinique.

Sean McNamara est un père de famille aimant et dévoué, même s’il est quelque peu faiblard et routinier. Il aime son métier et respecte les codes de la déontologie à la lettre, alors que son associé, le docteur Christian Troy est tout le contraire. Fêtard et flambeur, il use et abuse de ses charmes pour ramener des clientes à la clinique.

Mais un matin, il conclut un marché avec un client, l’opération de trop, le client de trop, celui qui va apporter des ennuis à nos deux médecins comme ils ne pouvaient les imaginer. Ce client pourrait bien compromettre leur avenir et s’ils s’en sortent, de sérieuses remises en question vont être faites.

Trash, sanglante, sensuelle, sexuelle, sérieuse, pathétique, superficielle, drôle, cool et fun aussi, ce sont quelques-uns des adjectifs qui pourraient définir cette première saison terrible de « Nip/Tuck« .

Cette première incursion dans l’univers très plastifié de cette série est une très belle réussite et elle nous offre treize épisodes de pur plaisir.

Avec « Nip/Tuck« , on entre dans le quotidien de Sean McNamara et Christian Troy, deux chirurgiens très différents l’un de l’autre et assez complémentaires. C’est entre deux opérations que la série, grâce à un script intelligent, va s’avérer passionnante. Entre cas complètement futile et drôle, et des plus sérieux et désespérés, la série va nous emporter assez loin et aborder de manière subtile des sujets tous très divers, à la limite de l’interdit et va même mettre nos repères à mal. Je pense à l’épisode où l’anesthésiste passe une soirée avec une copine, cliente de la clinique. C’est donc entre deux implants mammaires et une rhinoplastie que la série va nous parler de la vie et l’image qu’on s’en faisait, de la réalité, des concessions, de la crise de la quarantaine et de l’avenir. Les deux personnages principaux étant chacun d’eux à un tournant de leur vie. Mais la série ira aussi plus loin grâce aux patients que les deux chirurgiens voient défiler dans la clinique. « Nip/Tuck » va nous parler des transsexuelles et le regard qu’on porte sur eux (très touchant le personnage de Sophia Lopez). La série aborde aussi les maladies, la paternité, la découverte du sexe, le dialogue avec les parents, la religion (avec un personnage qui me fait bondir au plafond), la pédophilie, « Nip/Tuck » part vraiment très loin, et assume complètement les histoires qu’elle aborde, c’est très étonnant pour un programme télé.

La série part loin aussi dans l’apologie de la beauté à tout prix et parfois, même quand il n’y a rien à refaire, juste par vanité. Tout est beau dans « Nip/Tuck« , voitures de luxe, belles maisons et appartements de rêve, et puis il y a ces gens parfaits, trop parfaits qu’ils en deviennent laids. Si la série aborde des cas prônant la chirurgie réparatrice, elle va aussi sur le terrain de ceux qui usent et abusent de la chirurgie pour paraître, mais derrière la beauté de ces personnages, la série prend des airs de « freak show » pour beaucoup de patients et autres personnages, comme Madame Grubman, Merril Bobolitt ou Kimber.

La réalisation est quelque peu tape à l’œil. « Nip/Tuck » prend le parti de faire autre chose que ce qu’on a l’habitude de voir et nous réserve plusieurs scènes marquantes. Sanglante, trash et un poil macabre, la série est géniale à regarder. Plusieurs fois, on entre dans les salles d’opération, toujours en compagnie d’une excellente BO, très bien choisie, très rétro, ce qui donne un air cool aux opérations, alors qu’elles sont un peu dégueulasses quand même.

La série nous montre les médecins en train d’opérer et n’hésite pas à montrer le sanglant, les manipulations et les gestes nécessaires à la réussite des opérations. Il y a un ton assez réaliste et certaines sont dures à regarder. Mais on adore ça.

« Nip/Tuck« , c’est aussi un casting parfait, redoutable et très bien trouvé. Dylan Walsh et Julian McMahon, alias Sean McNamara et Christian Troy sont tout simplement parfaits dans leur rôle. On les aime, on les déteste, mais en bien. Dylan Walsh est touchant à plusieurs passages et Julian McMahon est tordant dans son inconscience et son excès, mais c’est pour mieux nous toucher au final. La série s’offre aussi de très bons personnages récurrents, la femme de Sean, impeccablement jouée par Joely Richardson, ou bien Kimber, bimbo presque flippante (Kelly Carlson), Liz, l’anesthésiste au bon cœur (Roma Maffia), le fils de Sean, même si j’ai du mal avec ce personnage, il est quand même bien campé par John Hensley. Et puis il y aura tous les cas que les deux médecins entrevoient et qui peuplent leur quotidien. J’adore le personnage de Megan O’Hara (Julie Warner) qui m’émeut à chaque fois, le cas des sœurs jumelles qui ne veulent plus se ressembler, Nanette Babcock (Lindsay Hollister), très touchante ou la diabolique et rigolote Madame Grubman, très bien campée par Ruth Williamson.

71755426

C’est avec surprise et un très grand plaisir que j’ai redécouvert cette première saison et je peux dire que j’ai trouvé chaque épisode juste et passionnant. Je me suis repris au jeu et comme à l’époque, j’ai très hâte de voir la suite.

« Nip/Tuck« , pour cette première immersion dans son univers, est une très belle réussite, c’est une série originale, aussi fun que sérieuse. Un très bon moment de télé qui ne vieillit pas.

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.