décembre 2, 2020

L’Enfer du Dimanche

047504_af

Titre Original : Any Given Sunday

De : Oliver Stone

Avec Al Pacino, Cameron Diaz, James Woods, LL Cool J, Jamie Foxx, Dennis Quaid

Année : 1999

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame

Résumé :

C’est la descente aux enfers pour les Miami Sharks, une équipe de football américain qui subit une série de revers. Pour se maintenir à son poste, l’entraîneur qui commence à être sérieusement contesté fait jouer un débutant talentueux. A travers cette fresque sur les enjeux du football américain, le réalisateur dresse un bilan des névroses de l’Amérique.

Avis :

Je ne suis pas un fana de films qui abordent le sujet du sport pour deux raisons. La première c’est que le sport en lui-même et particulièrement le domaine du foot ne m’attire pas du tout et la seconde c’est que j’ai l’impression que quand on en a vu trois, quatre, en fait on les a tous vu et c’est simplement le casting qui varie.

Mais alors pourquoi j’ai tenu à voir celui-là ? Et bien parce que c’est Oliver Stone qui l’a réalisé et que j’aime beaucoup ses films et celui-ci sans être son meilleur est un très bon cru et il a de la gueule !

al-pacino-et-cameron-diaz-l-enfer-du-dimanche_52845fd148db3

Les Miami Sharks sont une équipe qui a brillé sur le terrain autrefois, mais ces derniers temps, elle a bien du mal à refaire surface. Quatre défaites de suite, ça commence à faire beaucoup. Lors d’un match, l’entraîneur de l’équipe fait entrer sur le terrain Willie Beamen, une jeune recrue qui démontre un sacré talent de meneur lors de cette rencontre. De là l’espoir revient peu à peu, mais les tensions montent dans la direction et cette nouvelle saison risque d’être forte en émotion et revirement de situations…

Le cinéma d’Oliver Stone a toujours été un cinéma très cash. Le réalisateur n’a pas la langue dans sa poche et se sert toujours de la pellicule pour faire passer son message depuis le début de sa brillante carrière. Tout au long de ses films il a dénoncé les horreurs de la guerre du Vietnam avec « Platoon » ou  » Né un 4 juillet« , il a dénoncé l’argent et la cupidité avec « Wall Street« , il a dénoncé l’Amérique folle dans « Tueurs nés« , il a abordé le 11 Septembre avec  » World Trade Center« , il a peint aussi les portraits de personnalités dans « Les Doors » (Jim Morrison), « JFK » (Le président Kennedy ou plutôt son assassinat), « Alexandre« , « Nixon » ou plus récemment George W. Bush dans « W. – L’improbable Président » et c’est en 2000 pour bien commencer le nouveau siècle que le réalisateur s’attaque au monde du sport avec « L’enfer du dimanche » et surtout ses coulisses et là encore, le cinéaste n’est pas tendre et nous offre là l’un des meilleurs films sur le football américain et sa démesure.

Contrairement à ce que je pensais, j’ai adoré ce film. Je me suis laissé emporter dans l’euphorie et le suspens de cette saison 2000 avec les Miami Sharks. J’ai trouvé le film d’Oliver Stone génial, passionnant, unique alors qu’on a déjà vu et revu des centaines de films sur le sujet, mais quand c’est Stone dernière la caméra (et devant d’ailleurs pour un tout petit rôle de commentateur sportif) c’est autre chose.

Stone filme ce sport comme une guerre et les matchs et autres rencontres sont brutaux, radicaux et l’on a l’impression de prendre autant les coups que les joueurs, la douleur en moins. Avec sa caméra nerveuse, ses séquences de malade rythmées aux sons d’une BO de folie, le réalisateur nous transporte au cœur même du terrain avec les joueurs pour une saison éprouvante. C’est du grand art !

Le scénario est minutieux et avec tous les petits tracas et les multiples sujets et rebondissements du film (Un coach d’une autre époque, une star qui doit accepter que son temps soit passé, le poids de la présidente sur le coach, la santé des joueurs, les limites à ne pas dépasser, les sponsors, la perte de contrôle, la grosse tête, les illusions etc …). Son film est très riche, très documenté, fourni, on sent qu’il y a un vrai travail de recherche en amont et c’est ce qui le rend beaucoup plus intéressant que beaucoup d’autres films sur le sport. Le film n’est pas lisse aussi, il y a des parties plus noires, plus stratégiques et comme c’est Stone qui le réalise et que le réalisateur ne fait pas dans la dentelle, il y a un vrai suspens, une véritable tension, la dernière demi-heure, basée sur le dernier match de la saison est géniale, car on ne peut dire si le réalisateur va les laisser gagner ou non, et du coup on suit le match comme on suivrait un match en direct. En plus d’un film passionnant sur le sport, en deuxième lecture, on peut y voir la critique que Stone fait de ce monde et il ne fait pas de cadeaux, il dit ce qu’il pense et il le fait avec beaucoup de vigueur. Car son film c’est aussi sexe, drogues et business.

Pour ce film, Oliver Stone s’est entouré d’un casting plus que quatre étoiles. C’est du très lourd et chaque acteur, que ce soit dans les rôles principaux, ou bien les seconds rôles et les seconds rôles des seconds rôles sont terribles. Al Pacino est encore une fois intense, là dans le rôle d’un coach sportif, Cameron Diaz est hypnotique, Dennis Quaid est bizarrement très crédible en sportif sur le déclin, Jamie Foxx assure surtout dans les scènes de mégalo, James Wood et Matthew Modine font très bien la paire, Jim Brown très bon dans un petit rôle, j’ai aimé voir aussi Charlton Heston, John C. McGinley est terrible et ça le change, oui je ne le connais que dans la série « Scrubs » et on retrouve aussi Aaron Eckhart et LL Cool J dans de petits rôles. Ce casting, c’est de la démence et c’est trop bon de les voir jouer tous ensemble.

lenfer du dimanche pluie

Je ne pensais pas aimer autant, mais « L’enfer du Dimanche » est bien l’un des meilleurs films que j’ai vu sur le sujet. C’est un film que je n’ai pas vu passer, alors qu’il fait quand même 2H30. C’est un coup de cœur, c’est un film qui m’a passionné autant par son évolution, son histoire et ses séquences de malade que nous réserve Oliver Stone, qui décidément arrive à tout filmer.

« L’enfer du Dimanche » est un grand film, c’est LE FILM à voir sur le monde du sport et du football et je le conseille à tous !

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Casey SlybackNote de Casey Slyback: 17/20

ServalNote de Serval: 14/20

 

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.