octobre 25, 2021

De Guerre Lasse

252026.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Olivier Panchot

Avec Jalil Lespert, Tchéky Karyo, Hiam Abbass, Mhamed Arezki

Année: 2014

Pays: France

Genre: Drame

Résumé:

Alex, fils d’un caïd pied-noir marseillais, s’est engagé dans la Légion pour échapper à un règlement de compte avec la mafia Corse… 4 ans plus tard, Alex déserte et revient sur Marseille pour retrouver Katia, son amour de jeunesse. Mais en ville les rapports de force ont changé : son père s’est retiré des affaires, laissant les Corses et les gangs des Quartiers Nord se partager le contrôle de la ville.
La détermination d’Alex va bouleverser cet équilibre fragile au risque de mettre sa famille en danger…

Avis :

« De guerre lasse« , un titre que j’ai trouvé très intriguant, puis j’ai vu la bande-annonce et le casting et les deux m’ont beaucoup donné envie de voir le film qui m’avait l’air vraiment excellent et avait l’air de m’offrir tout ce que j’aime dans le cinéma et surtout dans le cinéma français avec ce ton très réaliste. Et le résultat, dans son ambiance est là, et m’a donné ce que j’étais venu chercher, mais son histoire est pleine d’interrogations et je ne suis pas parvenu à vraiment rentrer dedans. Ce qui est dommage, car dans il y avait tous les ingrédients pour offrir un très bon moment de cinéma.

274410.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Alex est parti de Marseille voilà quatre ans. Il a tourné le dos à sa vie et s’est engagé dans l’armée. Mais voilà, les choses ont changé et il est de retour en ville de façon incognito, car à Marseille, il a plus d’ennemis que d’amis. Il est de retour pour trouver de nouveaux papiers afin de recommencer une nouvelle vie ailleurs, mais son retour arrive aux oreilles de Marchiani, un homme qui veut venger son frère tué par Alex des années plus tôt. Commence alors une chasse dans les rues de la ville et Alex ne peut plus faire confiance à grand monde et la mafia corse est bien décidée à le retrouver et le tuer.

Alex est bien décidé à s’en sortir et par la même occasion essayer de reconquérir Katia, mais les secrets enfouis vont refaire surface et les repères de la famille d’Alex vont être mis à très rude épreuve.

Après trois films et deux téléfilms, le réalisateur Olivier Panchot est de retour cette année avec un thriller musclé tourné à Marseille et qui décrit la guerre entre la mafia marseillaise et la mafia Corse.

La bande-annonce donnait un ton très réaliste et j’espérais voir un film dans la lignée des films de Fred Cavayé, avec réalisme dans la violence et c’est un film assez inégal que nous présente ici le réalisateur de « Sans moi« .

J’ai beaucoup aimé l’ambiance dans laquelle évolue le film et qu’il m’a donné ce que j’étais venu chercher de ce côté-là, avec de bonnes scènes de gangster, de poursuites en voitures, d’accidents très réalistes et violents, de face à face entre chefs de gang très bien réalisés avec panache et dureté, d’ailleurs vers la fin Tchéky Karyo jouit d’une classe royale dans l’une de ces scènes-là.

La réalisation du film est nerveuse et le réalisateur assure derrière sa caméra, nous offrant un film qui a de la classe dans sa mise en scène. Visuellement, c’est ce que j’avais envie de voir, c’est l’univers que je recherchais. La photographie sombre du film est belle et à plusieurs moments le réalisateur nous offre de belles scènes.

Mais là où je reste très déçu, c’est au niveau de son scénario que j’ai trouvé brouillon. L’histoire est floue et je n’ai pas bien tout compris. Le réalisateur laisse pas mal de questions en suspens, comme le retour d’Alex qui n’est pas très clair. Pourquoi il a fui l’armée ? Pourquoi a-t-il décidé de revenir dans cette ville ? Si c’était pour avoir des papiers, il pouvait aller n’importe où. Il y a des moments aussi où j’ai trouvé que le réalisateur chargeait beaucoup trop son film. L’histoire part un peu dans tous les sens, surtout avec le personnage de Rachid et ses petits trafics. Ce n’est pas clair et j’ai l’impression que ces scènes-là étaient pour allonger un peu le film qui serait trop court sinon. Elles ne font pas vraiment avancer l’histoire.

J’ai quand même eu une excellente surprise dans ce film, puisque « de guerre lasse » a été pour moi la découverte d’un jeune acteur, que j’ai trouvé extraordinaire et malgré la présence de belle tête d’affiche, comme peuvent l’être Jalil Lespert, Tchéky Karyo, Hiam Abbas entre autre je ressors de ce film avec un nom à la bouche, Mhamed Arezki. Le jeune homme est pour moi une belle révélation et il vole un peu la vedette à tout le monde. L’acteur est génial et le personnage qu’il incarne est génial, hormis les petits trafics, sinon le reste du personnage et les décisions qu’il va être obligé de prendre sont excellentes et l’acteur assure, étant touchant ou émouvant vers la fin. C’est ma petite découverte et il m’a bluffé. Je pense qu’on devrait entendre parler de lui.

Sinon pour les autres comédiens, je peux dire que Tchéky Karyo est comme souvent impeccable. Hiam Abbas est belle, bien filmée et très bien pour ce rôle. Sabrina Ouazani est très attachante, Jean-Marie Winling est bon dans ce rôle dur, en fait il n’y a que Jalil Lespert que j’ai trouvé un peu en dessous du lot, car même si l’acteur est bon, je ne l’ai pas trouvé attachant.

287536.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Je suis donc plutôt déçu par ce film. Sa bande-annonce promettait beaucoup, mais je ne suis pas parvenu à entrer dans son histoire. Si l’ambiance est réussie, l’intrigue manque d’explications, il y a des trous que je ne m’explique pas. Dommage, mais je suis tout de même ravi de l’avoir vu pour avoir découvert Mhamed Arezki, un nom que je vais surveiller.

Note : 08/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=9emLWWWYIII[/youtube]

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.