Au Premier Regard

127208.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original : Hoje Eu Quero Voltar Sozinho

De : Daniel Ribeiro

Avec Ghilherme Lobo, Fabio Audi, Tess Amorim, Lucia Romano

Année : 2014

Pays : Brésil

Genre : Drame

Résumé :

C’est la fin de l’été à São Paulo. Leonardo, 15 ans, est aveugle. Il aimerait être plus indépendant, étudier à l’étranger, mais aussi tomber amoureux. Un jour, Gabriel, un nouvel élève, débarque dans sa classe. Les deux adolescents se rapprochent et progressivement, leur amitié semble évoluer vers autre chose. Mais comment Leonardo pourrait-il séduire Gabriel et savoir s’il lui plait puisqu’il ne peut pas le voir ?

Avis :

Venu tout droit du Brésil, « Au premier regard » est le premier film du jeune réalisateur Daniel Ribeiro. Le réalisateur a choisi d’explorer un sujet aussi dur qu’ambitieux et casse-gueule, et c’est avec plaisir que j’ai découvert un film d’une magnifique sensibilité. Une première œuvre qui évite avec grâce toutes les niaiseries et les facilités pour nous offrir une très belle leçon d’humanité. « Au premier regard« , c’est la plus belle surprise de mon été.

126018.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Leonardo est né aveugle. Il mène une vie ordinaire, comme tous les adolescents de son âge, partagé entre ses études et son temps libre qu’il passe avec sa meilleure amie Giovanna. Puis Leonardo rêve d’ailleurs, d’autres choses, et surtout de rencontrer quelqu’un, d’avoir enfin son premier baiser, ce moment spécial, qu’il réserve pour quelqu’un de tout aussi spécial.

En milieu d’année, arrive Gabriel, un jeune différent des autres garçons de son lycée. Il ne se moque par de lui et bientôt naît une amitié entre les trois adolescents.

Leonardo et Gabriel passent de plus en plus de temps ensembles, et quelqu’un chose d’étrange survient. Un sentiment complexe, partagé entre amitié et peut être du désir. Leonardo ne se rend pas bien compte de ce qu’il lui arrive, de ce qui se passe, et plus il passe du temps avec Gabriel et plus il aime ça. Leonardo est plus qu’attiré par Gabriel, mais comment savoir si ce sentiment est réciproque ? Comment le ressentir, quand on ne voit pas la personne en face ? Et si jamais ce n’est pas le cas, va-t-il prendre le risque de perdre son nouvel ami ?

De ce synopsis, Daniel Ribeiro en avait fait un court-métrage et ayant convaincu avec ce dernier, il a décidé de développer son court en long.

Traiter de l’adolescence, du handicap, la cécité et aussi de la naissance des sentiments amoureux, ici l’homosexualité, on peut dire que Daniel Ribeiro n’a pas choisi la facilité, ce qui démontre une certaine ambition de sa part. Le sujet est casse-gueule et comme pour un grand nombre de films que j’ai pu voir, surtout sur l’homosexualité, j’aurais pu trouver un film niais, cul-cul ou sans saveur. Le risque est grand de tomber dans la facilité, le pathos et surtout avec la cécité en plus, on aurait pu craindre le misérabilisme. Mais ici, c’est bien loin d’être le cas, car « Au premier regard » s’avère être un film d’une très belle délicatesse.

Magnifiquement mis en scène, très joliment raconté, ce film est un petit bijou qui m’a émerveillé du début à la fin. C’est vrai que sur le papier l’histoire est « simple », mais sur l’écran, c’est tout autre chose. L’histoire et comme elle est racontée sonnent juste et vrai. J’ai beaucoup aimé comment le réalisateur n’appuie pas les sentiments. Il laisse monter le désir, la frustration et l’intrigue entre ces deux personnages. Le film est ponctué de gestes, de regards, de plein de petites choses qui le rendent très vivant et presque érotique à plusieurs moments. L’écriture de ce film est superbe, plusieurs scènes m’ont bouleversées, de par leurs retenus, de par leurs silences qui est bien plus parlant que tous les discours. De par leurs envies et leurs non-dits, et puis il y a ce jeune comédien, Ghilherme Lobo, qui joue Leonardo, qui est tout simplement incroyable. Il résonne comme ma révélation de l’année.

Mise part la relation amoureuse qui naît entre les deux personnages, ce film aborde aussi le handicap et surtout l’envie d’être comme tout le monde, de faire ce qu’on a envie sans avoir besoin d’être assisté en permanence. Le fait aussi de grandir aux yeux des parents, qui veulent trop protéger leur fils. C’est aussi un film sur l’adolescence elle-même. Les découvertes, les expériences, la méchanceté aussi, la différence, le réalisateur prend le temps de traiter un peu tous ces thèmes-là et il le fait d’une belle manière, toujours dans la bonne humeur, même uand, c’est sérieux et c’est ce que fait la force de ce film.

159295.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le réalisateur s’est entouré d’un très beau casting d’acteurs qui me sont totalement inconnus, je crois que c’est le premier film brésilien que je vois, et ils sont diablement attachants. Comme je l’ai déjà écrit Ghilherme Lobo est fabuleux, à fleur de peau. J’ai été bluffé de la manière dont il nous fait tout ressentir, alors même que ses yeux ne bougent pas et n’expriment rien. Il est incroyable ! Fabio Audi est tout aussi bien que son jeune compère, il incarne Gabriel, un personnage touchant de par son manque de confiance en lui. Puis il y a le sourire et la jalousie de Tess Amorim, la meilleure amie de Leonardo. L’actrice complète à merveille le trio.

« Au premier regard » est donc la perle de mon année. Un petit moment de sensibilité, d’émotion, de joies, comme de peines. Des films aussi justes, touchants, simples, et étonnants que celui-là, j’aimerai tellement en voir plus souvent.

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net