Under the Skin

238222.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Jonathan Glazer

Avec Scarlett Johansson, Jeremy McWilliams, Lynsey Taylor Mackay, Dougie McConnell

Année: 2014

Pays: Angleterre

Genre: Science-Fiction

Résumé :

Une extraterrestre arrive sur Terre pour séduire des hommes avant de les faire disparaître.

Avis :

« Under The Skin » est un film qui ne fera pas l’unanimité. C’est un film extrême dans son expérience, surement même un peu trop.

« Under The Skin » est tout à fait le genre de film que j’adore autant que je déteste. Qui m’ennuie beaucoup à plusieurs moments, mais qui me fascine en même temps. Mais que l’on aime, que l’on adore, que l’on déteste, ou qu’on s’emmerde devant, une chose est sûre « Under The skin » fait partie des films qui ne laissent personne indifférent.

063876.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Écosse, de nos jours. Une jeune femme énigmatique conduit inlassablement une camionnette. Au détour des ruelles, elle demande son chemin à des hommes de tout type et inlassablement, elle les séduit et comme une mante religieuse, elle les amène chez elle pour les consommer. Une coutume plutôt bizarre, mais cette jeune femme n’est pas comme les autres. Cette jeune femme est en fait une extraterrestre qui ne connait pas les sentiments.

Film expérimental ? Ovni cinématographique ? Trip éveillé, cauchemar incertain ?

« Under The Skin » est surement le film le plus singulier qu’on verra en salle cette année. J’ai un peu le même sentiment que quand j’avais découvert « The Tree Of Life« . C’est-à-dire que comme devant le film de Malick, je n’ai pas vraiment accroché sans détester pour autant. Je me suis quand même beaucoup ennuyé mais pourtant, à plusieurs moments, , je suis rester fasciné par l’ambiance unique et les images incroyablement belles, stylisées qui dégagent beaucoup de caractère.

L’ambiance sonore est terrifiante, angoissante à souhait, alors que j’avais le sentiment que le film était interminable. L’envie de partir de la salle m’a traversé l’esprit, mais à aucun moment, j’aurais pu partir, car j’étais comme hypnotisé par les images et ce que je voyais. Et puis, il y avait aussi la curiosité de savoir jusqu’où le réalisateur pouvait nous emmener, jusqu’où il allait bien pouvoir aller pour nous révéler la bête derrière le visage d’ange de Scarlett Johansson.

Et si je suis ressorti de la salle la tête en vrac, ne sachant pas quoi penser de l’œuvre, je me rends compte que plus le temps passe et plus je l’apprécie et je me rends compte qu »Under The Skin » est un film qui continue de voyager dans mon esprit bien après son visionnage et il faut prendre le temps d’y repenser avec de commencer à en parler.

Le film bénéficie d’un scénario pour le moins intriguant, qui m’a fait me poser beaucoup de questions sur son intrigue, allant même à penser voir une tueuse en série sous LSD.

Si j’ai bien compris la plupart de la trame du film et l’essentiel pour son personnage principal, j’avoue qu’il reste quand même plusieurs zones d’ombre. J’imagine, je suppose, mais je n’ai pas vraiment de réponses, ce qui est d’un côté, désagréable, et de l’autre, pas tant que ça, puisque j’ai plus été pris par l’univers du film que par son histoire.

Car pour ma part le point fort du film, c’est son ambiance et sa mise en abîme terriblement esthétique. « Under The Skin« , malgré les longueurs et les incompréhensions est un vrai choc visuel.

Les images sont incroyables, inédites, recherchées et captivantes. Un film comme celui-ci n’est pas prêt de revoir le jour.

Le film a des scènes qui vont très bien se mélanger en nous, l’hypnose et l’admiration. L’admiration par la beauté des images qui en deviennent hypnotiques, puis l’audace de la mise en scène, qui m’a mis mal à l’aise à plusieurs moments, comme toutes ces scènes où le personnage de Scarlett Johansson attire ces hommes dans son antre. C’est oppressant même, et pourtant, ça reste beau, presque poétique. Puis, il y a cette BO envoûtante qui marque très bien ces moments. Elle est très belle sur tout le film, mais particulièrement sur ces moments-là.

« Under The Skin » est donc tenu par la belle Scarlett Johansson et l’actrice est à l’image du film, hypnotique et l’on ne retient qu’elle. Les autres acteurs qui peuplent le film ne seront que de passage à l’écran. Elle est sexy et terrifiante à la fois, naturelle quand elle se regarde dans un miroir. Touchante aussi, troublante vers la fin, dans une scène qui sera à coup sûr la scène la plus chamboulante de l’année de par son visuel. C’est tellement improbable que j’en suis resté bouché bée, aussi dérangé que fasciné.

086600.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

« Under The Skin » n’est pas vraiment un film, je le comparerais plus à un tableau. Comme une œuvre d’art, sur laquelle on s’attarde sur certaines scènes de ce tableau, qu’on trouve magnifiques, alors qu’à d’autres endroits, c’est long et ennuyant, on apprécie moins le détail.

Jonathan Glazer a réalisé ici le film le plus perturbant de cette année 2014. C’est un film qui ne mettra pas tout le monde d’accord, mais une chose est sûre, qu’on aime ou qu’on déteste, « Under The Skin » continue à vous suivre une fois en dehors de la salle.

Pour ma part plus je m’en éloigne, plus j’y repense et plus je l’apprécie.

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net