octobre 29, 2020

Cube

026347_af

De : Vincenzo Natali

Avec Nicole de Boer, Maurice Dean Wint, Nicky Guardagni, Andrew Miller

Année : 1997

Pays : Canada

Genre : Horreur

Résumé:

Un groupe de personnes, sans savoir pourquoi, se retrouve enfermé dans une prison surréaliste, un labyrinthe sans fin constitué de pièces cubiques communicantes et équipées de pièges mortels. Le policier, l’architecte, l’étudiante en mathématiques, la psychologue et l’autiste captifs ne savent qu’une seule chose : chacun possède un don particulier qui, combiné aux autres, peut les aider à s’évader. Au fur et à mesure que la peur grandit, les conflits personnels et les luttes de pouvoir s’amplifient. Il leur faudrait pourtant réussir à s’associer pour échapper à une mort certaine.

Avis:

Film mélangeant habilement la science-fiction avec un côté épouvante, Cube peut se targuer d’être un film original avec un décor minimaliste. Alors non, vous ne verrez pas une soirée festive autour d’apéricube. Vous ne verrez pas non plus un homme réussir un Rubbik’s cube en moins de dix secondes. Par contre, vous verrez une sorte de prison d’un nouvel âge, où toutes les pièces sont des cubes et chaque mauvais cube possède un piège mortel. Film datant de 1997, Cube propose un nouveau genre, qui sous des aspects minimalistes, propose en fait un film intelligent, basé sur les rapports humains en milieu hostile, avec une petite touche de gore et une angoisse permanente. Mais ce film n’est-il pas un peu lassant à la longue? La redondance des pièces n’est-elle pas un fardeau pour le métrage? Enfin, le film, se basant sur des principes mathématiques, n’est-il pas un peu trop complexe dans sa résolution?

4050916_f520

Ah ben c’est sûr il va voir beaucoup moins bien

Le point fort du film est son scénario. En effet, si Cube se contente de décors minimalistes, c’est qu’il n’a pas besoin d’autres fioritures. Pour la petite histoire, on retrouve un bande de personnes, au métier et aux compétences différents, enfermée dans une pièce en forme de cube, avec sur chaque paroi, une petite porte permettant de passer dans une autre pièce assez similaire. Malheureusement, parmi toutes ces possibilités, il n’y a qu’une seule issue, car les autres pièces sont truffées de pièges. Ils vont devoir s’unir pour trouver la sortie, car visiblement, les compétences de chacun sont utiles dans cet endroit si singulier. Outre, l’aspect survival du film, il y a aussi un aspect vivre en société et s’unir pour s’en sortir. Et c’est là que le film frappe fort, car ce thème est abordé en finesse, et même si l’on voit les caractères de chacun relativement vite, le film va rapidement enchainer les dialogues percutants et une folie progressive. C’est intéressant tout en étant intelligent.

Malheureusement, le rythme du film est un peu lent. Si l’aspect angoissant est assez prenant, la redondance des décors et la résolution des problèmes font que parfois on décroche du métrage. Il est vrai que je ne suis pas un mathématicien aguerri, mais pour le coup, outre les nombres premiers, je n’ai absolument pas pigé la logique des salles. Du coup, on regarde les héros s’enfiler des salles avec une logique qui n’est pas la nôtre et qui n’est pas partagée, c’est assez frustrant et déroutant. Bon, il est vrai aussi que certaines salles sont très intéressantes, comme celle qui fonctionne au bruit et que les pièges restent assez ingénieux, du coup, j’ai trouvé le rythme en dent de scie, malgré une ambiance relativement bien retranscrite, notamment avec la peur viscérale lorsque la folie frappe l’un des membres du groupe.

4050915_f520

Chérie, tu veux un apéricube humain?

Pour jouer dans ce film, il faut être un sacré acteur. En effet, on n’a pas de décors grandioses, pas d’effets spectaculaires et donc tout va reposer sur le jeu des acteurs et leur interaction. Et là, c’est encore une réussite, car en sus des personnages bien travaillés, les acteurs investissent merveilleusement bien leur rôle. Le policier borderline est excellent, la psychologue attentive l’est tout autant, et leur dualité va s’avérer être l’un des points forts du film. Mention spécial à l’acteur jouant l’autiste surdoué, très convaincant. J’émettrai plus de réserve sur l’architecte, sympathique mais moins travaillé, et aussi sur l’étudiante en maths. Il reste bien entendu le grand personnage de l’introduction, qui à défaut de vivre longtemps reste drôle, et le roitelet, le roi de l’évasion qui sera rapidement mis sur le banc de touche.

Pour les effets gores, il y en a une paire. Ce n’est pas beaucoup, mais ils sont de qualité. On retrouvera un homme découpé en petits cubes dans une scène d’introduction mémorable, qui, à l’époque m’avait assez choquée. Le deuxième passage gore est lorsqu’un homme se fait dévorer le visage par de l’acide et que l’on voit petit à petit son visage se désintégrer. Mais finalement, les effets gores importent peu dans ce genre de métrage. En effet, on restera plus sur le côté angoissant du film, la montée en puissance de la folie et les regards terrifiants des protagonistes au fur et à mesure de l’évolution du cube. Par contre, il y a une chose qui m’a réellement énervé, c’est le fait de ne pas savoir les raisons, mais encore moins les origines de ce cube. Et je pense que cela peut en rebuter plus d’un à ce niveau.

cube23

Pourquoi c’est moi qui doit prendre cher aujourd’hui??

Au final, Cube est un bon film qui mélange habilement les genres en nous proposant un univers simple mais viscéral lorgnant du côté de la Science-fiction, avec un traitement plus psychologique et recherchant les comportements que pourraient avoir un être humain dans une telle situation. Si le côté horreur est suggéré, il l’est de belle manière, car malgré le peu de moyens, le film est très rapidement angoissant et parfois effrayant (la fameuse salle des silences avec l’autiste qui est prêt à hurler). Un film que je conseille donc, même si parfois, le rythme peut s’avérer languissant notamment lors des résolutions de problèmes pour trouver la bonne prochaine salle.

Note: 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

HerschellNote de Herschell: 14/20 Original, mais dommage que la fin soit à chier!

TrasherNote de Trasher: 18/20 Un film génialement alambiqué!

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.