décembre 2, 2020

Les Amants d’Outre-Tombe

MovieCovers-21183-39392-LES AMANTS D OUTRE TOMBE

Titre Original : Amanti D’Oltretomba

De : Mario Caiano

Avec Barbara Steel, Paul Miller, Helga Line, Lawrence Clift

Année : 1965

Pays : Italie

Genre : Horreur

Résumé :

Un jour, Stephen Arrowsmith tue sa femme de sang-froid. Le scientifique psychopathe injecte ensuite dans le corps d’une amie à lui le sang de sa défunte épouse ! En effet, il souhaite faire perdurer sa beauté par-delà la mort… Il décide ensuite de se marier avec sa sœur, qui a hérité de toute la fortune de la victime, puis tente de la faire passer pour folle. Malheureusement pour lui, le docteur en charge de l’évaluation psychologique n’est pas dupe…

Avis :

Qu’est-ce qui différencie le cinéma gothique anglo-saxon et le film gothique italien. A priori, pas grand-chose, sauf que les ambiances demeurent bien différentes entre les deux genres. Chez nos amis britanniques, on ressent un vrai amour pour les cimetières, la brume et les briques. De ce fait, on aura une ambiance poisseuse, humide, qui instaure un certain malaise. Chez nos amis italiens, c’est un peu différent. Le pays étant plus chaud, il n’y a pas de brume, et on aura un aspect un peu plus sec. Les films d’horreur des années 60 jouaient plus sur la sensualité, sur une chaleur assez malsaine laissant planer un doute sur les intentions des personnages. Peut-on aimer les deux ambiances et donc les deux genres ? Certainement, mais Les Amants d’Outre-Tombe, malgré des points positifs, ne restera pas forcément dans les annales du genre, la faute à un rythme bien trop lent.

1zgb02b

Double-Face a trouvé sa femme !

Le scénario est assez saugrenu. Un scientifique est très amoureux de sa femme qui détient un château et beaucoup d’argent. Il part alors pour une convention scientifique. Sitôt parti, sa femme le trompe avec l’homme à tout faire de la maison, mais la femme de chambre les surprend. Elle fait alors signe au mari dont la convention n’était qu’une esbroufe pour piéger sa femme. Il tue alors les deux amants en prenant plaisir à les torturer. Ils décident alors de transfuser le sang de sa défunte femme dans le corps de la femme de chambre la rendant ainsi jeune et belle. Puis il se marie avec la sœur de son ex-femme, et il veut la faire passer pour folle afin de toucher le pactole Malheureusement pour lui, le docteur en charge de la nana ne l’entend pas de cette oreille. On est face à un récit assez capilotracté, mais qui va prendre forme durant le film. En effet, la construction est assez linéaire et on comprend vite les desseins du savant étant donné qu’il explique tout à sa femme de chambre qui devient alors son amante. En gros, c’est juste une histoire de cul et de partouze qui vrille à cause de la psyché folle du scientifique.

Alors le film contient vraiment des moments intenses et intéressants. La mise en scène est soignée et très esthétique. On sent que Mario Caiano prend son temps et peaufine sa réalisation pour proposer des moments assez forts. Le passage où les amants s’embrassent sous la serre est très beau par exemple. Mais il y a aussi des passages assez glaçants et dérangeants, comme le cauchemar que fait la sœur de la défunte où les amants ont des cagoules blanches qui recouvrent leurs visages. On pense aussi à l’apparition (tardive) des amants sous forme fantomatique qui est une vraie réussite. Chose assez surprenante pour l’époque, on va voir un vrai sadique qui n’hésite pas à torturer de sang-froid ses victimes. Certains passages sont violents et on peut comprendre l’interdiction aux moins de 16 ans à l’époque. On peut aussi voir la talentueuse Barbara Steel dans deux rôles assez différents et elle joue vraiment très bien, tout comme Paul Miller en savant fou sadique que rien n’arrête.

Seulement, malgré tous ces points positifs, on va ressentir une longue attente qui en devient presque interminable. Le film est très long à se mettre en place, il y a un gros passage à vide en plein milieu du métrage et on aura presque tendance à s’endormir malgré la mise en scène intéressante. La mise en place du piège du savant pour prouver que sa nana est folle est beaucoup trop longue. Le film se perd en discussions assez futiles et le spectateur perdra le fil à cause de l’ennui. D’autant plus que l’on n’a pas grand-chose à quoi se rattraper. Le docteur beau gosse est assez lisse et on n’aura aucune empathie pour lui et certains pièges pour se débarrasser de lui sont assez loufoques, comme la baignoire électrique. Bref, on a rien de bien croustillant à se mettre sous la dent, jusqu’à la fin avec l’apparition des fantômes et leurs tronches relativement bien fichus.

les_amants_d_outre-tombe_photo_3

On n’est pas dans la merde là ?

Au final, Les Amants d’Outre-Tombe est un film d’horreur relativement moyen qui ne suscitera aucune peur. Si le métrage contient son lot de scènes bien fichues et démontre une certaine maîtrise de la mise en scène, on regrettera sa longueur et ces longs moments où il ne se passe pas grand-chose pour faire croire que la femme est folle. Dans sa globalité, le film demeure assez sympathique, mais il reste dans l’air de son temps et a assez mal vieilli aujourd’hui, notamment à cause de son rythme asthmatiforme.

Note : 11/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.