Dead Rats – Annus Horribilis

deadrats-annushorribilis

Avis :

Que reste-t-il du punk français ? Ayant connu son apogée dans les années 70/80, le punk s’est petit à petit délité cédant la place à un rock moins engagé et surtout à une chanson française devenant de plus en plus insignifiante. Bien entendu, quand on parle de punk, on revient toujours sur les groupes anglophones, comme The Clash ou encore les Sex Pistols, mais rarement on entend des noms de groupes punks français. Alors effectivement, il nous reste Didier Wampas, le seul punk encore un peu médiatisé, notamment grâce à son parcours atypique et à son groupe qui continue à bien vendre, ce qui étonne ces imbéciles de médias de masse. Mais personne ne parle de Parabellum, des Béruriers Noirs, de Pogomarto, alors pour les amateurs du genre, il faut creuser, gratter, s’abîmer les ongles pour dénicher quelques petits groupes sympathiques. Ou alors il faut aller dans des concerts qui sentent la sueur, la bière et le sang. Fondé en 1995 du côté d’Arras, Dead Rats est un groupe qui s’est formé en concert, fournissant une énergie solide et un certain sens du spectacle. Produit 100% nord de la France, les Dead Rats viennent du côté d’Arras o ils enchainent les concerts. Annus Horribilis est leur premier album qui est sorti l’année dernière après deux EP. Si vous cherchez un groupe au son franc et aux accents libertaires, ne cherchez plus, on vous l’a trouvé.

La première surprise viendra de la durée de l’album. En général, les skeuds de punk n’excèdent pas la demi-heure et Dead Rats fait les choses en grand, proposant 15 titres pour une durée d’un peu plus de 40 minutes. C’est généreux, à l’image du groupe. L’album commence par All the Boys Love You, Mandy, et le ton est donné d’entrée de jeu. La rythmique est dynamique, mais surtout, elle rentre rapidement en tête. On se surprend rapidement à chanter en même temps que Didier le chanteur et à hocher la tête aux rythmes imposés par la guitare. On est face à un titre qui allie parfaitement la technique du rock avec la vitesse et la voix du punk. C’est rapide et pêchu et sans aucune fioriture. Beuaah est le deuxième titre et il est un poil plus calme mais demeure plus sombre, sauf dans son refrain, totalement déjanté et punk. On notera une grande qualité dans la maîtrise de la guitare et dans une rupture hard rock bien trouvé et intéressante. On regrettera peut-être un refrain pas assez marquant, mettant en avant des « beuaah », ce qui reste assez peu intéressant. Cool as Fuck est un pur titre rock, avec une introduction absolument planante. Il s’agit peut-être de la pièce la mieux construite et la plus mainstream et en ce sens, elle demeure très accessible. Dirty Rats est un titre très court, et il change totalement de registre avec le reste, puisqu’il s’inscrit pleinement dans un son punk qui tranche avec l’aspect rock de la chanson précédente. Le titre est rapide, ne se prend pas au sérieux, mais permet d’entendre une ligne de basse parfaite et le morceau colle parfaitement à l’image du groupe. Et c’est alors que le groupe s’octroie une pause et va même jusqu’à proposer un morceau qui fait plus reggae. Guerillero Heroico est une ode au Che et rentre plus dans un genre calme, presque aussi lancinant qu’un reggae, mais le groupe va partir ensuite vers quelque chose de plus pêchu pour former un titre de plus de cinq minutes qui tient pleinement la route. A noter un excellent solo de guitare qui montre que ces musiciens sont loin d’être des manches. Hoping to Get Lost renoue avec le punk, notamment grâce à sa rythmique rapide, mais aussi avec la voix si particulière de Didier, le chanteur. Il s’agit là d’un titre taillé pour la scène, le genre de morceau qui soulève les foules. How Can You be Found When no-one Knows you’re Missing ? est un titre un poil moins intéressant car bien plus classique dans sa structure et son rythme. C’est court et pas forcément marquant, ce qui est dommage.

DEAD RATS - Maroc and Roll, Arras, l'Atelier, le 10 février 200

C’est alors que le groupe sort son plus gros titre avec Jenya. Absolument génial du début à la fin, le titre exploite plusieurs instruments comme le piano ou le theremin pour fournir un morceau qui démarre calmement puis part dans un élan punk complètement assumé et puissant. Noar est aussi un excellent morceau, avec des paroles hallucinées et se rapprochant d’un titre qu’aurait pu faire les Sex Pistols. Didier exploite pleinement sa voix, lâchant un petit peu la bride et se faisant plaisir en hurlant. Punk’n’Roll est clairement le titre qui exprime le plus le genre de musique que propose le groupe. Alternant des phases punks comme les petits cris dans le refrain et la rapidité avec du rock, notamment dans la maîtrise technique et les passages plus instrumentaux. Il s’agit aussi du titre dont les paroles sont les plus explicites, exprimant tout l’amour que l’on a pour le rock’n’roll et non pas pour les musiques commerciales qui nous bassinent les oreilles à la télé. Souviens-toi de m’oublier est un titre court, très rock, mais qui, comme How Can You… demeure assez anecdotique car il ne sort pas des sentiers battus du punk ou du rock,et cela malgré des paroles assez drôles. Travellers est un morceau très calme, avec une introduction planante, mettant le chant en arrière-plan. Bien entendu, le titre va prendre des élans plus rapides et punks rock, mais il demeure plus planant que les autres morceaux du skeud et c’est assez plaisant. La fin de l’album va nerveux, avec trois titres pêchus mais qui manque un peu d’identité, sauf Under a Cherry Moon, un titre taillé pour la scène avec une énergie débordante et un excellent solo. Restent Urban Wolves et Wild Habits qui sont un peu en deçà du reste de l’album car beaucoup moins marquants.

Au final, Annus Horribilis, le premier album des Dead Rats est plutôt une excellente surprise. Alliant un rock maîtrisé avec un punk complètement décomplexé, le groupe prouve que le punk n’est pas mort. Si on aurait aimé plus d’épaisseur sur certaines pièces, on reste sur une très bonne impression, avec un travail fait avec sérieux et passion, bien loin des produits calibrés pour la vente et la masse. Dead Rats, ça fait du bien, et ça doit être encore mieux en concert.

  1. All the Boys Love you, Mandy
  2. Beuaah
  3. Cool as Fuck
  4. Dirty Rats
  5. Guerillero Heroico
  6. Hoping to Get Lost
  7. How Can You be Found When no-one Knows you’re Missing
  8. Jenya
  9. Noar
  10. Punk’n’Roll
  11. Souviens-toi de m’Oublier
  12. Travellers
  13. Under a Cherry Moon
  14. Urban Wolves
  15. Wild Habits

Note: 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net