septembre 24, 2020

La Voix des Morts

18405598

Titre Original: White Noise

De : Geoffrey Sax

Avec Michael Keaton, Déborah Kara Unger, Chandra West

Année : 2004

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller

Résumé :

Avant le décès soudain et mystérieux de son épouse, l’architecte Jonathan Rivers se considérait comme un homme rationnel qui ne croyait pas à la communication avec les morts. Jusqu’à ce que Raymond Price entre dans sa vie en prétendant avoir entendu la femme de Jonathan, Anna, par EVP (Electronic Voice Phenomenon)…

Avis :

Les phénomènes paranormaux ont toujours fascinés les gens. Et ce qui est assez intéressant, voir contraire, c’est que les gens s’intéressent aussi énormément à démontrer que ces phénomènes ne sont que de l’esbroufe, des phénomènes naturels plus ou moins détournés. Les gens ont tendance à s’intéresser à ce genre de choses lors de la perte d’un proche ou lors de dure maladie comme le cancer. Façon plus ou moins efficace de s’accrocher à la vie et de tenter d’aller de l’avant, les phénomènes permettant la vision de l’avenir ou encore de discuter avec des morts se font de plus en plus nombreuses. Les EVP font partie de ce genre de communication, et malgré des adeptes dans le monde entier, je reste très sceptique sur ce genre d’émanation. La voix des morts est donc un thriller horrifique qui se permet d’explorer assez grossièrement ces phénomènes et de voir le côté malsain de la chose, voir même le côté obsessionnelle, et que cette recherche absolue de la communication avec l’au-delà ne permet aucunement le repos de l’âme. Néanmoins le film est-il intéressant ? Tout cela n’est-il pas trop mou ? Enfilez vos écouteurs, on va entendre des morts.

Il est assez difficile de faire entrer une personne assez hermétique aux sciences occultes dans un film traitant d’un sujet soi-disant réel et dont les écoutes répétées de cassettes vierges et d’écrans parasites font croire à un portail entre le monde des vivants et celui des morts. C’est pourtant un fait, j’ai regardé la voix des morts. Enfin, ce n’est pas tant le sujet qui m’a interpellé, mais plutôt son succès à l’époque et mon impossibilité de la voir (ma chère et tendre à horreur de ce genre de films, car elle y croit). Du coup, je me jette corps et âme dans ce thriller. Le scénario est fort simple. On rencontre un architecte à succès, qui se tape une écrivaine à succès (et bombe atomique au passage) et qui a la garde alternée de son fils. Sauf qu’un beau jour, la jolie jeune femme ne rentre pas du taf et on la retrouve morte quelques temps après. C’est alors que surgit un gros monsieur, faisant part au mari de son expérience, celle des EVP, et qu’il a entendu la femme de celui-ci. D’abord incrédule, il va s’essayer à cette pratique et se rendre compte qu’il peut voir sa femme dans l’au-delà mais qu’il peut aussi sauver des vies. Malheureusement, les fantômes ne sont pas tous très cools et un trio de méchants esprits vont se montrer. Le film mêle allégrement fantastique et thriller, car on va vite voir que finalement, le but n’est pas de voir les EVP mais de résoudre l’enquête que lui envoie sa femme. Bien évidemment, tout cela semble un peu grossier, mais ça reste assez intéressant. Le seul défaut, c’est que cela ne tient pas en haleine, car le rythme du film est assez lent et que voir Michael Keaton pendant trois plombes devant un écran de télé qui fait des parasites pour entrapercevoir sa femme, c’est un peu longuet. On peut aussi reprocher au film un manque d’inventivité, car même si la mise en scène est propre et soigné, il ne dégage quelque chose d’assez impersonnel, à l’image de l’appartement du héros, sorte de loft industriel gris et terne. Et c’est peut-être là que le réalisateur manque le coche, en n’imposant pas sa patte et ne partant pas dans une ambiance surnaturelle angoissante, mais restant très terre à terre avec un twist final improbable et impromptu.

la-voix-des-morts-3251991csyuw_76

Merde, où est-ce que j’ai mis le kamasutra dans tout ce bordel ???

D’ailleurs, on pourrait en parler maintenant de la fin. Non, parce que des films de fantômes, on en connait des centaines et il y en a des très bons, un peu comme Sixième sens. Sauf que ce dernier était d’une efficacité redoutable et qu’entre la scène culte de la révélation et la fin inattendue, on était devant un vrai bon film. Avec La voix des morts, on est dans un autre registre, plus décevant, et on pourrait presque croire que Geoffrey Sax ne savait pas comment terminer son œuvre. C’est balayer d’un coup de main et c’est bien dommage. Ah, il est bien loin le temps du « je vois des gens qui sont morts ». D’ailleurs, je ne résiste pas à vous remettre la scène !

Image de prévisualisation YouTube

Par contre, on ne pourra pas reprocher aux acteurs de mal jouer. Par exemple, Michael Keaton est à fond dans son rôle, qui est tout en sobriété. Le seul gros problème, c’est qu’il semble peu attristé par la mort de sa femme au début du film, se promenant tout au long du métrage avec une tête hagarde et un regard abruti. Cela étant, il reste quand même un bon acteur et remplit son cahier des charges. Pour l’accompagner dans ce film, on a Déborah Kara Unger, qui joue sa femme et que l’on ne verra pas très longtemps, mais qui demeure correcte et surtout très charmante. On pourra aussi citer Chandra West qui joue une jeune femme adepte des EVP pour son fiston. La palme du plus mauvais acteur revient à l’interprète de la scène de fin (je ne dis rien pour ne pas spoiler) qui joue comme un manche et qui est aussi charismatique que Laurent Gerra est drôle. Le seul problème, c’est qu’il est difficile de juger du travail des acteurs, car ils sont tous dans une sobriété générale, donnant un aspect assez lénifiant au métrage. Enfin, les effets spéciaux ne sont pas pourris, c’est déjà ça, malgré le fait que la scène finale ressemble davantage à une scène de Ghostbuster plutôt qu’à un film d’épouvante. Les différentes apparitions sont plutôt sympathiques, même si elles restent téléphonées et on regrettera peut-être des apparitions trop faciles, sans grand motif ou intérêt. Je retiendrai quand même un moment où j’ai sursauté lors de l’apparition qui frappe à l’écran, qui est plutôt bien fichue.

Au final, La voix des morts n’est pas un film raté, mais ce n’est pas non plus une grande réussite. Parfois intéressant mais souvent ennuyeux, il part de l’EVP sans en explorer le sens profond et sans montrer en quoi cela consiste vraiment, se contentant de ces phénomènes pour mettre en place une intrigue facile et faible pour signer un thriller plus que classique. Bref, un film loin d’être mauvais, mais trop insignifiant pour marquer le cinéma fantastique de son empreinte.

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.