mars 3, 2021

Strange Days

Strange_Days

De : Kathryn Bigelow

Avec Ralph Fiennes, Angela Bassett, Juliette Lewis, Vincent D’Onofrio

Année : 1995

Pays : Etats-Unis

Genre : Science-Fiction

Résumé :

Los Angeles 1999. Lenny Nero, flic déchu, mi-dandy, mi-gangster, s’est reconverti dans le trafic de vidéos très perfectionnées qui permettent de revivre n’importe quelle situation par procuration. Un jour, il découvre une vidéo révélant l’identité des meurtriers d’un leader noir.

Avis :

Quatre ans après son « Point break« , Kathryn Bigelow est de retour avec ce thriller futuriste prenant et inventif. La réalisatrice qui a déjà une jolie carrière monte d’un cran. « Strange Days » avec son pitch avant-gardiste m’a énormément plu et sur tous les films que j’ai vus d’elle, je le place dans mon top.

MSDSTDA EC010

Los Angeles à la veille de l’an 2000, l’Amérique est un état policier, la vie est difficile et la population est beaucoup persécutée, la plupart ne font que survivre.

C’est dans ce chaos que vit Lenny Nero, un ex policier devenu alcoolique et presque hors la loi, il est devenu l’un des plus gros trafiquant de clips vidéo.

Car dans ce futur, il existe une nouvelle technologie. Cette dernière, grâce à des capteurs dans un casque, que les gens mettent sur la tête, vivent, l’espace d’un vidéo clip, la vie de quelqu’un d’autre. Célébrité pour certains, violence et interdit pour d’autres, le casque permet de ressentir chaque émotion ressentie par la personne au moment du tournage de cette vidéo. Un soir, une amie, effrayée par quelque chose qu’elle a vu, passe un clip à Lenny. Quand ce dernier le visionne, ce qu’il y voit est tellement affreux que sa vie est maintenant en danger. Pour rester en vie, il doit découvrir qui a commis ce meurtre et pourquoi ? Son enquête va être bien plus dangereuse et compliquée qu’il ne s’y attendait.

« Strange Days » porte très bien son nom, car ce film est vraiment « Strange ». Oui « Strange » pour plusieurs choses, aussi bien dans son histoire, son ambiance ou sa réalisation. La réalisatrice nous entraîne avec beaucoup de panache dans ce film à l’univers sophistiqué et unique. J’ai beaucoup aimé l’histoire et j’ai trouvé que l’idée même du film est vraiment excellente, moderne, inhabituelle et inventif.

Kathryn Bigelow, aidée de James Cameron nous offre un film au scénario en béton armé, dans lequel je n’ai trouvé aucune faille tant j’ai été pris par l’histoire. C’est intriguant, les rebondissements sont géniaux et intelligents, la réalisatrice maîtrise son film et sait exactement où elle va et comment nous emmener avec elle et son héros désabusé.

J’ai eu un gros coup de cœur pour l’ambiance de ce film. C’est une ambiance poisseuse, froide, noire, apocalyptique, déjantée et décalée, la réalisatrice a une vision de ce futur assez triste et arrive très bien à nous la faire passer. Surtout que celle-ci est renforcée par sa réalisation. Le film est nerveux, les effets visuels sont géniaux, il y a de l’action et beaucoup de suspens. Le film est long de 2H30, ce qui fait que Bigelow prend bien son temps pour faire monter la sauce et nous amener vers une fin surprenante, j’avoue de ne pas l’avoir vu venir celle-là et j’ai adoré.

Les décors sont grandioses, je trouve qu’il y a un réel souci de faire un film immense dans sa démesure. Quand on regarde les scènes de boite de nuit, la fin du réveillon du 31 Décembre 1999, je suis resté bluffé par tous les moyens développés et mis en œuvre pour ce film. C’est beau à regarder et encore une fois impressionnant de maîtrise. Et la bande originale est excellente elle aussi. Un bon mélange entre rock sale et musique électro.

Pour ce film Bigelow s’offre aussi un très très bon casting avec en tête Ralph Fiennes que je trouve génial comme souvent. L’acteur qui a un excellent début de carrière (« La Liste de Schindler » de Spielberg, « The Baby of Mâcon » de Greenaway ou « Quiz Show » de Redford) ne fait que confirmer tous les espoirs placés en lui. Après, on trouve talentueuse Angela Bassett que j’aime bien et que je trouve trop rare. La belle Juliette Lewis dans le rôle d’une rockeuse, Tom Sizemore dans un rôle assez improbable, Michael Wincott ( » The Crow« , « Robin des Bois, prince des voleurs« ) complètement cinglé, le comédien ferait presque peur. Et dans des petits rôles de flics l’excellent Vincent D’Onofrio et William Fichtner un peu plus effacé. C’est vraiment un casting quatre étoiles, qui fait plaisir à voir.

StrangeDays16

Voilà ce que je pouvais dire sur ce film. Je pense qu’avec « Strange Days » Kathryn Bigelow termine de faire sa place dans la cour des grands. Ce film est donc un peu bijou de science-fiction et d’anticipation, un film captivant du début à la fin. C’est un bon coup de cœur et je le conseille à tout le monde, surtout que je trouve que ce film n’est pas assez connu. Vraiment très bon !

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

ServalNote de Serval: 20/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.