octobre 29, 2020

Outrages

Outrages

Titre Original: Casualties of War

De : Brian De Palma

Avec Sean Penn, Michael J. Fox, Don Harvey, John C. Reilly

Année: 1989

Pays: Etats-Unis

Genre: Guerre

Résumé:

Lors d’une mission, Eriksson, jeune recrue, est sauvé d’une mort certaine par son commandant Meserve. Quelques jours plus tard, le radio de l’escouade est abattu dans un village allié. Meserve décide alors d’enlever une jeune villageoise. Eriksson, ne doutant pas du sort réservé à la jeune fille, va se battre, malgré son admiration pour son commandant, contre tous les hommes de sa patrouille.

Avis:

Deux ans après ses « Incorruptibles », le grand Brian De Palma frappe encore une fois très fort avec cette « Outrages » qui m’a mis une baffe. Je ne connaissais ce film que de renommée, je me doutais qu’en le regardant j’aillais aimer (De Palma of course), mais il y a des fois comme ça, un film vous met une très belle claque alors qu’on ne s’y attendait pas forcément et nous laisse KO et c’est le cas ici. Ce film est donc une merveille, une perle, une pépite, un bijou, un grand moment de cinéma.

Le film s’inspire d’une histoire vraie.

outrages1

La guerre du Vietnam bat son plein, dans ce chaos, Eriksson, un jeune de vingt ans est sauvé par son commandant, Meserve. Les deux hommes s’entendent plutôt bien, mais une mission va tout changer. Un matin alors qu’ils partent faire des repérages avec trois autres soldats, Meserve décide de faire un détour et de passer dans un village pour kidnapper une belle jeune fille. Eriksson se doute bien du sort que ses frères d’armes vont réserver à la malheureuse et ne veut pas en faire partie, car ceci ne sont pas ses valeurs et ça n’a rien à voir avec leur mission et la guerre en elle-même. Se rebellant contre l’autorité de Meserve, il va essayer de sauver la jeune femme quitte à se faire des ennemis.

Sur tous les films que j’ai vu du grand De Palma, celui-ci vient d’effacer tous les autres et c’est bien le meilleur film de son réalisateur.

J’en avais vaguement entendu parler, je ne savais pas trop de quoi il parlait mise à part que l’histoire se déroulait pendant la guerre du Vietnam, je le savais dur, intense, j’avais un peu peur d’être déçu, mais en fait pas du tout, ce film m’a passionné et torturé aussi pendant ses presque deux heures. Brian De Palma fait de cette histoire un immense moment de cinéma.

L’immersion dans la guerre est totale, la première scène mettra tout le monde d’accord. « Outrages » c’est bien plus qu’un simple film de guerre comme les autres, non « Outrages » c’est un combat pour la vérité, c’est un film qui parle autrement de la guerre. C’est un film dont le scénario minutieux apporte une ambiance pleine de tensions, de réalisme, de violence dans la guerre elle-même et sa propre survie, mais aussi une violence psychologique. De Palma y dénonce autre chose que l’horreur des combats, il y montre l’impact que la guerre peut avoir sur les hommes, sur les choses qu’en temps de guerre peuvent paraître normales, alors qu’elles sont bien loin de l’être. C’est un film qui parle aussi et surtout de l’horreur de l’être humain. C’est un film qui parle de valeurs, du combat d’un seul contre tous. Il parle de l’armée, de sa façon de réagir. C’est hallucinant comme ce film peut être riche, intense et subtil, De Palma n’en fait jamais trop. C’est avec intelligence que le réalisateur n’appuie pas sur la gâchette, il préfère nous montrer et capter les regards remplis d’émotion, de rage, de haine ou d’incompréhension de Michael J. Fox, à contre-emploi dans l’un de ses plus beaux rôles.

Comme toujours chez De Palma, son film est impeccable dans sa construction. J’ai adoré l’ambiance puissante et sombre d »Outrages« . Je suis resté scotché devant plusieurs scènes où le réalisateur fait grimper une tension incroyable, palpable, à la limite du soutenable. D’ailleurs je tiens à dire que ce film est un objet de torture, car il me hante encore plusieurs jours après l’avoir vu. Je n’ai que ce film en tête. Cela faisait bien longtemps qu’un film ne m’avait pas autant secoué.

Le casting est en or avec en tête, vous l’aurez compris un Michael J.Fox absolument parfait. L’acteur m’a ému, j’en avais les larmes aux yeux. Il démontre aussi qu’il peut être bon dans un autre domaine que la comédie. Son face-à-face avec un Sean Penn, flippant et touchant est terrible. Je dis flippant, car l’acteur dégage beaucoup de violence et d’horreur dans ses expressions, mais aussi touchant, car j’y ai vu un gamin mort de trouille qui préfère tomber dans la facilité de l’extrême pour survivre à cet enfer. Et puis il y a la fabuleuse prestation de Thuy Thu Le qui m’a donné des frissons par tant de talent.

« Outrages » c’est aussi beaucoup de seconds rôles tenus par de jeunes comédiens devenus aujourd’hui de grands acteurs et c’est plaisant de les voir comme ça. Ainsi on retrouvera John C. Reilly, Ving Rhames ou John Leguizamo.

OUTRAGES-CASUALTIES-OF-WAR-1989_portrait_w858

Je voulais l’aimer cet « Outrages« , mais à la place je l’ai adoré.

Avec sa scène d’ouverture intense, Brian De Palma nous met de suite dans l’ambiance. Avec son histoire surprenante et touchante, il emmène son film vers le sommet de sa carrière et nous offre un chef-d’œuvre bouleversant à voir absolument !!!

Note : 20/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

ServalNote de Serval: 14/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.