Linkin Park – The Hunting Party

the-hunting-party

Avis :

Comment définir l’évolution d’un groupe ? C’est une question très difficile à élucider, surtout quand on voit les chemins différents que prennent tous les groupes. On peut penser à Cannibal Corpse qui n’a jamais bougé d’un iota de sa ligne de conduite, on peut aussi voir le cas de AqME, qui propose au fil des albums une rage plus présente et une montée de la violence et on peut aussi voir le schéma de Linkin Park, qui a complètement changé de voie. Après deux gros succès dans le domaine de métal avec Hybrid Theory en 2000 et Meteora, le groupe décide de changer de cap, pour partir vers de l’électro et de la musique expérimentale du plus mauvais effet. D’ailleurs, une partie des fans se sont détournés du groupe à cause de ce changement trop radical. Il faut surement y voir une collaboration trop proche avec des personnages peu recommandable comme Jay-Z par exemple. En 2012, le groupe sort Living Things, qui sera une sorte de transition entre le rock et l’électro mais qui ne marquera pas les esprits et qui ne reviendra jamais à ce que l’on aimait de Linkin Park. Alor que donne The Hunting Party, dernier effort du groupe ? Est-on encore dans de l’électro poussive ou le groupe revient-il aux sources de son succès ?

Il faut savoir que des rumeurs sur un possible retour au rock circulaient sur le net. En effet, le chanteur Mike Shinoda avait annoncé que le rock avait perdu de sa superbe et qu’il était plutôt herbivore, pas assez transgressif. Du coup, beaucoup de personnes se sont demandé si le groupe allait renouer avec ses débuts. Et le fait que The Hunting Party est auto-produit laissait à penser que le groupe voulait s’affranchir de certaine maison d’édition propice à brimer les formations pour faire du pognon. Quoiqu’il en soit le skeud s’ouvre sur Keys to the Kingdom et le morceau envoie sévère, comme aux débuts de Linkin Park. C’est assez puissant, le refrain est en screamo et on a droit à une partie rappée comme à la belle époque. Pas de doute, le groupe essaye de revenir sur le devant de la scène rock et ça fait plaisir. All for Nothing est un titre un peu plus calme, mais qui reste très ancré dans le rock et le métal avec un refrain entêtant. C’est un morceau simple, mais bien foutu et assez nerveux dans son ensemble. Guilty All the Same est un titre qui dure plus de cinq minutes et qui n’hésite pas à envoyer la sauce. Suivant un schéma connu par le groupe avec du chant clair, du rap et un refrain crié, on est dans quelque chose de connu, mais qui possède un certain savoir-faire. Les guitaristes s’en donnent à cœur joie et cela fait plaisir à entendre. Pour faire bien, le groupe termine quasiment chaque titre par des sonorités électro, comme une transition entre leurs expérimentations et le retour vers une musique plus énergique. On retrouvera ce transfert avec The Summoning, un morceau électro d’une minute pile qui n’a aucun intérêt. Par contre, on sera étonné par le morceau suivant, War. En effet, il pousse le groupe vers un genre qu’il ne faisait pas, le punk. Morceau très court d’un peu plus de deux minutes, toutes guitares dehors, avec un rythme effréné et un solo d’une grande maîtrise, le groupe surprend et réussit son coup. S’ensuit Wastelands, un titre purement heavy sur le rythme et les guitares, avec un chant rappé par Mike Shinoda. Le refrain rentre vite en tête et on retrouve du Linkin Park d’antan avec un certain plaisir.

Linkin_Park_3

Until It’s Gone est un peu le morceau calme de l’album. Entre le titre rock et la ballade, le titre et assez plaisant et allie relativement bien certaines sonorités électros avec des grattes bien senties. Chose aussi surprenante, on retrouvera un petit solo plutôt bien foutu et ce n’est pas dans les habitudes du groupe. Arrive ensuite Rebellion qui est surement ce qui se fait de mieux en mix en électro et métal. Au niveau du son, on a l’impression d’écouter du System of a Down et le featuring avec Damon Malakian n’y est surement pas pour rien. Il en ressort un titre plaisant, puissant, avec un refrain d’une redoutable efficacité. Mark the Graves est un titre un peu plus complexe dans l’ensemble. Plus haché, s’axant autour de plusieurs style comme le rock et le métal, le morceau reste très sympathique sur quelques passages et moins intéressants sur d’autres. La fin, dantesque est ce qu’il y a de plus intéressant dans le titre qui ne marquera malheureusement pas les esprits à cause d’une complexité presque inutile. Drawbar est aussi une énorme déception, puisqu’elle annonce un Tom Morello que l’on attend encore pour un morceau aux sons distordants et au piano lénifiant. Un morceau pour rien et c’est dommage. Final Masquerade est un morceau pop rock assez anodin et un poil trop commercial mais qui permet d’entendre la jolie voix de Chester Bennington qui n’a rien perdu de sa superbe. Enfin, le skeud se termine sur A Line in the Sand, titre de plus de six minutes, qui commence très lentement pour partir sur des riffs très agressifs qui n’hésitent pas à envoyer le pâté. Le morceau est efficace et clôt l’album en beauté.

Au final, The Hunting Party, le dernier album de Linkin Park est une bonne surprise. Assurant un retour aux sources avec un son plus rock et métal, le groupe va essayer de renouer avec les fans de la première heure, s’ils n’ont pas trop vieilli entre temps. On regrettera cependant certains interludes inutiles et une production un peu hasardeuse sur certains titres qui vont presque amateur. Mais dans sa globalité, le skeud tient vraiment la route.

  1. Keys to the Kingdom
  2. All for Nothing feat Page Hamilton
  3. Guilty All the Same feat Rakim
  4. The Summoning
  5. War
  6. Wastelands
  7. Until It’s Gone
  8. Rebellion feat Damon Malakian
  9. Mark the Graves
  10. Drawbar feat Tom Morello
  11. Final Masquerade
  12. A Line in the Sand

Note: 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net