octobre 21, 2021

Space Punch

Auteur : ZD.

Editeur : Ankama

Genre : Shonen

Résumé :

Joe et Zack ont perdu leur père quand ils étaient enfants. Depuis, les deux frères ont choisi des voies totalement différentes. Zack, l’aîné, est devenu policier comme son père et Joe, livreur de nouilles. Mais la découverte de mystérieux artefacts va changer leurs vies à jamais…

Avis :

La France est le deuxième pays où l’on consomme le plus de mangas. En sachant que la première place revient au Japon, berceau-mère du médium, il est très difficile de s’améliorer dans le classement. Forcément, la culture nippone étant très prégnante dans notre beau pays, certains auteurs, dessinateurs, ont eu dans l’idée de faire des histoires au format manga, tout en s’inspirant de cette culture. Cela a attiré l’œil de certaines maisons d’éditions, et on retrouve maintenant ce que l’on appelle vulgairement le Manfra, un manga français. Parmi les plus connus, on peut citer Radiant de Tony Valente, Dreamland de Reno ou encore Pink Diary de Jenny. Nouvellement arrivé dans le domaine, ZD propose Space Punch, un shonen qui a tous les atours d’un succès annoncé, avec ce qu’il faut d’action, mais aussi de relations complexes entre deux frères. Première œuvre pour le mangaka, Space Punch tient toutes ses promesses.

L’histoire, dans ses grandes lignes, est assez simple. Ce premier tome commence par nous présenter Zack, un policier qui fait du zèle et estime qu’il faut arrêter tous les malfrats du coin. Malheureusement, à Miraï city, la corruption règne en maître et un cartel sanguinaire mène la danse, jusque dans les bureaux de police. Fougueux, nerveux et maîtrisant parfaitement la boxe, il est un peu l’antithèse de son frère. Joe est vendeur de nouilles. Il a peur, se fait souvent harceler et il a du mal à trouver une place dans cette ville. Lors d’un weekend dans le chalet familial, Zack tombe sur les anciennes affaires de son père et les deux frères vont se découvrir de nouveaux pouvoirs. Relativement classique comme schéma narratif pour un Shonen, Space Punch va se démarquer autrement.

Dans son découpage, par exemple, mais aussi par son univers et l’empathie que l’on va ressentir pout les deux personnages principaux. Ce premier tome est très succinct et s’arrête lorsque les deux frères découvrent leur pouvoir de façon incongrue. Cela n’empêche pas l’auteur de présenter deux frères que tout oppose, mais qui se vouent tout de même un amour fort. On sent que le décès de leur père les a marqués mais aussi rapprochés. Ainsi, Zack veut dynamiser Joe, le rendre plus fort, plus joyeux. Cette relation, saine et simple, va permettre de mieux se projeter à la place de ces héros. On va ressentir cet amour, mais aussi cette complicité qui va faire ses preuves lors des affrontements. ZD a parfaitement réussi l’écriture de ses héros, et c’est peut-être là le plus important. On restera cependant déçu par les antagonistes, qui sont, pour l’instant, des clichés sur pattes.

Le découpage du manga est un modèle du genre. Dès le départ, on nous plonge dans une action débridée qui frappe fort. Cela est dû non seulement à la scène en elle-même (une course-poursuite en moto), mais aussi aux cadres choisis par l’auteur. C’est dynamique, mais ça contient surtout des effets très cinématographiques. Cela permet d’être plongé au cœur même de l’action et de tourner les pages à toute berzingue pour savoir ce qu’il va se passer. C’est très malin et cela impose un vrai rythme de lecture. Il en va de même avec les combats de boxe, puisque c’est l’art martial choisi pour ce manga. Les quelques combats sont nerveux, les dessins aidant aussi à rentrer dans le manga. C’est vif, les traits sont tranchants et c’est impeccable pour ce genre de récit.

Tout n’est pas parfait dans ce premier tome. Comme dit précédemment, les méchants ne sont pas encore suffisamment caractérisés. Nul doute que cela viendra avec les autres tomes (cinq sont prévus), mais on n’a pas encore le visuel sur le bad guy de cette histoire. On regrettera aussi l’absence de personnages secondaires forts. On comprend bien qu’il y aura une jeune femme amatrice de boxe, ou encore un capitaine de police qui semble bien cacher son jeu, mais dans ce premier tome, ils sont trop timides. Là aussi, ça viendra avec les prochains tomes, mais ça manque de substance pour mieux approfondir la mythologie de Miraï City. On voit aussi les références aux différents Shonen japonais, pour autant, ZD trouve sa propre identité et offre quelques d’inédit, qui nous laisse sur notre faim sur la dernière page.

Au final, Space Punch est un shonen très intéressant et qui tient de belles promesses pour la suite. Le dessin est parfait pour ce genre d’histoire et on sent que ZD a de profondes inspirations (et aspirations) pour la suite. Nerveux, doté d’un découpage parfait, Space Punch est une excellente surprise qui devrait ravir les amateurs de manga, même ceux made in France. En tous les cas, on conseille fortement cette lecture nerveuse, qui tient quelques éléments fantastiques, annonçant le meilleur pour la suite.

Note : 16/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.