octobre 29, 2020

Hollysiz – My Name Is

FacebookThumbnail

Avis :

Avoir un nom et un certain bagage dans le domaine artistique aide-t-il à percer dans le métier ? Quand on regarde le nombre de fils et de filles de dans les différents supports artistiques, on peut se poser la question. Entre la famille Depardieu, le fiston Hallyday, M qui n’est autre que le fils de Mathieu Chédid, Thomas Dutronc ou encore Vincent Cassel, la liste et longue et pour certains le chemin fut difficile. Car on le sait, pour durer, il faut du talent ou un certain sens de la communication et être au gout du jour. Hollysiz, sous ces airs d’inconnu et à la base une actrice et l’égérie d’un parfum. Mais c’est aussi et surtout la demi-sœur de Vincent Cassel. D’abord comédienne, elle se lance dans la musique en 2008 et commence à faire des premières parties en 2010 avec Yodelice ou Julien Doré. La jolie blonde sort alors son premier album en septembre 2013 et son premier hit, Come Back To Me est un beau carton qui lui prévaut les plateaux télé et une grande médiatisation. Mais comme toujours, il faut se méfier de l’avis des journalistes ainsi que de l’opinion public, souvent apprivoisé par une masse populaire bien-pensante croyant détenir le monopole du bon gout. Alor que ressort-il de cet album ?

A l’écoute du premier titre d’une oreille distraite, j’étais persuadé de retomber sur quelque chose d’électro pop sans saveur ni originalité. Et le skeud commence assez mal. Better Than Yesterday est un titre purement pop, sans grandes idées et qui surfe sur les musiques actuelles avec des paroles lénifiantes. C’est alors qu’arrive Come Back To Me, le tube de l’album. Le morceau est très efficace, entrainant à souhait mais surtout, il ne s’appuie pas sur une rythmique de boîte à rythmes et c’est plutôt bien vu. Bien entendu, il s’agit d’un morceau pour danser et il ressemble à un titre qu’aurait pu faire le groupe Gossip par le passé. Jusque-là, rien de transcendant, mais arrive le troisième titre de l’album et surement le meilleur. Ok rappelle les meilleurs groupes rock avec une voix féminine et il y a des relents de Blondie dans cette pièce. Les guitares saturées sont de sortie, la voix de la chanteuse s’accorde parfaitement avec l’ensemble et elle livre un titre bien rock à contre-courant du morceau d’avant, ou tout du moins avec une énergie différente. Non contente de nous surprendre avec un titre rock, le titre suivant, What a Man Hides, continue sur cette lancée, tout en accordant une introduction calme et planante avant de partir vers un rock fort sympathique, reprenant les bases d’une bande originale de western. C’est frais et relativement bien foutu. La ligne de basse est très bonne et le rythme, plus lent, permet de voir les qualités de la chanteuse et du groupe qui l’accompagne.  Avec Tricky Game, titre suivant, on repart vers quelque chose de plus pop et qui ressemble vraiment à du Gossip pour le coup. Néanmoins, cela est vraiment rock, avec une pointe d’électro et la présence de claviers. Le refrain est énergique, tout ça donne envie de bouger et on est face à l’un des morceaux les plus complets et intéressants. En milieu d’album, on retrouve un titre bien plus posé et beaucoup plus construit. The Fall est sympa grâce à une montée crescendo, mais on sent la reprise d’un son trop électro et c’est dommage. Néanmoins, le titre reste assez sympathique.

cecile-cassel-hollysiz

La seconde moitié de l’album sera plus décevante que la première. Beaucoup plus calme, moins enjouée, on sera assez déçu par ce changement de cap et surtout par deux trois titres assez anecdotiques. Miss Know It All est insignifiant et ne sert pas à grand-chose à part combler un trou. C’et mou, court et mal structuré. Heureusement Sponge Friends vient redorer tout ça avec un titre court mais dynamique, faisant écho aux morceaux de groupes rock des années 70/80. Tout comme Hangover et sa basse omniprésente et ses guitares en second plan ultra rapide. C’est très intéressant de retrouver cela dans un skeud plutôt pop. Malheureusement, tout cela va être plombé par les deux titres suivants. The Light est ou du genou, avec un piano inintéressant et sans aucune épaisseur. Il s’agit-là d’un titre qui doit faire ressentir des émotions, une certaine mélancolie, mais ça ne prend pas. Tout comme A Shot, sauf que celui-ci marche un peu mieux. Encore plus calme, mais aussi et surtout plus touchant, grâce à une rythmique vraiment efficace et une voix plus grésillante et donc plus à même de nous faire ressentir de la tristesse. Le skeud se termine sur Daisy Duke, un titre calme, toute en finesse et qui rappelle la musique française à texte des années 70 et ça fait du bien d’entendre quelque chose comme cela. Et puis la référence à Bonnie et Clyde est vraiment bien trouvée et colle parfaitement à l’ambiance du titre.

Au final, My Name Is, le premier album de Hollysiz est une bonne surprise. Il s’agit-là d’un skeud remplit de fraîcheur et plein de bonnes intentions. Il est aussi très varié proposant des titres pop au milieu de morceaux plus rock ou encore de ballades qui font penser aux States et aux grandes plaines désertiques. Bref, un album finalement sympathique auquel on ne s’attendait pas.

  1. Better Than Yesterday
  2. Come Back To Me
  3. Ok
  4. What a Man Hides
  5. Tricky Game
  6. The Fall
  7. Miss Know It All
  8. Sponge Friend
  9. Hangover
  10. The Light
  11. A Shot
  12. Daisy Duke

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.