mars 3, 2021

Sabotage

332786.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : David Ayer

Avec Arnold Schwarzenegger, Sam Worthington, Olivia Williams, Terrence Howard

Année: 2014

Pays: Etats-Unis

Genre: Action, Thriller

Résumé :

Pour cette force d’élite de la DEA, il s’agit officiellement de prendre d’assaut le repaire d’un important cartel mais en réalité, l’opération se révèle être un véritable braquage. Après s’être emparés de 10 millions de dollars en liquide, les agents complices pensent leur secret bien gardé… jusqu’à ce que quelqu’un se mette à les assassiner les uns après les autres, froidement, méthodiquement. Alors que les meurtres se multiplient, chaque membre de l’équipe devient un suspect. Chacun sait tuer, et chacun a un excellent mobile…

Avis :

Arnold Schwarzenegger fait partie des héros de mon enfance, quoi que fasse l’acteur, je suis toujours content de le revoir sur le grand écran, encore plus depuis sa longue pause des années 2000, pour se lancer dans la politique. Mais depuis la fin de son mandat, l’acteur est de retour sur nos écrans et j’étais content d’aller voir enfin un nouveau film de lui (oui parce que « Le Dernier rempart » et « Evasion » me sont passés sous le nez), je suis donc parti voir le nouveau film de David Ayer, réalisateur de « Au bout de la nuit » ou « Bad times » que j’avais bien aimé. Mais je dois dire que pour celui-là, j’en ressors déçu. Je ne suis pas arrivé à rentrer dans l’histoire, ni même dans l’ambiance que j’ai trouvé très caricaturale et l’intrigue m’a laissée dubitatif dès les premières minutes.

200958.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

John Wharton est un agent spécial de la DEA. Avec son équipe, il infiltre les cartels de la drogue incognito. Un matin, il prend d’assaut la villa de l’un des membres d’un cartel, ayant suffisamment de preuves pour arrêter tout le monde. Mais en réalité, derrière la mission, John et son équipe ont décidé de braquer ce fameux gang. À la clef, dix millions de dollars. Après les avoir cachés et faits sauter le reste, ils reviennent pour chercher leur dû, mais l’argent n’est plus là. Quelqu’un les a doublés. Les responsables de John, quant à eux, se rendent compte qu’il manque de l’argent et vont enquêter pendant plusieurs mois sur l’équipe de John essayant de savoir qui a volé cet argent, mais tout le monde se tait et au bout de six longs mois de procédure, l’enquête est abandonnée et l’équipe peut repartir en mission. Mais tout de suite après leur remise en service, le corps de l’un d’entre eux est retrouvé mort dans d’étranges circonstances. Quelqu’un a décidé de les éliminer, John et son équipe vont donc enquêter pour savoir si c’est le cartel qu’ils ont braqué qui est là pour se venger.

Schwarzenegger chez David Ayer avait de quoi me ravir, mais au final même si dans sa réalisation le film est bien, je n’ai pas trouvé que l’intrigue et les personnages tenaient la route et c’est tellement dommage, car derrière sa caméra le réalisateur assure nous offrant de sacrées bonnes scènes. « Sabotage » (j’ai vraiment du mal avec ce titre…) est un film d’action assez surprenant dans sa violence visuelle. Je ne m’y attendais pas du tout, mais c’est un film gore auquel on à faire, avec des bouts de cadavres un peu partout, des exécutions violentes et pas mal de sang à l’écran. J’aime la façon qu’a de filmer Ayer. Dans sa mise en scène, le réalisateur a des plans et des séquences très intéressantes, des angles de caméra assez inédits et j’ai trouvé ça vraiment bien. J’aime aussi la façon qu’il a de filmer la violence et l’action. Une scène de poursuite vers la fin du film est aussi prenante que choquante dans son final.

Mais malgré cette mise en scène que j’ai beaucoup appréciée, je trouve que l’intrigue du film est très brouillonne. Le réalisateur oscille entre plusieurs genres de film, j’ai eu l’impression qu’il ne savait pas trop comment nous emmener vers la fin de son histoire. D’ailleurs, je n’ai pas du tout apprécié le dernier retournement de situation et les scènes au Mexique ne m’ont vraiment pas plus. En plus de ça, j’ai trouvé que le film avait des facilités et l’histoire ne tient pas la route. Il y a plein de questions en suspens. Par exemple, je n’ai toujours pas compris comment au début du film, les supérieurs de John savent qu’il manque dix millions de dollars dans le magot que l’équipe a fait cramer. Des petites choses dans ce genre, il y a partout dans le film, ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Idem, j’ai rarement vu une équipe si peu atteinte par la perte de l’un de ses membres, ils se qualifient eux-mêmes de famille. Puis il y a l’humour qui est parfois trop étiré, la scène de la stripteaseuse est trop longue, le gag marche au début, mais le réalisateur l’étire beaucoup trop.

Le casting est plus ou moins bien. Arnold Schwarzenegger est bien dans ce rôle. Ce n’est pas le meilleur rôle qu’il a eu, mais il est attachant et parfois drôle malgré lui. Un peu dans la caricature, sans trop en faire, c’est sympa. Olivia Williams joue une enquêtrice et elle est bien. C’est une actrice que j’aime bien et je trouve son personnage très intéressant. Sam Worthington que je trouvais fade au possible au début est de mieux en mieux à chaque fois que je le vois dans un rôle. Par contre, il y a d’autres acteurs, j’ai vraiment eu du mal, comme par exemple Mireille Enos qui sombre dans la caricature, il ne lui manque plus que le rire démoniaque à chaque fin de phrase et on est en plein dedans. Idem pour Harold Perrineau, qui est un acteur que j’aime bien, mais là, je l’ai trouvé trop lourd et je ne crois pas à son amitié avec le personnage d’Olivia Williams.

260805.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Après tout ça, le film reste regardable, si l’on fait abstraction du scénario faiblard. « Sabotage« , c’est un divertissement comme un autre, un film d’action qui reste très intéressant dans sa mise en scène, David Ayer a vraiment un petit truc que j’aime.

Et enfin, c’est toujours plaisant de voir Arnold Schwarzenegger dans un film, même si celui-ci n’est pas terrible.

Note : 08/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Casey SlybackNote de Casey Slyback: 08/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.