octobre 26, 2020

Paranormal Activity

Paranormal Activity DVD

De : Oren Peli

Avec Katie Featherston, Micah Sloat, Amber Armstrong

Année: 2009

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé:

Un jeune couple suspecte leur maison d’être hantée par un esprit démoniaque. Ils décident alors de mettre en place une surveillance vidéo durant leur sommeil afin d’enregistrer les évènements nocturnes dont ils sont les victimes. Les images récupérées de septembre à octobre 2006 ont été montées en un film de 86 minutes, « Paranormal Activity ».

Avis :

Le faux documentaire a connu un vif succès dans les années 90 avec un certain « Projet Blair Witch » et depuis, le soufflé est retombé est peu de films se sont réessayés à ce genre si particulier et propre aux films d’horreur. Mais c’est en 2009 qu’une bande annonce fait un buzz terrible sur la toile et annonce le film d’horreur le plus épouvantable de tous les temps. Construit comme une bande amateur avec des acteurs inconnus et renforcé par des images d’un public effrayé lors de projections en salle, le film Paranormal Activity partait avec des attentes énormes de la part des fans du genre horrifique. Et il faut dire que le film divise vraiment les foules, car soit on a détesté ce film, souvent jugé trop mou, soit on a adoré et on a frémit devant son écran devant tant de réalisme et d’effets si banals. Alors que vaut ce film qui va donner 2 suites et un spin-off japonais ? Film ennuyeux ou film effrayant ? La caméra statique est-elle une bonne idée ou rend-elle le film encore plus mou ?

paranormal_activity_img2

Insomnies nocturnes, bouffées de chaleur, c’est peut être la ménopause…

Le scénario de Paranormal Activity n’est pas quelque chose de nouveau en soit. Il s’agit d’une histoire de fantôme hantant une maison et terrifiant ses habitants. Jusque là, rien de neuf. Mais la nouveauté de ce métrage, c’est de proposer une manière de filmer étonnante et d’en faire un traitement dans le genre « images d’archive ». Bien entendu, on sait que tout cela est monté, truqué, mais tout cela est diablement bien fichu. On va donc suivre les enquêtes d’un couple, qui tente de prouver qu’une présence hante les lieux. Pour cela, le mari va acheter une grosse caméra et il va filmer toute sa vie avec, même les moments où ils dorment. En gros, c’est Secret Story, les débiles en moins. Ce qui devait être au début un moyen de calmer sa femme devient vite une découverte dangereuse et angoissante. Bien entendu, l’histoire va révéler par la suite un secret de famille concernant la jeune femme et on va plus ou moins comprendre pourquoi il y a une présence dans cette baraque. Mais encore une fois, l’histoire, assez angoissante bénéficie d’un traitement nouveau et plus réaliste. Seulement, réalisme ne rime pas forcément avec efficacité (franchement, si je devais filmer ma vie, on se ferait chier !), alors pour quoi j’ai bien aimé ce film à l’histoire si classique.

En fait, il se dégage clairement quelque chose de malsain dans ce film. Ceux qui ont détesté ce film doivent bien rire devant cette phrase, mais il suffit de se foutre dans le noir, un casque sur les oreilles et on y croit vraiment. Ce qui est d’autant plus incroyable, c’est que les effets utilisés pour susciter la peur sont vraiment très simples et très cheap. D’ailleurs la plupart des effets concernent une ampoule qui s’allume, une porte qui claque, une applique qui bouge sans le moindre courant d’air, bref que des trucages facilement réalisables. Mais bizarrement, le film introduit une montée crescendo des évènements et on sent poindre le point de non retour, et c’est cela qui reste franchement angoissant. S’identifiant rapidement aux personnages, on a presque envie de leur dire de foutre le camp ou d’arrêter de fouiner là où il ne faut pas. Et c’est ce point là qui reste essentiel au film, c’est que le moindre couple lambda peut s’identifier aux protagonistes du film. Ensuite, il y a une donne qui a très bien fonctionné avec moi, c’est le son. Pas de musique dans le film, mais les bruitages sont savamment utilisés dont celui précédant l’arrivée du fantôme. Un bourdonnement sourd commence à se faire entendre et il instaure à lui seul un sentiment de malaise et on reste à l’affut de ce qu’il va se passer. C’est vraiment le point fort du métrage.

ParanormalActivity

Ah ah ! Je te prends sur le fait ! Tu voulais encore piquer de la glace pendant la nuit ! Morue !

Je l’ai déjà dit plus haut, mais je le redis ici, le fait que s’identifier aux personnages est un des points essentiels du film. Les acteurs ne sont pas des canons, ils ne sont pas forcément maquillés, ils ne sont pas célèbres, et tout ceci constitue à la projection du spectateur se demandant comment lui aurait réagi dans de telles conditions. De plus, les prestations du couple, d’un point de vue acteur, sont relativement bonnes. Pour les départager, je dirai que la jeune femme est bien meilleure. Bon en même temps, c’est le personnage central, mais elle reste convaincante, notamment quand il faut jouer la peur ou l’inquiétude. Pour son compagnon, Micah Sloat, c’est un peu plus délicat, car son personnage est plus effacé et surtout plus pénible par moment. Il s’agit du cartésien qui vient de faire une découverte et qui veut aller jusqu’au bout de son investigation. L’acteur s’en tire bien mais il n’est pas inoubliable. Les personnages secondaires sont très peu nombreux et pas franchement intéressants. Bref, le film repose sur deux acteurs inconnus et ça tient bien la route.

Bien évidemment, qui dit film de fantôme et d’épouvante, dit absence de gore. C’est bien le cas avec Paranormal Activity. Il faut dire qu’en rajoutant du gore, le film aurait perdu de son angoisse et de son coté fantastique. Néanmoins, sans grand effet sanguinolent, le réalisateur a su trouver des effets faisant mouche et instaurant un certain mal-être chez les spectateurs. Par exemple, le passage où le mari met de la farine sur le sol et trouve des traces de pas à l’intérieur est une scène assez inquiétante, car elle prouve que l’entité est bien là et qu’en plus, elle n’est pas humaine, vu la forme des trace. Autre passage angoissant, c’est lorsque les pas les mènent vers les combles de la maison et que le mari décide d’y aller. Cette scène m’a rappelé The Grudge et on sait à quoi s’attendre avec ce genre de passage. Donc finalement, tout cela est intégré pour instaurer un climax inquiétant et angoissant et l’ajout de gore aurait été un gâchis. Ceci dit, la scène finale, provoquant un ultime sursaut demeure la scène la plus dérangeante, laissant le spectateur dans un état de stupeur. Enfin, les bruits sourds et les différentes altérations physiques de la demoiselle, notamment quand elle reste debout des heures à mater son copain, sont autant de petites choses qui font l’ambiance du métrage.

paranormal-activity-d-oren-peli-3978222zwrfq_1731

Tu sors du lit de suite ! Le SM c’est pas mon truc, alors tu dégages !

Au final, Paranormal Activity est un film relativement efficace et qui parvient à faire peur avec des effets simples et praticables chez soi. Seulement, pour bien apprécier le métrage, il faut être seul, dans le noir et dans une sorte de bulle pour qu’aucun bruit nuisible nous dérange. Doter d’un climat angoissant et d’une montée crescendo dans la puissance de la présence, le film peut se targuer de faire peur avec des effets minimalistes. Si le fond demeure commun, la forme explore un nouvel aspect de la caméra à l’épaule et du documenteur et il faut dire que Oren Peli sait entretenir le suspens. A mille lieux d’un Apollo 18 ou d’un Atrocious, je conseille ce film qui m’a laissé mal à l’aise, surtout sur la fin.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.