octobre 27, 2020

Hamlet

h27gXqVuXohZD0XFX0qCeHjVK3g

De : Kenneth Branagh

Avec Kenneth Branagh, Richard Attenborough, Brian Blessed, Richard Briers

Année: 1996

Pays: Etats-Unis, Angleterre

Genre: Drame

Résumé:

Sur les remparts d’Elseneur, Hamlet, jeune prince du Danemark, voit apparaître le spectre de son père. Celui-ci lui apprend qu’il a été assassiné par son frère Claudius, l’oncle d’Hamlet, en accord avec la reine. Le coupable lui a ravi à la fois épouse, couronne et vie. Hamlet simule la folie pour préparer sa vengeance et délaisse sa fiancée Ophélie, qui devient folle et se noie.

Avis :

Kenneth Branagh est un amoureux de l’œuvre de Shakespeare. Au début de sa carrière, il a joué du Shakespeare au théâtre, pour la Royale Shakespeare Company, puis plus tard il a commencé à adapter les pièces du maître pour le cinéma. Dès son premier film où il s’attaque à « Henry V« , puis s’ensuivra  » Beaucoup de bruit pour rien  » qui est une jolie réussite, mais c’est en 1997 qu’il se lance dans un ambitieux projet complètement démesuré. Une immense fresque de quatre heures, peut être bien le film de sa vie ainsi que le rôle de sa vie. Ce film, c’est « Hamlet » l’une des pièces les plus connus de son auteur.

Et je peux le dire, maintenant que je l’ai enfin vu, ce film un immense chef-d’œuvre ! Une vraie réussite en tous points, une belle et magnifique claque cinématographique, un prodigieux choc et j’en oublie tant le film m’a passionné, captivé et hypnotisé sur tout son long.

Branagh as Hamlet

Hamlet est un jeune prince du Danemark, son père le roi est mort d’une soit disant morsure de serpent. Sa mère a épousé son oncle, qui est alors devenu le nouveau roi du pays.

Un soir Hamlet est prévenu par des gardes du palais qu’un esprit rôde autour de la propriété et qu’il ressemble étrangement au roi disparu. Hamlet décide de partir à la recherche de cet esprit pour savoir ce qu’il peut bien vouloir au château et c’est là qu’il tombe nez à nez avec l’esprit de son père. Celui-ci va alors lui apprendre qu’il n’est pas mort d’une morsure de serpent comme tout le monde le pense, mais qu’il a été assassiné de la plus immonde des façons qu’il soit, par le plus proche des meurtriers, son frère, le nouveau roi du Danemark. L’esprit réclame vengeance auprès de son fils pour que ce dernier ne demeure pas impuni. Hamlet va alors chercher la vérité et si vérité il y a, alors sa vengeance sera aussi immonde que le crime, intelligemment dissimulé.

Un monument, un film qui ne ressemble à aucun autre, une fresque puissante et tragique, une histoire hors du commun, une adaptation plus que parfaite.

Faire un film de quatre heures sur « Hamlet » adaptant minutieusement chaque dialogue était un énorme défi où bien des cinéastes auraient pu se casser les dents. Il fallait donc un admirateur de l’œuvre du maître pour rendre toute la dimension et la profondeur de cette œuvre magistrale et il n’y avait que Kenneth Branagh pour le révéler avec autant de brio et de passion, car jamais quatre heures de film ne passées si vite, n’ont été si captivantes du début à la fin sans aucun relâchement.

Le film de Kenneth Branagh est une expérience quelque part entre le cinéma et le théâtre, car son « Hamlet« , même si celui-ci est un film, garde l’âme théâtrale de l’œuvre originale de Shakespeare.

Le film est donc fabuleux, que ce soit dans la mise en scène qui a énormément de classe, de maîtrise, d’idée, de créativité et de beauté qui se dégage des images (On sent que chaque plan est travaillé de manière à ce que ce soit le plus beau possible, mais aussi le plus poétique possible). Elle empreinte beaucoup au théâtre avec un côté burlesque et une façon de jouer de la part des comédiens qui rappellent les planches. Le film jouit de plans incroyables, magnifiques, d’un travail avec des décors sublimes, imposants, mais n’écrasant pas le film (la reconstitution de l’époque est magique et le film à une ambiance à part, un caractère qui lui est propre). Il y a des séquences parfaites, des moments de silence à en donner des frissons, des jeux de regards intenses, des comédiens passionnés, possédés par leurs personnages. De longs moments de monologues qui tiennent simplement à la force des mots, à l’interprétation des acteurs. La musique extraordinaire, belle, mélancolique, dramatique, composé par Patrick Doyle finit de compléter le tableau.

Le scénario est une merveille à lui seul, signé Shakespeare, on ne peut pas rêver mieux. Il m’a complètement conquis, passionné, bouleversé par la fin, car si je connais un peu l’histoire d’Hamlet, ce n’était que de survol, d’une scène par-ci par-là. Là j’ai pu la découvrir dans les meilleures façons qu’ils soient et je n’ai pas vu mon film passer.

Après c’est vrai que le film peut en décourager plus d’un, de par sa durée, mais aussi par son contenu, car la langue de Shakespeare, si poétique soit-elle, peut en freiner plusieurs. Moi personnellement, je trouve que c’est de la poésie et je pourrais les écouter à longueur de journées.

Les comédiens sont tous parfaits dans ce film. Tout le monde à sa place et on ne peut remplacer personne. Kenneth Branagh, qui joue « Hamlet » est tout simplement extraordinaire, complètement passionné par son personnage. Il nous sort de grandes tirades avec tant de convictions, de charme, d’assurance, de peur, de haine et d’amour, qu’il en est sidérant. Moi il m’a scotché, c’est bien son meilleur rôle.

On trouvera dans ce casting de grands noms, même pour une toute petite apparition, Branagh s’est entouré des meilleurs.

Derek Jacobi est fabuleux dans la peau du traître devenu roi, Julie Christie est touchante dans le rôle de la mère d’Hamlet. Kate Winslet est impériale et démontre déjà tout le talent qu’on lui reconnait. Timothy Spall et Robin Williams sont comme toujours très bons. Dans les petites apparitions qu’on remarque, il y a Billy Crystal (Génial), Judi Dench (bluffante et elle n’apparaît pas plus d’une vingtaine de secondes et pourtant …), Gérard Depardieu, Jack Lemmon, Brian Blessed (impressionnant de charisme), Richard Attenborough, Charlton Heston et bien d’autres encore, ce casting est interminable et génialement bien trouvé.

hamlet96b

Ce film m’a passionné jusqu’à la fin et pourtant ce n’était pas gagné, puisqu’un film de cette durée c’est soit ça passe et ça passe très bien, soit ça casse. Je l’ai regardé il y a quelques jours maintenant et c’est simple, il hante toutes mes pensées.

C’est l’une de mes plus belles expériences de cinéma. J’aurais adoré le voir dans une salle obscure. Kenneth Branagh nous a fait un redoutable chef-d’œuvre à n’en pas douter.

Note : 20/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.