Farm House

farm-house-561

De : George Bessudo

Avec Steven Weber, William Lee Scott, Jamie Anne Allman, Kelly Hu

Année: 2008

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

Un jeune couple, Chad et Scarlet, souhaite prendre un nouveau départ afin d’oublier un passé douloureux. Mais, à la suite d’un accident de voiture, ils se retrouvent au milieu de nulle part. Par chance, ils se réfugient dans une ferme des alentours où un étrange couple les accueille et leur offre l’hospitalité pour la nuit. Le piège vient juste de se refermer sur eux…

Avis:

Les métrages d’horreur utilisant le fantastique comme twist final (je pense à Reeker) ou alors comme esbroufe pour le spectateur (comme dans the devil’s chair) sont assez nombreux mais leur qualité peut diviser. En effet, on peut se dire, et à raison que c’est un retournement facile, et que ce procédé a déjà été utilisé maintes fois. Seulement, quand c’est fait intelligemment avec une histoire solide derrière, on ne peut qu’applaudir et apprécier. Je veux dire, qui a été déçu par le Labyrinthe de Pan? Parce que derrière l’aspect fantastique il y a une histoire en béton armé avec une poésie magnifique. Mais ce Farm House est-il aussi bon? L’histoire servant de base est-elle assez solide pour permettre un retournement purement fantastique? Les fermiers sont-ils tous accueillants?

Le scénario de base du métrage est assez brouillon à cause d’une narration qui sort des sentiers battus. En effet, l’intrigue n’est pas linéaire, mais on a d’incessants flashbacks sur la vie du couple et on se demande ce qu’il s’est passé durant leur vie. Mais, dans ce film, c’est assez bien foutu et assez bien distillé, on voit un problème d’argent, la perte d’un bébé, le besoin de partir ailleurs, bref, rien de bien nouveau, d’ailleurs, j’ai rapidement pensé à Motel. Puis survient l’accident, et la ferme pour pouvoir appeler les secours. On se doute bien au titre du film que les fermiers sont beaucoup moins accueillants qu’il n’y parait et on pense être tombé sur un autre survival/slasher classique. Bien entendu on va avoir notre lot de scènes sadiques, de gore mais aussi de surprise et on ne va pas du tout tiquer sur le retournement de fin et ça, c’est comme la marque Seb, c’est bien. Car ce qui part sur des bases dramatiques puis horreur version torture survie, va sur la fin prendre une tournure complètement inattendue, presque déstabilisante mais qui demeure une grande idée.

L’ambiance reste assez anecdotique et c’est peut être le point faible du film. Quoiqu’en y repensant, il y a quand même quelques moments bien intéressants. En effet, le fermier, qui se nomme Samael, parait très sympathique de prime abord et sa femme aussi. On ne se doute pas un instant que ce sont ces personnes-là qui vont s’en prendre au couple accidenté. Puis quand le film démarre vraiment, on reste assez scotché devant l’ambiance plutôt malsaine qui s’en découle et qui permet de voir aussi les côtés sombres de chacun d’entre nous. Si le début reste assez plat, l’ambiance noire et isolée d’une ferme américaine se fait vite ressentir. Sans être exceptionnelle, l’ambiance demeure tout de même assez sympathique à bien des égards.

71d

Je lui dégraferais bien son petit sous-tif moi…

Les acteurs quant à eux sont bien investis dans leurs rôles. Sans surjeu, le couple de victimes reste très solide. Le mari est vraiment convaincant dans son rôle, sans excès, il incarne bien le type qui cache quelque chose mais qui veut se racheter. Sa femme reste tout aussi crédible et c’est un bon point, car malgré la sensation d’un truc louche, on se prend d’affection pour eux. Le couple jouant les tortionnaires reste lui aussi convaincant. Si Steven Weber parait bien normal, l’ampleur de son talent se dévoile quand il doit jouer les salauds de première et il y arrive particulièrement bien. Sa femme reste un petit peu en deçà mais bien sadique aussi. Il nous reste le petit muet de la ferme qui reste agréable mais pas indispensable, sauf pour montrer par à-coups la cruauté du fermier lors des premières vues, ce qui rajoute un aspect mystérieux et pas très rassurant pour nos héros.

Mais là où le film frappe fort, c’est pour certaines phases gores qui sont particulièrement ludiques. Bon, c’est vrai que ça fait un peu bizarre de dire ça comme ça, mais sur au moins quatre scènes, j’ai trouvé les idées et la réalisation plutôt convaincante. La première scène de torture est bluffante dans son dénouement, puisque la femme du mari est allongée sur un matelas maintenu en hauteur par une corde, quand la corde descend, le matelas se penche en avant et la femme a la tête dans la bassine. Le mari a les mains attachées et tente de maintenir la corde avec sa bouche. Sauf que la résolution du problème ne réside pas dans la corde mais SPOILER dans la bassine qu’il suffit de pousser, mais comme on est fixé sur la corde, on ne pense pas à cette solution qui semble évidente! FIN SPOILER. Ensuite, les effets gores sont réussis. On a une énucléation très sale en gros plan, un plantage d’objet pointu dans la tempe avec l’œil qui bouge tout seul particulièrement trash et surtout, une séquence avec une râpe à fromage, mais c’est plutôt de la chair râpée qui aura dans les pâtes. Bref, de ce côté-là, c’est très réussi et assez jouissif. La fin reste surprenante et assez inattendue, prenant un tournant fantastique pas piqué des vers.

19682

Putain, je n’ai pas mis assez de Polydent, mes dents vont lâcher!

Au final, Farm House s’impose comme une réussite car malgré des scènes déjà vues, des débuts assez classiques, le film prend une belle tournure et plusieurs séquences claquent bien. Les acteurs sont investis et nous ne sommes pas en présence d’un film manichéen ou il y a les gentils qui doivent s’enfuir et les méchants sadiques qui veulent tuer. Le film est assez abouti de ce côté-là même si on pourra reprocher une ambiance parfois une peu plate qui ressemble à bon nombres de films de genre. Je conseille donc ce film tout comme Babysitter Wanted qui est un peu dans le même trip mais avec des histoires totalement différentes.

Note: 16,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net