octobre 26, 2020

La Route des Indes

La-route-des-indes-20110126092744

Titre Original: A Passage to India

De : David Lean

Avec Victor Banerjee, Peggy Ashcroft, Judy Davis, James Fox

Année: 1984

Pays: Etats-Unis, Angleterre

Genre: Drame

Résumé:

En 1920, Miss Adela Quested part épouser en Inde un jeune magistrat. Fuyant le nationalisme étroit et l’arrogance de la colonie anglaise, elle part à la découverte de l’Inde profonde. Un jeune médecin indien va bouleverser ce parcours.

Avis:

David Lean, quarante-deux ans de carrière, dix-sept films au compteur dont l’unique et cultisme « Lawrence d’Arabie« .

Les films de David Lean ont toujours été démesurés, grandioses avec des décors et des paysages sublimés par leur réalisateur. Après une pause de quinze ans, le célèbre réalisateur est de retour pour un ultime film qui clôturera sa carrière en beauté. Ce sera « La route des indes » un beau voyage dans ce pays aux mille merveilles.

5_qraoi

En 1920, Mrs Moore vielle dame issue de la bourgeoisie anglaise se rend en Inde accompagnée de Mrs Quested. Mrs Moore se rend donc en Inde pour rendre visite à son fils, un jeune magistrat.

Une fois sur place, les deux femmes découvrent un pays accueillant et plein de merveilles. Elles découvrent aussi l’occupation anglaise et la façon dont leurs compatriotes traitent la population. Elles font la connaissance de Richard Fielding, un anglais qui n’a rien à voir avec les autres. Il va leurs présenter le Docteur Aziz, un indien plein de vie, d’amusements et qui s’émerveille un peu de tout. Le courant entre les deux femmes et ce médecin passe très bien et c’est en toute amitié qu’il leur propose de leur faire découvrir des grottes, célèbres de par le monde.

Une fois le voyage organisé, ils partent ensemble, mais ce voyage plaisant sur fond de découverte va vite tourner au drame et secouer tout un pays qui ne demande qu’à exploser.

David Lean est un habitué des supers productions. Ses films sont de véritables fresques épiques, beaucoup de ses films dépassent les trois heures avec toujours des histoires profondes et poignantes et « La route des Indes » ne passera pas à la trappe.

Sur une magnifique histoire mélangeant découverte, politique et injustice, le réalisateur va tisser un voyage un peu long au démarrage, mais une fois lancé, vous ne pourrez que vous en rappeler.

Le film est enivrant. Le réalisateur sait très bien filmer l’ambiance et les couleurs de ce pays. Le scénario du film est beau, bien pensé, il est plus profond qu’il n’en a l’air. L’histoire de base est prenante, même si j’avoue que la première demi-heure se révèle être un peu longuette. Mais une fois le film vraiment lancé, il est presque impossible de décoller ses yeux de l’écran.

Le script nous réserve pas mal de rebondissements, il y a du suspens surtout pendant le procès où l’on se demande bien quand est-ce que tout va se jouer ? Quand est-ce que quelqu’un va craquer ou pas ? C’est vraiment excitant, car on reste sur le qui-vive à espérer que quelque chose se produise, même si au fond de nous on le sait. Dans ce film on trouve aussi de la romance, même si elle n’est pas vraiment approfondie, parce que l’histoire ne le veut pas, elle est présente quand même. On trouve un peu d’aventure et de découvertes, car nous-même on part avec ses deux femmes à la découverte de ce pays grâce à cette façon unique qu’à le réalisateur de filmer, avec de grands plans majestueux les pays dans chacun de ses films. L’Inde est ici belle, puissante, merveilleuse même si elle est pauvre. C’est un vrai plaisir à regarder, surtout que le réalisateur évite brillamment le côté carte postale. (D’ailleurs on ne peut rien dire sur la réalisation, le film a de la classe, Lean sait ce qu’il fait.)

Et puis quand on fait plus attention on voit que le réalisateur traite aussi de l’oppression de l’Angleterre toute puissante qui considère ce peuple, à qui elle s’est octroyée la terre, comme des ennemies. Le réalisateur y parle de la colonisation, des injustices fréquentes dans le pays, de la pauvreté, de la révolte qui est en marche dans le pays, c’est subtile et ancre cette histoire sur un fond réaliste.

On notera la bande originale qui est toute aussi majestueuse que le film lui-même. Composée par l’immense Maurice Jarre, le compositeur sait accentuer certaines scènes, ou alors magnifier certains décors avec ses notes. C’est du grand art.

20131205_route_des_indes_3

Pour jouer les deux anglaises, le réalisateur a fait appel à de grandes comédiennes. Judy Davis, parfaite et troublante en même temps et Peggy Ashcroft (les « 39 marches » d’Hitchcock) délicieuse en petite mamie pleine d’envie de découverte. Je l’ai trouvée très touchante. Les deux actrices font très bien la paire et c’est avec plaisir qu’on suit leurs personnages. On trouve aussi James Fox qui nous livre là une très belle interprétation comme seul le comédien anglais sait en faire. Il est très classe, très anglais, mais en même temps très drôle sans le vouloir, il est très différent des autres personnages. Je l’ai beaucoup aimé. Victor Banerjee qui joue le rôle du Docteur Aziz est drôle au début du film puis plus l’histoire avance et plus son personnage est bouleversant, surtout sur le final. Et la façon qu’a l’acteur de changer de jeu est parfait. C’est un joli coup de cœur. On notera la présence au casting aussi de Alec Guinness (Obi-Wan Kenobi dans la première saga « Star Wars« ), Nigel Havers (« Empire du soleil« ) et de Art Malik (qui joue l’enfoiré dans « La cité de la joie » de Roland Joffé).

Œuvre ultime de son réalisateur, « La route des Indes » est un très beau périple, doublé d’une belle histoire que David Lean a encore une fois su sublimer par des paysages magiques et des décors merveilleux. Je suis très content de l’avoir découvert.

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.