décembre 2, 2020

The Dinosaur Project

affiche-the-dinosaur-project-2012-2

De : Sid Bennett

Avec Natasha Loring, Matt Kane, Richard Dillane, Peter Brooke

Année: 2012

Pays: Angleterre

Genre: Aventure

Résumé:

Une équipe de tournage part au Congo et découvre que les dinosaures de plus de 65 millions d’années sont encore vivants. Suite à une attaque de reptiles volants, l’hélicoptère de l’équipe s’écrase à côté d’un village désert et tous les voyageurs se retrouvent coupés du reste du monde sans aucun moyen de communication…

Avis :

Est-ce que certaines techniques doivent rester dans un certain genre de cinéma ? C’est la question que l’on peut se poser tant le found-footage est cantonné au cinéma d’horreur. Que ce soit pour être plus percutant, plus réaliste, il est vrai que le cinéma de genre permet certaines séquences intéressantes avec cette technique. Mais pourquoi ne pas l’essayer dans d’autres styles ? End of Watch est un exemple parfait de réussite qui démontre que même le thriller peut utiliser le found-footage. Mais ce n’est pas le seul exemple. Chronicle est un film fantastique qui utilise cette technique, tout comme Troll Hunter qui est un film d’aventure et qui fonctionne relativement bien. Maintenant, comme dans tout film, il faut une idée derrière ainsi qu’un réalisateur qui sait quoi faire avec cette technique. Tape 407 était un cuisant échec où l’on pouvait voir un groupe de survivants tenter d’échapper à un dinosaure (que l’on ne verra jamais faute de budget). Alors que nous réserve The Dinosaur Project, film d’aventure relativement prometteur ?

20526524.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

La tronche du monstre qui est à l’origine de l’aventure…

L’histoire parle d’un phénomène tout simple. Une légende congolaise veut faire croire qu’un animal, ressemblant fortement au plésiosaure, vit dans un fleuve spécifique. Des scientifiques, ainsi qu’une équipe de télé doit se rendre sur les lieux pour prouver ou désapprouver cette légende. Malheureusement, le voyage en hélicoptère se passe mal, le groupe s’écrase, le pilote meurt et les survivants vont tenter de survivre tout en explorant cette jungle. Voilà un pitch intéressant et qui peut demeurer crédible. Des zones inhospitalières encore non explorées, il en existe plein et les dinosaures vivants font partie des fantasmes de l’être humain (Jurassic Park, Jurassic Attack…). Seulement, quand un film est bourré d’incohérences et de scènes inutiles, on ne croit plus en rien et on s’emmerde ferme, c’est exactement ce qu’il se passe avec The Dinosaur Project.

Dès le départ, on a du mal à y croire. On y croise un jeune garçon qui veut suivre son père dans l’exploration. Bien sûr, ce jeune garçon est blindé en termes de caméras vidéos et il adore se filmer, notamment en train de fouiller dans les slips kangourous de son père. Son père refuse de l’emmener mais le fiston arrive à se glisser dans la soute de l’hélicoptère. Premier problème, comment cet adolescent a-t-il pu se glisser dans la soute sans se faire voir par personne, en sachant que pour y aller, il faut obligatoirement passer par l’intérieur ? D’autant plus que ce pseudo retournement de situation est ultra prévisible. Mais le pire viendra surement de la raison du crash, puisque la fine équipe croise des ptérodactyles et s’en paye un sur la tronche, ce qui va causer l’accident. Il faudra m’expliquer comment des gens n’ont pas pu voir ces animaux volants avant ! La crédibilité du film en prend un grand coup ! Surtout que l’on ne peut pas se dire que le film est ancien, puisque les nouvelles technologies sont de la partie, avec notamment des Gopro.

20526530.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Ce dinosaure a des yeux de quelqu’un d’ivre…

Les incohérences ne s’arrêtent pas qu’au début du film. Une fois arrivé sur le sol, le petit groupe se fait attaquer par des ptérodactyles, ce qui est relativement improbable. Les effets numériques sont ridicules et on n’y croit à aucun moment. Enfin, cela permet d’éliminer un personnage inutile (la belle blonde). Vient ensuite le passage le plus mauvais du métrage. Alors que tout le monde se fout royalement de la mort de la blondasse, le jeune héros va dompter un dinosaure en lui offrant des bonbons ! Putain, apprivoiser un dinosaure avec des putains de Squittles ! On se fout de la gueule du monde ! Et en plus, les CGI sont dégueulasses ! La suite ne sera encore une fois qu’une succession d‘incohérences où les groupes se scindent pour se retrouver alors qu’ils sont dans une jungle inextricable et où le méchant du groupe devient encore plus méchant pour une gloire qu’il n’a jamais eu. Bref, beaucoup de choses ne tiennent pas debout.

Bien sûr avec le found-footage, la réalisation est vraiment au ras des pâquerettes. The Dinosaur Project n’échappe pas à la règle, essayant vainement de faire croire à des disques durs retrouvés avec un texte débile dès le générique de début. Les passages qui bougent dans tous les sens sont omniprésents, tout comme les passages filmés qui ne devraient pas l’être. Le pire étant le passage où l’on doit croire que le héros se noie, un passage d’au moins trois minutes où l’on voit du noir, de l’eau et des bruits de respiration. Les réactions des personnages sont inadaptées. Visiblement, perdre son père ou des compagnons de travail  n’incombe aucune compassion. La qualité vidéo est très moche et on ne croit pas une seule seconde à tout le film. C’est dommage car le casting est plutôt sympa et l’idée de départ était intéressante.

316422090_640

Merde, je crois que je suis dans la merde…

Au final, The Dinosaur Project est une grosse déception et un film médiocre. Proposant un film basé sur des incohérences scénaristiques, rien ne décollera jamais, et la réalisation vomitive sera de mise. Un film décevant qui propose en plus des dinosaures qui n’ont jamais existé (sauf si le dilophosaure mesurait 4 mètres) et qui s’enfonce dans une conclusion improbable. Très décevant.

Note : 03/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

TrasherNote de Trasher: 11/20 C’est con mais pas si nul que ça.

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.