décembre 2, 2020

Quand les Colts Fument… On l’Appelle Cimetière

487358.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original: Gli Fumavano le Colt… Lo Chiamavano Camposanto

De : Giuliano Carnimeo

Avec Gianni Garko, William Berger, Chris Chittell, John Fordyce

Année: 1971

Pays: Italie

Genre: Western

Résumé:

Deux frères quittent la côte Est des Etats-Unis, où ils effectuaient leurs études, pour retrouver le Far West et son impitoyable loi du plus fort. A peine arrivés, ils tombent sur des bandits mais ils sont secourus par un mystérieux samaritain…

Avis :

J’aime bien me faire un western de temps en temps, profitant d’un DVD test, je me suis lancé dans ce film, dont je n’avais jamais entendu parler en espérant y trouver une belle surprise, mais malheureusement ce ne fut pas le cas. Alors que le western traditionnel attire moins, entre les années 60 et 70 un nouveau genre de western fait son arrivée. Un genre de western qui va profondément changer la donne.

Alors que l’action d’un western se situe toujours aux Etats-Unis, le Western dit spaghetti est lui européen et plus particulièrement, il vient d’Italie. Si ce nouveau cinéma a bousculé les genres et donné naissance à des chefs-d’œuvre qu’on ne se lassera jamais de regarder, comme l’impeccable trilogie du Dollars du très grand Sergio Leone, il n’a pas fait que du bon, comme peut l’être ce film « quand les colts fument … on appelle cimetière » qui ressemble plus à un nanar du genre western, qu’à un chef-d’œuvre s’approchant de Sergio Leone.

Quand-les-colts-fument-.-on-l-appelle-cimetiere-3

Deux frères qui habitaient à San Francisco sont de retour auprès de leur père dans le fin fond du far west. Alors qu’ils sont habitués aux bonnes manières de la ville, qu’ils n’ont jamais tenu une arme dans leurs mains et qu’ils n’avaient jamais eu de problème jusque-là, ils vont découvrir un autre mode de vie. Ici, c’est clairement la loi du plus fort, violence, injustice et rackets sont les mots d’ordre. Peu après leur arrivée, ils découvrent que leur père est la victime d’un racket, il décide de mettre fin à cette arnaque, qui veut que si leur paternel ne paye pas les receveurs, celui-ci n’aura plus leur protection. En sachant ça, , les deux frères vont déclencher une réaction en chaîne qu’ils ne pouvaient pas prévoir et s’attirer des ennuis inimaginables. Dans leurs malheurs, ils font la connaissance d’un étranger qui va leur apprendre à se défendre.

Ah les westerns, les grandes chevauchées à travers des décors de rêve de l’ouest américain, ses attaques de diligences, ses saloons où la plupart du temps tout le monde fini par se taper dessus et puis ses duels pleins de tension et de silence. Réussir un bon western spaghetti ou non, est un excellent exercice et si le film est bon, on peut partir à l’aventure et frissonner aux côtés de nos héros. Mais réussir un bon western n’est pas donné à tout le monde et certainement pas à Giuliano Carnimeo pour le coup qui nous a concocté un western qui va rimer avec du grand n’importe quoi à mon grand malheur.

C’est dommage, car l’histoire est pourtant bonne. Avec ce scénario, il y avait de quoi faire un western plus que sympa, mais malheureusement le réalisateur préfère partir dans le domaine de la comédie. Alors cela aurait pu être bon, une comédie avec en base de fond, un western je ne suis pas contre, mais là, rien ne fonctionne vraiment, la faute au grand n’importe quoi du scénario qui a tendance à partir dans tous les sens et il nous perd. Si l’histoire est intrigante au début et que les gags marchent, je trouve qu’on déchante vite. Même en le prenant au second degré je n’ai pas réussi à entrer dedans. J’ai trouvé que le film partait trop dans le farfelu, le grand guignolesque, le n’importe quoi, les péripéties qui vont suivre ne sont pas terribles, c’est trop dans l’excès, souvent mal amené, ça ne fonctionne pas.

Les personnages ne sont pas attachants, alors qu’on départ, ils le sont, mais très vite, l’humour se fait pesant et écrase un peu tout ressenti. J’ai trouvé  vraiment dommage que le film se prenne au sérieux dans le fond et ça annule cet humour pour le coup, et j’ai passé plus de temps a soupiré qu’autre chose en attendant le générique de fin. De plus le film va être un festival de clichés à lui tout seul. Bien sûr quand on fait un western, il y a certaines choses auxquelles on ne peut pas échapper et qu’en tant que spectateur on attend, (Duel, saloon, bagarre, braquage de banques, fusillades, limite le plan avec des bottes qui ont des éperons), mais là le film abuse de tous ces clichés et nous les repasse à toutes les sauces, ce qui devient aussi lourd que l’humour du film.

Et enfin les acteurs ne sont pas vraiment convaincants, en particulier les deux qui jouent les deux frères. Je ne sais pas, quand ils jouent, à chaque scène on n’y croit pas, ils manquent de conviction et partent, comme pour le reste du film, dans du grand n’importe quoi, nous offrant des numéros improbables devant lesquels je suis resté ébahi, ne sachant pas trop quoi faire. Seul celui qui joue l’étranger est vraiment bon, il a un regard qui captive et l’on est attentif quand il est là.

Quand-les-colts-fument-.-on-l-appelle-cimetiere-4

Je suis donc déçu. Je n’ai pas aimé ce film, à mon grand malheur. A aucun moment je ne suis parvenu à entrer dans le délire. Je ne m’attendais pas non plus à un immense western, mais je pensais trouver une histoire sympa et passer un bon moment. Malheureusement, les déceptions et les nanars font aussi partis de la magie du cinéma. Le prochain sera surement mieux et je l’apprécierais d’autant plus.

Note : 06/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.