octobre 26, 2020

Le Poids du Déshonneur

Le-poids-du-deshonneur-affiche-8511

Titre Original: Before and After

De : Barbet Schroeder

Avec Meryl Streep, Liam Neeson, Edward Furlong, Julia Weldon

Année: 1996

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Résumé:

La vie de Carolyn Ryan, pédiatre respectée d’une petite ville du Massachusetts, et de son mari Ben est bouleversée par la fuite soudaine de leur fils Jacob, après le meurtre de sa petite amie. Ben découvre des preuves accablantes dans la voiture de Jacob. Il réussit à les faire disparaitre avant l’arrivée de la police.

Avis:

Je ne connais pas bien la filmographie de Barbet Schroeder, en la survolant comme ça c’est le deuxième film que je vois de ce réalisateur, j’ai aussi vu « Kiss of Death » celui qu’il avait fait juste avant celui-là.

J’ai pris ce film au départ, pas pour son réalisateur, je n’y avais même pas fait attention, mais plus pour son casting, Meryl Streep et Liam Neeson dans un drame sur fond de polar, ça fait un rêver. De plus j’étais surpris de trouver ce film, car je ne le connaissais même pas, j’en avais jamais entendu parler et je suis vraiment ravi du résultat. J’y ai trouvé un beau drame dur et profond qui nous remet en question.

18395707.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Notre vie peut basculer en une seconde. Et c’est cette seconde qui fait basculer la vie de la famille Ryan. Carolyn et Ben forme un couple heureux, elle est médecin et lui artiste en métallurgie. Ils ont deux beaux enfants, Jacob et Judith et tout va pour le mieux. Mais un soir le couple reçoit la visite de Fran Conklin, le shérif de la ville. Ce soir-là, il n’est pas là en ami, mais en tant que représentant de la loi. Dans l’après-midi un crime terrible a été commis. Une jeune adolescente a été retrouvée dans un champ au milieu de la neige, tuée de terrible façon. Elle est presque méconnaissable. Fran vient voir les parents parce que leur jeune fils de seize ans selon plusieurs témoins, est le dernier à avoir vu la jeune fille vivante. Très vite les parents se rendent compte que le jeune homme a fugué, ou il est peut-être retenu en otage. Le shérif demande à voir la voiture, mais dans un instinct de protection, Ben, le père de Jacob, interdit au shérif toute perquisition sans mandat. L’homme est donc obligé de partir en chercher, ce qui donne le temps à Ben de chercher son fils surtout que sa voiture est là. Peut-être y-a-t-il un indice pour le retrouver ? Mais ce que Ben va découvrir est encore plus effroyable, car le coffre de la voiture, est couvert de sang. Que faire ? Pour protéger son enfant Ben va alors détruire toutes preuves, mais on est passé Jacob ? Est-il vraiment coupable ? Est-il innocent ? Le coffre dit non, mais Ben veut y croire. Jusqu’à ce qu’on retrouve Jacob.

« Le poids du déshonneur » porte vraiment très bien son titre. Si le film est pour le moins classique dans sa réalisation c’est un drame tout ce qu’il y a de plus normal, le réalisateur fait simple, mais se révèle très efficace. J’ai trouvé ce film oublié captivant dans son histoire. Le scénario est magnifique et dérangeant en même temps. Jusqu’où peut-on aller pour protéger son enfant, surtout dans une telle situation ? C’est un cas extrême qui est traité avec sobriété dans ce film. Le réalisateur opère sur le principe que personne ne réagit de la même manière face à ce genre d’événement et grâce à un scénario parfaitement manié il va nous faire un film d’une redoutable psychologie. Pendant une bonne partie du film, on ne sait si le jeune homme est coupable ou non. Les preuves sont évidentes, même accablantes avec les indices que nous avons et que la police n’a pas. Mais on a quand même l’espoir que ce soit autre chose, le réalisateur nous fait donc tenir avec un certain suspens pendant son film.

De manière très convaincante et surtout très intéressante, il va faire s’opposer dans la famille deux avis opposés. Deux façons de protéger son enfant, deux extrêmes qui nous laissent assez déconcerté, car chacun des deux protagonistes a raison comme il a tort. Et c’est une torture, surtout que le film nous renvoie à nous-mêmes. Que ferions-nous dans ce cas-là, surtout qu’on a des éléments que les autres n’ont pas et que l’affecte y joue énormément. C’est subtilement amené, toujours juste et simple, le film ne tombe pas dans le pathos, je suis plus qu’agréablement surpris. Et puis franchement j’ai trouvé ce dilemme aussi affreux pour les personnages que passionnant.

Le film est d’autant plus passionnant parce que ce dilemme est tenu par deux grands acteurs qui sont parfaitement impeccables et attachants dedans, j’ai nommé Meryl Streep et Liam Neeson. Même si j’ai adoré le personnage de l’actrice je dois dire que Liam Neeson m’a beaucoup touché dans tout cet amour qu’il a pour son fils. Et l’acteur a cette qualité de jeu qu’il n’a plus trop ces derniers temps.

18395709.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Pour jouer son fils, c’est Edward Furlong qu’on trouve. Le jeune acteur, alors au somment de sa gloire, est très bon et très touchant de ce rôle torturé. Il y a aussi Alfred Molina dans le rôle d’un avocat impliqué dans la défense de son client. Daniel von Bargen (« The Faculty« ) dans la peau du shérif et John Heard (Le père de Kevin dans « Maman, j’ai raté l’avion« ) dans le petit rôle d’un ami avocat.

C’est donc un bon film que ce « Poids du déshonneur« . On regrettera simplement que le film soit si classique, car même si dans sa trame il est très bon et très beau, il n’arrive pas par sa réalisation à se démarquer d’une autre du même genre, c’est surement pour ça qu’il est méconnu aujourd’hui.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.