décembre 4, 2020

Un Eté Italien

19052323.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original: Genova

De : Michael Winterbottom

Avec Colin Firth, Hope Davis, Catherine Keener, Willa Holland

Année: 2008

Pays: Angleterre

Genre: Drame

Résumé:

Un veuf décide de partir pour l’Italie avec ses filles pour redémarrer leur vie. Ces dernières évolueront chacune à leur manière, la plus jeune troublée par la vision du fantôme de sa mère, la plus âgée par la découverte de sa sexualité.

Avis :

Michael Winterbottom était de retour au printemps 2009 avec ce drame intime et lumineux tourné en Italie. Etant amateur du cinéma de Winterbottom, je m’attendais quand même à mieux, à quelque chose de plus fort.

C’est un bon film, malgré ce que je viens d’écrire, c’est un film que j’ai apprécié, mais il lui manque ce petit quelque chose pour qu’il soit vraiment prenant et émouvant.

Chicago. Kelly a seize ans et Mary une dizaine d’années, elles sont sœurs. Un matin comme un autre, alors qu’elles sont en voiture avec leur mère, elles ont un grave accident de voiture. Leur maman est tuée sur le coup.

Peu de temps après l’accident, les deux jeunes filles vivent avec leur père, professeur d’université. Celui-ci se voit proposer un poste à l’université de Gênes en Italie. Il accepte en pensant que le fait de changer de pays pourrait faire du bien à tout le monde. Les filles auront donc un été en Italie pour y passer des vacances avant d’attaquer la rentrée scolaire.

Gêne, l’Italie, le sud, le soleil, les plages, les ruelles de la ville de Gêne, tel est le décor de ce film où les personnages vont vivre une histoire tristement dramatique qui sera l’opposé total de la ville elle-même.

19052320.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le deuil, un sujet qui n’est pas neuf au cinéma. Beaucoup de réalisateurs s’y sont frottés et en ont parlé, certains y arrivent beaucoup mieux que d’autres.

Le plus qu’éclectique Michael Winterbottom, cinéaste anglais touche à tout en a fait le sujet central de ce petit film intimiste et délicat. « Un été Italien » est un film tout en sensibilité, comme les couleurs de cette ville et son ambiance chaleureuse.

Le réalisateur arrive bien à nous faire partager les peines et les fragilités de ces deux fillettes aux caractères opposés qui vont vivre chacune, à leur manière, ce moment dramatique de leur toute jeune existence.

J’ai bien apprécié ce film. Moins que ce que j’aurais aimé, car je lui ai trouvé quelques longueurs et plusieurs moments pas si intéressants que ça. Mais dans le fond ça reste un joli film, qui ne marquera peut-être pas la carrière du cinéaste britannique, mais qui mérite qu’on s’y attarde au moins une fois.

J’ai trouvé que l’ambiance qu’il dégageait était très jolie. Michael Winterbottom nous plonge dans un drame familial profond et dur, mais ne nous plonge pas dans une histoire glauque et triste, gardant toujours ce côté très lumineux, plein d’espoir, pour essayer d’apporter de l’émotion, plus qu’un côté déprimant à son spectateur.

Le film est beau et sincère, sans superflu. Son histoire est touchante d’emblée, surtout que le réalisateur prend le point de vue des deux filles de la famille. Winterbottom aborde de façon assez poétique la confrontation de la mort, vue par des enfants. Mais le film aborde aussi et surtout la culpabilité de cet accident et comment vivre avec, surtout à ce petit âge, où beaucoup de problèmes ordinaires sont très vite démesurés, vus au travers ces petits yeux. J’avoue avoir été touché par la plus jeune des deux filles.

Comme pour beaucoup de films de ce réalisateur, la mise en scène est superbe. Sobre avec des plans magnifiques, il capte bien cette ville sans tomber dans un film qui ressemble plus à une carte postale. Le film est bercé dans des couleurs chaudes et c’est avec plaisir qu’on découvre aussi bien cette ville que l’histoire de cette famille. C’est quand même assez dommage, que le film manque un peu de rythme. C’est vrai qu’à certains moments, on a l’impression que le réalisateur étire un peu (trop) certaines scènes. D’où ce sentiment à un moment de longueur.

Le casting est bien choisi aussi, si Colin Firth est très bon comme à chaque fois, les vraies surprises viennent de ces deux filles. Les actrices sont excellentes. Willa Holland sortie de la série « Newport Beach » nous prouve qu’elle peut jouer autre chose que les pestes insupportables. Mais c’est surtout Perla Haney-Jardine qui est bluffante de sincérité, de retenue et de maturité. Pour son jeune âge, je l’ai trouvé incroyable. Le reste du casting est sympa, mais pas incroyable non plus. On retrouvera Hope Davis, Catherine Keener et Alessandro Giuggioli.

19084531.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

« Un été Italien » est un beau film, je suis content d’avoir vu ce film.

C’est vrai que je suis un peu déçu, car j’en attendais plus de la part de ce réalisateur, mais ça reste tout de même un film simple, profond, humain et touchant par moments et qui nous révèle une excellente petite actrice, Perla Haney-Jardine, un nom dont on devrait entendre encore parler.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.