décembre 2, 2020

Le Limier

18889749.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original : Sleuth

De : Kenneth Branagh

Avec Jude Law, Michael Caine, Harold Pinter, Kenneth Branagh

Année : 2007

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller

Résumé :

Milo Tindle, un jeune comédien au chômage, se rend chez Andrew Wyke, millionnaire et auteur de romans policiers. Son objectif : convaincre le romancier de divorcer de son épouse avec qui il vit désormais. Contre toute attente, Wyke accepte. A une condition cependant : Tindle devra l’aider à simuler le cambriolage de sa propriété, afin de toucher l’argent de l’assurance… C’est le début d’un duel implacable entre deux intelligences rivales, entre deux hommes qui sont peut-être moins opposés qu’il n’y paraît…

Avis :

Depuis le début de l’année je me suis mis en tête de découvrir l’œuvre de Kenneth Branagh. Alors que j’ai trouvé que « Hamlet » était un immense chef-d’œuvre, que « Beaucoup de bruit pour rien » et  » Frankenstein » m’ont passionnés, je suis un peu plus mitigé en ce qui concerne « Le limier« , remake que Joseph L. Mankiewicz avait réalisé en 1972 (Que je n’ai pas encore vu d’ailleurs) avec déjà Michael Caine dans le film, mais il n’avait pas le même rôle à l’époque.

Je ne peux pas dire que c’est un mauvais film, car dans le fond je l’ai tout de même aimé, mais il a ce petit quelque chose de dérangeant, de frustrant, d’à part, qui d’ordinaire est excellent, mais là je ne sais pourquoi j’ai eu du mal avec et je ne sais pas trop quoi en penser en fait.

18795276.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Une vieille demeure perdue dans la campagne anglaise. Des caméras de surveillance un peu partout. Une voiture qui s’avance dans l’allée de la maison, avec la nuit qui commence à tomber. Un homme sonne à la porte, un autre lui répond, il l’invite à entrer dans la demeure, une fois la porte fermée, commence un jeu macabre pour une femme, un jeu aux conséquences lourdes et imprévisibles.

Lequel dit vrai, lequel ment ? Où se cache la vérité ? Qui est le plus sadique des deux ? Le duel qui va se jouer à l’intérieur de la maison sera bien plus sadique qu’il n’en a l’air et l’issue sera forcément dramatique…

Kenneth Branagh est un très bon réalisateur qui a fait ses preuves plus d’une fois en nous offrant des films fabuleux. C’est au milieu des années 2000 qu’il abandonne un peu Shakespeare et son univers pour essayer différentes choses, qui quand on les regarde bien, s’accordent parfaitement à son univers, mise à part son dernier « The Ryan initiative« .

Il va commencer ce film, « Le limier« , un huis clos, sous forme de faux semblants. Un film parfaitement taillé pour le réalisateur qui nous livre là un film impeccable scénaristiquement parlant avec un suspens à couper le souffle.

N’ayant pas vu son original, j’ai découvert ce film dénué de toute appréhension et j’ai trouvé l’intrigue excellente. L’histoire est terrible et on finit par se demander qui manipule qui entre les personnages, ou même le réalisateur qui nous manipule peut-être. C’est vraiment très bon, parce qu’on reste attentif à chaque action des personnages et on a cette sensation d’être mené en bateau, qu’il y a quelque de pas logique dans ce film et le déroulement de son histoire.

Une sensation d’irréel je dirais apporté par le décor très esthétique et trop moderne peut être de cette demeure et j’ai trouvé que cette sensation était accentuée aussi par le jeu très théâtral des deux acteurs.

C’est donc parfait de ce côté, mais alors qu’est-ce qui ne va pas ? Qu’est-ce qui m’a dérangé ? Et bien c’est la mise en scène de Branagh.

Le film est un peu étrange, à l’image de la déco de cette maison. La façon dont le réalisateur a de nous raconter cette histoire m’a beaucoup déstabilisé. Le film fourmille (trop) de créativité, chaque plan est incroyable, Kenneth Branagh sort radicalement de son style habituel et il a une envie de créativité et de moderne en permanence.

Alors, d’ordinaire j’adhère sans aucun problème, mais là à plusieurs moments, il y a tellement d’idées que je trouve que toute cette créativité a tendance à écraser l’intrigue, surtout au début du film. C’est ce que je reprochais à « Anna Karenine » de Joe Wright où j’avais eu le même souci avec la mise en scène, je trouve qu’il faut un temps d’adaptation pour rentrer dedans. On a tendance à plus se focaliser sur un décor, ou un déplacement de caméra que sur l’intrigue en elle-même. Alors, au début c’est sympa, mais après c’est trop je trouve. Heureusement que la tension et l’histoire sont merveilleuses et que Branagh reste un très bon réalisateur, parce qu’avec ce parti pris, d’autres cinéastes nous auraient surement complètement perdus. Là, malgré tout, le film reste captivant dans un sens et l’on a envie de savoir la fin.

18801819.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le jeu des deux acteurs, il n’y en aura pas plus, c’est très bon là aussi. Eux aussi sont à l’image du film et leur jeu est très à part. Ils jouent bien, exagérant chaque expression, chaque moment et chaque tension. Mais en même temps c’est trop aussi et c’est irréel comme situation.

C’est vraiment une sensation bizarre que j’ai quand je pense à ce film. J’ai aimé c’est sûr et certain, mais en même temps plusieurs choses ont fait que la sauce a eu du mal à prendre et ce film ressort comme un ovni, aussi dans la carrière de son réalisateur, dont la prise de risque est à noter en même temps que le film en lui-même.

Note : 10/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.