octobre 29, 2020

Territoires

19734240.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Olivier Abbou

Avec Roc LaFortune, Sean Devine, Nicole Leroux, Cristina Rosato

Année : 2010

Pays : France, Canada, Québec

Genre : Thriller, Horreur

Résumé :

Revenant d’un mariage au Canada, 5 amis rentrent en voiture aux États-Unis lorsqu’ils se font arrêter en pleine forêt par deux membres de la Police des Frontières. Alors qu’ils n’ont rien à se reprocher, les policiers les accusent de terrorisme et leur font subir des interrogatoires brutaux. Devant le silence de leurs prisonniers, ils décident de les enfermer dans des cages cachées au cœur de la forêt et de continuer leurs investigations à l’abri des regards.

Avis :

Les films d’horreur de l’époque sont-ils mieux que les films d’horreur d’aujourd’hui ? La réponse à la question est forcément négative, mais si on s’attarde sur le sujet et que l’on questionne les cinéphiles ayant la quarantaine, voire plus, on sent un réel ennui avec les productions contemporaines. On peut alors se poser la question de ce qu’il manque dans ces films, qui ont tendance à ne faire plus rien ressentir aux spectateurs rompus au genre. Selon Olivier Abbou, alors réalisateur de ce thriller psychologique lorgnant du côté de l’horreur, c’est le contexte politique. En effet, aujourd’hui la politique n’a pas une place aussi importante et l’environnement du film d’horreur ne tient plus compte de ce facteur qui peut rendre tendu n’importe quelle situation. Il décide alors de faire Territoires, très ancré politiquement, et qui essaye de faire la part belle aux films hard boiled des années 80. Alors pari réussi ou pas ?

19757388.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

C’est pas moi qui aie volé l’orange !!!!

L’histoire se révèle être assez simple. Cinq personnes reviennent d’un mariage au Canada. Alors sur le chemin du retour, ils tombent sur des agents des douanes qui les arrêtent. Mais visiblement, ces deux gus ne sont pas des douanes et réservent un avenir douloureux aux cinq compagnons de route. En lisant rapidement ces quelques lignes, on pourrait croire que l’on est tombé sur un simple torture-porn, avec deux tarés qui vont faire mumuse avec de pauvres hères. Seulement, ce serait sans compter sur la french touch du métrage, en y glissant un message politique et en allant plus loin que la simple torture. D’ailleurs le film ne comporte que très peu de scènes gores, voire pas du tout pour les moins sensibles, mais il tire plus vers la torture psychologique. En effet, nos proies seront soumises à des rites réguliers comme un entrainement militaire le visage sous un sac, ou enfermé dans un algeco, avec une lumière clignotante et du black métal à fond. Ainsi, le film ne tire pas son intérêt dans le sanguinolent.

Et Olivier Abbou a vite compris que ce n’est pas en mettant de l’hémoglobine et de la torture à tout va qu’il va capter le spectateur. Dès le début du film, on sent une réelle tension. Le premier quart d’heure est vraiment un modèle du genre, on est toujours sur la brèche, on ne sait pas ce qu’il va se passer et on est aussi tendu que ces sympathiques innocents. D’autant plus que le réalisateur n’oublie pas de dresser un portrait de chaque personnage, les rendant ainsi unique et pas seulement de la chair à canon ou un méchant sans envergure. On aura l’arabe qui sera martyrisé et convaincu par la suite d’être un terroriste, le jeune frère muet et asthmatique mais qui essaye de s‘en sortir, la femme forte qui subir les pires humiliations ou encore la jolie donzelle qui va avoir un problème de dent et qui est prête à tout pour se faire soigner. De ce fait, chaque personnage est vraiment unique et demeure réel. C’est exactement la même chose pour les méchants, le duo Roc LaFortune et Sean Devine fonctionne parfaitement et le premier est vraiment une ordure de première. Néanmoins, leur background est travaillé et reste ancré dans le réel. Ai-je oublié de dire que ce film est tiré d’un fait divers ?

Le plus gros défaut du film, c’est qu’au niveau du rythme, on connait un grand passage à vide où l’histoire n’avance pas forcément. On va avoir quelques séances de torture, mais rien de bien méchant et filmé à la va-vite, puis on va voir nos victimes en train de plus ou moins agoniser dans leurs cages. Heureusement, le scénariste avait prévu le coup, puisqu’il choisit ce moment pour faire intervenir un détective privé très attachant et vraiment mystérieux. Complètement perché, mais d’une rare gentillesse, ce personnage fait que le film bascule vraiment dans le thriller et plus dans l’horreur. Cette arrivée un peu incongrue est une vraie bouffée d’air frais dans le film, qui commençait à tourner dans le vide. Le fin est nihiliste au possible et rappelle un petit peu Wolf Creek, tout en restant plus soft tout de même.

19757389.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Tu m’étonnes que les intermittents du spectacle fassent grève, tu as vu leur condition de travail ?

Au final, Territoires est un film intéressant à bien des égards, mais qui souffre de quelques difficultés pour être pleinement apprécié. Thriller psychologique assez violent dans le fond, avec des personnages très travaillés, on regrettera cependant un moment de flottement dans le milieu du film et peut-être que quelques passages bien sentis ou un poil plus gores auraient été appréciables. Reste que le contexte politique est savamment exploité et donne de la profondeur au métrage et aux deux grands méchants. Un film injustement boudé mais qui peut valoir le coup d’œil.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

IscarioteNote de Iscariote: 12/20 Une idée originale, un début oppressant au possible, mais pas assez d’explications sur les motivations des antagonistes. Et le détective est un cliché sur patte!

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Une réflexion sur « Territoires »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.