avril 15, 2021

The Homesman

106160.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Tommy Lee Jones

Avec Tommy Lee Jones, Hilary Swank, David Dencik, William Fichtner

Année: 2014

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame, Historique

Résumé :

En 1854, trois femmes ayant perdu la raison sont confiées à Mary Bee Cuddy, une pionnière forte et indépendante originaire du Nebraska.
Sur sa route vers l’Iowa, où ces femmes pourront trouver refuge, elle croise le chemin de George Briggs, un rustre vagabond qu’elle sauve d’une mort imminente.  Ils décident de s’associer afin de faire face, ensemble, à la rudesse et aux dangers qui sévissent dans les vastes étendues de la Frontière.

Avis :

« The Homesman« , c’est le film que je n’attendais pas, qui est arrivé sur nos écrans comme ça et qui est une très belle surprise. J’avais beaucoup aimé le premier film en tant que réalisateur de Tommy Lee Jones (« Trois enterrements« ), et j’avais hâte de le revoir passer derrière la caméra. Puis avec le festival de Cannes, j’ai entendu parler de ce deuxième film, car il était en lice pour la palme d’or. J’ai donc trouvé un moment pour aller découvrir ce que notre « Men in Black » préféré nous avait concocté et le résultat est bien surprenant, puisque c’est un western atypique et envoûtant que nous a offert le cinéaste.

302993.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Etats-Unis, 1854, Mary Bee Cuddy est une jeune femme célibataire et indépendante qui tient une ferme quelque part dans l’Ouest. Dans la région, trois jeunes femmes ont perdu l’esprit et un pasteur, avec la bénédiction, a décidé de les envoyer dans l’Iowa pour qu’on s’occupe d’elles.

Alors que personne ne peut les conduire à travers le pays, c’est Mary Bee Cuddy qui finit par se proposer pour y aller. Alors que le voyage s’annonce difficile, elle va croiser sur sa route un certain George Briggs. L’homme en mauvaise posture marchande alors sa vie contre l’accompagnement de Mary Bee dans ce périple. Ensemble, ils vont affronter les plaines désertiques de l’Ouest américain.

Après un téléfilm, puis un premier long métrage sorti en salle en 2005, Tommy Lee Jones est de retour cette année avec ce deuxième film toujours dans ce style que le comédien affectionne tant, le western.

Grace à un très beau scénario, le réalisateur nous offre un western qui sonne quelque peu différemment de ce qu’on a l’habitude de voir. Plus lent et moins cliché que beaucoup d’autres, Tommy Lee Jones réalise surtout un film qui nous peint le portrait de deux personnages.

« The Homesman » est un film que j’ai beaucoup apprécié et qui m’a happé d’emblée. L’ambiance est bonne et le film se laisse très bien regarder, même quand il ne se passe pas grand-chose à l’écran. Certains y voient des longueurs, moi, je ne l’ai pas vu passer et il est même un poil trop court.

J’ai trouvé que le réalisateur a pris comme prétexte ce voyage à travers l’Ouest pour nous offrir deux beaux personnages justes, sincères, drôles et tristes à la fois. Deux personnages qu’on va apprendre à découvrir avec leurs failles, leurs peurs, les doutes. Ici, c’est un film de dialogues, de quêtes et d’espoir. Ce fut une bonne surprise, car je ne m’attendais pas du tout à un film pareil et j’ai d’autant plus apprécié, surtout qu’en prime, le film, dans le déroulement de son histoire, est captivant et surprenant. Il y a des événements qui m’ont surpris, que je n’ai pas vu venir et c’était vraiment très bien.

Tommy Lee Jones nous dresse aussi un film d’une rare élégance, avec une très belle photographie qui met bien en avant les superbes paysages dans lesquels le réalisateur a tourné son film. On sent bien l’aridité de cette région, la difficulté de la traverser, les dangers qui s’y cachent. Tommy Lee Jones filme très bien tout ça et le met bien en valeur dans cette ambiance aussi belle que particulière. En fait en y repensant, ça faisait bien longtemps qu’un western ne m’avait pas aussi surpris et séduit.

L’autre gros point fort du film, ce sont les comédiens qui nous offrent des interprétations impeccables. Hilary Swank, qu’on n’avait pas vue dans nos salles depuis 2011 et son petit rôle dans « Happy New-Year« , est impériale dans le rôle de cette femme rude et très fragile. L’actrice est touchante. J’ai apprécié son personnage qui est loin des portraits lisses et ça fait du bien de revoir l’actrice deux fois oscarisées dans un si bon rôle. En face d’elle, on trouve un Tommy Lee Jones vieillissant et très convaincant. Le personnage est fort. Assez drôle au départ, il sera touchant lui aussi sur le final. L’alchimie fonctionne bien entre les deux et c’est plaisant de suivre leur traversée hivernale. Pour peupler son ouest américain, le réalisateur s’est entouré d’acteurs confirmés tel que Miranda Otto, William Fichtner, Tim Blake Nelson, John Lithgow, James Spader, Hailee Steinfeld et même la grande Meryl Streep pour un petit rôle de cinq minutes sur la fin qui sera plein de tendresse.

311294.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Pour ce second film, Tommy Lee Jones surprend, envoûte et divertit dans un western très bien mené et bien loin de tout cliché habituel. Si vous vouliez voir du saloon, du duel, de grandes chevauchées et des pillages de diligences, oubliez de suite, car « The Homesman » est bien loin de tout ça. Ici tout n’est que ressenti, sentiments et dialogues et j’ai franchement aimé.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.