Fargo Saison 1

fargo-saison-1

D’Après une Idée de : Noah Hawley

Avec Billy Bob Thornton, Allison Tolman, Coln Hanks, Martin Freeman

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Nombre d’Episodes: 10

Résumé:

« Lorne Malvo », tueur à gages et manipulateur hors-pair, verse le sang sur son passage. Notamment dans une petite ville du Minnesota, en émoi suite à quelques cadavres laissés ici et là. Très futée, l’adjointe Molly Solverson mène son enquête. Parviendra-t-elle à faire éclater la vérité ?

Avis:

Faire un remake ou un reboot ou autre chose sur « Fargo« , l’un des chefs-d’œuvre de la fratrie Coen, était un pari plus que risqué et moi-même au départ j’étais contre l’idée de ce projet. J’adore le film des Coen et à l’heure où le tout Hollywood ne jure que par suite et remake bien souvent ratés, je craignais le pire. Puis plus le projet avançait et plus il éveillait ma curiosité. Car si la série porte le même nom que le film, l’histoire qu’elle va nous raconter sur ces dix épisodes sera tout autre et cette série va atteindre des sommets et se révéler jubilatoire et addictive au possible.

Lester Nygaard est un homme sans histoires. Après une agression, il fait la connaissance à l’hôpital de Lorne Malvo, un homme inquiétant. Peu après, Lester apprend que l’homme qui l’a agressé est mort suite aux propos que Malvo a tenus. Anxieux, quand sa femme rentre à la maison, une dispute éclate et Lester va commettre l’irréparable.

Pour essayer de se sortir d’affaire, il appelle Malvo et lui demande son aide, mais la situation va dégénérer très vite et le chef de la police de la ville va être abattu.

C’est Molly Solverson qui va enquêter sur cette affaire et la jeune femme va avoir du travail, car tout n’est pas clair et elle sent que Lester cache quelque chose. Mais plus elle va avancer dans l’enquête et plus les pistes vont devenir floues. Entre des mafieux qui débarquent en ville, un tueur à gage impitoyable, Lester qui nie tout en bloc, le nouveau chef de la police qui ne veut rien entendre et les cadavres qui commencent à s’empiler, la jeune femme n’est pas sortie d’affaire.

546817.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Bienvenue dans le Minnesota pour une histoire aussi glaciale que la neige qui recouvre les paysages déserts.

Le pari est des plus risqués, faire une sorte de remake de « Fargo« , le projet était à prendre avec des pincettes. C’est vrai que l’univers du film des Coen peut donner matière à faire un bon film ou une bonne série si c’est bien fait et après une multitude de trailer qui rassurait c’est en avril dernier que je suis entré dans cette nouvelle série made in 2014.

Alors vaut-elle le coup d’œil ou est-ce encore un remake fade et sans saveur ?

Et bien la réponse est carrément la première ! « Fargo » ne vaut pas simplement le coup, après un épisode pilote des plus réussis, on a envie de savoir la suite. La série m’a accrochée dès le départ et la comparaison avec le film des Coen n’est pas à faire puisque l’histoire de Lester, Malvo et Molly n’a absolument rien à voir avec le film des frangins. « Fargo » n’aura que le sang des Coen, l’ambiance, ses paysages enneigés, cet humour noir qu’on aime tant, mais ça s’arrêtera là.

La série est bien différente et l’histoire est passionnante. « Fargo« , c’est un peu le « Twins Peaks » des années 2010, peut être bien l’une des meilleures séries du genre depuis bien longtemps. Même si l’univers est tiré du film des Coen, la série a son propre caractère, tout en faisant des clins d’œil géniaux au film référence (l’épisode 4, un coup de génie). On ne regarde pas « Fargo« , on entre directement dans la ville pour vivre « Fargo« . Et la série va s’avérer être trépidante. C’est avec intrigue et malaise qu’à plusieurs moments elle va atteindre des sommets de suspens.

C’est une saveur bien particulière que la série nous offre. Son scénario est parfaitement écrit et efficace nous offrant des personnages qu’on va tous adorer, même les plus pourris d’entre eux. Avec « Fargo« , nos repères sont mis à mal, puisque l’on va suivre Lester Nygaard , un monsieur tout le monde très attachant qui un soir, par un moment d’égarement, va tuer sa femme et s’est ainsi mis dans une situation des plus merdique. Je crois que dans cette année 2014, aucun personnage ne va autant se mettre dans la merde que Lester Nygaard et malgré ce crime odieux qu’il a commis et les façons infâmes et dégueulasses, dictées par la peur, qu’il va avoir pour détourner des preuves et se faire innocenter, la série va rendre ce personnage des plus attachants, oui, on adore Lester. Et c’est bien là l’un des coups de génie de cette série, car plus l’étau se referme autour de lui et plus l’on a envie qu’il s’en sorte. On veut tout simplement que la belle Molly laisse ce pauvre Lester tranquille, un comble, c’est quand même un meurtrier. Puis comme le scénario est totalement imprévisible, on reste scotché devant notre télé avec un suspens des plus prenants, plusieurs fois, on se demande bien comment il va bien pouvoir se sortir de telle ou telle situation. Et ce suspens, « Fargo » va le tenir sur ces dix épisodes nous offrant une série d’exception, avec un épisode final des plus prenants et l’on est même déçu que ces dix épisodes passent si vite.

L’autre grande force de « Fargo« , c’est sa mise en scène incroyable. Intelligente, originale, subtile, excessivement bien filmée, plans, cadres, photo, rythme. La BO sublime de bout en bout, quelque peu décalée, c’est que du bonheur pour nos oreilles. En fait, on n’a rien à lui reprocher, tout est bon et beau à suivre.

Puis elle nous réserve des scènes d’anthologie qui vont faire date dans l’histoire des séries. Je pense à une scène sublime d’une fusillade en ville, d’une intensité rare, alors même que l’on en voit très peu, faute de budget surement, mais ce n’est pas grave puisque le réalisateur du coup nous offre du nouveau et nous tue sur place. On peut aussi citer par exemple une scène de traque plongée dans un brouillard des plus glaçants. C’est étouffant à souhait.

La série utilise très bien les décors, les paysages désertiques et arides. Dès le premier plan, elle nous met dans l’ambiance avec cette voiture qui fait un accident en pleine nuit au milieu de rien et cet homme qui court en caleçon dans un champ enneigé… Magique d’entrée de jeu.

Puis enfin que dire de ce casting tout aussi puissant que la série elle-même. Par où commencer?

Martin Freeman est incroyable dedans, c’est l’un des meilleurs rôles du comédien. Tellement attachant et touchant alors même qu’il ne devrait pas l’être. Son visage est comme un livre ouvert et l’acteur nous fait ressentir la moindre de ses peurs, ses doutes, ses joies et ses peines. Il est magique dans de rôle.

– Ensuite, on assiste à la résurrection de Billy Bob Thornton qui incarne Lorne Malvo, un tueur implacable. Cet homme, c’est le diable en personne, et Thornton trouve là le rôle de sa vie, un personnage qui pourrait bien devenir culte, tant il nous fout des frissons dans le dos, il nous met mal à l’aise avec un regard. C’est surement l’enfoiré de l’année et quand il est présent dans une scène, on est incapable de savoir comment celle-là peut se finir.

– Après, il y a la belle Allison Tolman, qui est une sacrée révélation. L’actrice, qui tient là son premier gros rôle, est parfaite dans la peau de Molly. Très attachante, on a envie qu’elle arrive à coincer tout ce petit monde. Puis en même temps on est partagé parce que si elle arrive à prouver le tout, alors, elle va coincer Martin Freeman et ça on n’en a pas trop envie. Et plus elle enquête, plus on lui met des bâtons dans les roues et plus elle nous fait parfaitement passer sa frustration. J’ai très hâte de la retrouver dans un autre projet.

– Le petit personnage qui s’impose aussi au fur et à mesure de la série, c’est Gus Grimly, impeccablement joué par Colin Hanks. Le personnage va vraiment être très attachant et surtout très humain, car ses réactions sont très touchantes et compréhensibles.

– Puis il y a tant d’autres personnages géniaux. À la volée comme ça, on trouve Adam Goldberg et Russell Harvard qui forment le couple de tueurs le plus improbable de l’année, Kate Walsh en veuve ravagée est terrible, Bob Odenkirk en chef de la police dépassé par les événements est trop bon. Oliver Platt en patron de magasin, très bien. Il y a aussi Keith Carradine, ce casting est trop bien.

549942.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

On peut donc dire un grand merci à Noah Hawley le créateur, Randall Einhorn, Colin Bucksey et Adam Bernstein, les réalisateurs et ainsi que tous les acteurs pour cette grande réussite qu’est « Fargo« . Merci de m’avoir passionné et maintenu en haleine pendant ces dix longues semaines. Des séries comme ça, j’en veux tout le temps.

Bref, « Fargo « , c’est une putain de grosse claque, aussi bonne que le film original. Est-ce que ça se dit des saisons chef-d’œuvre ? Car c’est bien ce que c’est là. À voir impérativement !

Note : 20/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net