Les Forêts d’Opale

Forets-Opale-T1

Auteurs : Arleston, Philippe Pellet

Editeur : Soleil

Genre : Héroïc-Fantasy

Résumé :

Opale est le monde des forêts. Le clergé de la Lumière y fait régner un pouvoir assis sur la puissance des Pierres Magiques.
Mais Darko est celui qui doit réaliser la Prophétie et faire revenir les Titans pour libérer les Cinq Royaumes… Aidé du barde Urfold, de la jolie jongleuse Sleilo et du monstrueux Ghörg, Darko est plongé dans une aventure où se joue le destin d’un monde.

Avis :

L’univers de la bande dessinée va assez mal. En effet, en discutant avec quelques dessinateurs, on peut voir que le marché se dégrade tout en augmentant les prix. Si auparavant les ventes se rangeaient en trois catégories, ceux qui vendent beaucoup, ceux qui vendent peu et un ventre mou au milieu mais qui permettait aux dessinateurs de vivre de leur métier, aujourd’hui, on ne repère plus que deux catégories, les grosses ventes et ceux qui ne vendent pas. De ce fait, il se passe un phénomène horrible, voir des dessinateurs arrêter leur activité pour faire quelque chose qui leur permettent de bouffer. Mais il y a certains éditeurs qui arrivent encore à faire du chiffre. Soleil, qui brille surtout pour sa faculté à arrêter des séries en cours lorsqu’elles ne se vendent pas, fait partie des éditeurs qui ont peu de soucis, préférant surfer sur des vagues sur, comme la SF ou l’Héroïc-Fantasy. Si le monde de Troy fut décliné à outrance, il arrive que certaines séries, baignant dans le même moule mais dans un univers différent, soient agréables, voire très bonnes Et c’est le cas de la série Les Forêts d’Opale.

foretopale05p

L’histoire de cette saga est assez simple et correspond totalement aux codes que l’on attend du genre. Darko est le fils d’un célèbre lunettier. Il vit dans le monde d’Opale, un monde sauvage où les forêts représentent quasiment 80% de la végétation. Ce monde fut façonné par les titans, des êtres de lumière totalement bons. Afin de les aider à répandre cette lumière, ils nommèrent des humains en tant que prêtre. Des décennies plus tard, ces titans ont disparu et les prêtres de la lumière ne sont plus ce qu’ils étaient, assouvissant leurs moindres désirs. Darko est l’élu de la prophétie de Cohars, et il doit retrouver les titans pour faire revenir la vraie lumière. Mais le grand pontife Xarchias ne l’entend pas de cette oreille et il va faire appel aux pouvoirs des pierres magiques et à la magie noire pour empêcher Darko de réaliser la prophétie. Si on résume dans les grandes lignes, on a de l’action, de la magie, un gentil et un grand méchant et la quête de bestioles disparues. On est quasiment dans un transfert de Lanfeust de Troy. Seuls les personnages et les décors changent, mais en ce sens, ce n’est pas très gênant. En effet, Arleston et Pellet reprennent ces bases pour fournir quelque chose de plus profond. En second niveau de lecture, on peut y voir une critique très acide du système clérical. On voit que ce ne sont que des hommes et que la lumière (ou Dieu) ils s’en battent grandement le coquillard. Sorte de pamphlet anti-religion, Les Forêts d’Opale apporte tout de même quelque chose de nouveau et de plaisant.

On y retrouve aussi beaucoup d’humour. Si ces passages sont parfois enfantins et dispensables, on reste sur quelque chose de sérieux qui se permet de temps à autre une réflexion assez drôle. Au niveau des personnages, on a droit à la troupe habituelle que l’on retrouve dans tout récit d’héroïc-fantasy. Darko remplace Lanfeust, Tara remplace Cian, Sleilo remplace Cixi, Urfold remplace Nicolède, Ghorg le démoon remplace Hébus le troll et enfin Xarchias remplace Thanos. Tout ce petit monde reste assez sympathique, mais on éprouvera plus de sentiments pour Tara, qui a un destin un peu plus tragique que les autres.

Néanmoins, tout n’est pas rose dans cette série Si tout débute parfaitement et que la lecture est fluide, on commencera à voir l’histoire décliner à partir du septième tome. Le scénario veut donner plus d’importance à la sœur du héros, lui offrant un rôle qui ne lui va pas et on sent que ça tire en longueur. Le dernier tome sorti, le huitième, ne signe pas la fin de l’aventure et c’est le plus mauvais. Plus sombre mais plus incohérent, on va voir nos héros partir dans les cercles des enfers pour retrouver des démons. C’est assez bâclé et on ressent une profonde lassitude à voir nos héros se sortir de toutes les galères par des moyens parfois capillotractés.

Heureusement les dessins de Philippe Pellet sont sublimes. Les décors, tout en végétation sont relativement variés et on prend plaisir à naviguer entre forêt traditionnelle et jungle tropicale. D’un point de vue des personnages, nos héros ont de bonnes têtes bien distinctives, et on notera une application toute particulière pour la gente féminine, avec Sleilo et Tara qui sont des bombe anatomiques. Les différentes créatures peuplant le récit sont aussi très belles et c’est un réel plaisir de feuilleter ces ouvrages.

foretsdopale02planche_6086

Au final, Les Forêts d’Opale est un excellent récit d’héroïc-fantasy, dans la même veine que Lanfeust de Troy. Mêlant humour et critique de la religion, cette saga se veut plus intelligente qu’il n’y parait. Il est seulement dommage de voir que ça tire en longueur, tout ça pour sortir des tomes et faire de l’argent. Quand on voit la qualité déclinante des deux derniers tomes, on espère que la fin est proche afin de ne pas partir dans le n’importe quoi

Note : 15/20

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net