Moi Moche et Méchant

Moi-moche-et-mechant1

Titre Original: Despicable Me

De : Chris Renaud et Pierre Coffin

Année : 2010

Pays : Etats-Unis

Genre : Animation

Résumé :

Dans un charmant quartier résidentiel délimité par des clôtures de bois blanc et orné de rosiers fleurissants se dresse une bâtisse noire entourée d’une pelouse en friche. Cette façade sinistre cache un secret : Gru, un méchant vilain, entouré d’une myriade de sous-fifres et armé jusqu’aux dents, qui, à l’insu du voisinage, complote le plus gros casse de tous les temps : voler la lune (Oui, la lune !)…
Gru affectionne toutes sortes de sales joujoux. Il possède une multitude de véhicules de combat aérien et terrestre et un arsenal de rayons immobilisant et rétrécissant avec lesquels il anéantit tous ceux qui osent lui barrer la route… jusqu’au jour où il tombe nez à nez avec trois petites orphelines qui voient en lui quelqu’un de tout à fait différent : un papa.
Le plus grand vilain de tous les temps se retrouve confronté à sa plus dure épreuve : trois fillettes prénommées Margo, Edith et Agnès.

Avis :

Dans le domaine de l’animation, il y a à boire et à manger. Il faut dire que le genre s’est largement démocratisé depuis le succès de Toy Story et que bon nombre de producteurs se sont engouffrés dans cette brèche, voyant déjà briller les biftons de papa et maman pour aller dans les salles obscures. Du coup, on a vu des films relativement bêtes et ennuyeux où le thème trop redondant à plus déçu qu’autre chose. Maintenant, et heureusement, les producteurs décident de films pour les plus jeunes, plus intéressants et surtout plus intelligents. Ce Moi, Moche et Méchant fait partie des bons films attachants où la part belle est donnée aux anti-héros et où l’on voit que la méchanceté n’est pas forcément naturelle. Mais est-il au niveau des autres productions du genre ? Le personnage de Gru est-il un bon personnage ? Les minions sont-ils les nouvelles mascottes des têtes blondes ? Et sin on faisait un tour dans la cave de ce méchant qui veut voler la lune.

Si aujourd’hui les films d’animation ont plutôt bonne réputation et cherchent toujours à inculquer quelque chose de positif et de clairement valorisant, il fut un temps où tout cela n’était qu’une question de pognon. Petit à petit, ces métrages ont évolué vers le bon, et même le très bon, mais un ressenti de redondance s’est fait clairement percevoir. C’est pourquoi aujourd’hui les scénaristes explorent d’autres pistes afin de satisfaire des enfants de plus en plus exigeants. On en vient alors à prendre la place des méchants et des anti-héros. Le film qui nous intéresse aujourd’hui nous permet de suivre les aventures de Gru, un méchant qui ne souhaite que le malheur et être le plus grand méchant de tous les temps. Sauf qu’il se fait doubler par un autre méchant, plus jeune, qui répond au doux nom de Vecteur et qui a réussi le coup de maître de voler la pyramide de Kheops. Devant cet affront, Gru veut voler la lune. Mais pour y parvenir, il lui faut un rayon rétrécissant qui est en possession de Vecteur. Il va alors adopter trois charmantes filles pour piéger Vecteur car il raffole des biscuits qu’elles vendent. Profondément centré sur les deux personnages les plus méchants, le film va montrer que finalement, la méchanceté n’est pas naturelle, et qu’elle cache un mal-être plus profond. Ainsi, avec les trois petites filles, on va voir le personnage de Gru s’éveiller, devenir plus drôle, plus attendrissant et surtout plus humain, malgré la décadence qui règne dans ce film. Mais au travers de ça, le film montre l’importance de l’éducation, car que ce soit du côté de Vecteur ou de Gru, les parents étaient déjà méchants à la base et de ce fait, les deux enfants sont devenus méchants à leur tour. C’est qui me permet de poser la question : ce film n’est-il pas destiné aux parents ? Enfin, on sait très bien que ceux qui élèvent mal leurs gosses ne regardent pas ce genre de métrage et quand bien même, ils ne le comprendraient pas. Heureusement que la plupart de nos chères têtes blondes sont là pour avoir la chance de voir ce genre de métrage et de plus ou moins comprendre le message véhiculé. Alors on pourrait surement être déçu par la rapidité de la tournure des évènements et par la facilité à laquelle succombe Gru, mais cela montre que tout méchant qu’il soit, chaque être possède un bon fond et qu’il ne faut pas grand-chose pour le faire ressortir.

moi-moche-mechant-670368

Tu veux boire ? Et ben tu pourras pas, car je lèche le robinet comme un gros dégueulasse !

Au niveau du design, le début reste très déroutant. On a des décors assez pauvres, des visages caricaturaux et même des mouvements un peu trop raides. Mais la magie passe quand on découvre les Minions, sorte de monstres jaunes en forme de pilule et qui sont vraiment hilarants. Leur forme est déjà bien drôle, mais leur langage est vraiment tordant et ils sont ridicules tout en étant attachants et c’est assez fort de la part des graphistes. Il suffit de voir le passage du supermarché avec le karaoké pour être mort de rire, enfant comme adulte. Ils volent d’ailleurs la vedette aux autres personnages du film, car ce sont eux qui détiennent les moments les plus drôles. Gru est assez attachant, mais il se révèle peu drôle et son design est finalement un peu trop simple. On préférera largement Vecteur, tout en décadence et en humour pas drôle. Il incarne d’ailleurs l’insouciance de la jeunesse face à un vieux requin qu’est Gru. Bien entendu, les trois autres stars sont les petites filles qui sont très mignonnes et très attachantes, notamment la petite brune qui fait de d’énormes réflexions et qui est toujours heureuse. Alors comme dans tous les bons films d’animation, il y a de l’humour, puis de l’action, puis de la tristesse pour finir sur une bonne note agréable. Le film contient tous ces éléments et se contente de suivre ce schéma classique à la trace, mais il faut dire que c’est vraiment bien foutu et que l’on ne s’ennuie pas un seul instant. Certaines scènes sont vraiment marquantes, comme le karaoké dans le supermarché, mais aussi les robots danseurs de disco, la parodie volontaire de Mission Impossible ou encore le pistolet à pet avec le minion qui s’écroule d’un coup ou bien la potion d’anti gravité qui ne s’arrête jamais. Bref, le film a son lot de scènes jubilatoires et c’est tout ce qu’on lui demande.

Au final, Moi, Moche et Méchant est un excellent divertissement, un dessin animé frais, drôle et jamais ennuyeux. Il démontre aussi l’importance de l’éducation dans un contexte de valeurs sociales en perdition. Si le design peut surprendre au début, il se révèle de bonne facture et franchement plaisant. Bref, un film pour toute la famille, simple, efficace et qui met de bonne humeur. Je conseille.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net