avril 15, 2021

Incendiary

De : Sharon Maguire

Avec Ewan McGregor, Michelle Williams, Matthew Macfadyen, Sidney Johnston

Année : 2008

Pays : Angleterre

Genre : Drame

Résumé :

Une jeune femme perd tragiquement son fils et son mari, victimes d’un attentat à la bombe. Elle est d’autant plus rongée par les remords qu’elle trompait son mari dans les bras d’un autre au même moment. Terrence, un policier qui travaille sur l’affaire, se rapproche d’elle mais il semble cacher un secret.

Avis :

Réalisatrice très discrète, Sharon Maguire a passé les années 90 dans le journalisme, travaillant principalement pour la BBC. Entre temps, Sharon Maguire, toujours à la même époque, passe à la réalisation et ainsi, se perfectionne dans le documentaire. Ainsi, entre long-métrages et épisodes de série documentaire, Sharon Maguire couvre plusieurs sujets. Puis arrive les années 2000 et c’est là que la réalisatrice va sortir de l’ombre. Passant au long-métrage de fiction, elle va faire un carton planétaire dès son premier film, qui s’inscrira comme un standard de la comédie anglaise. Ce film ? C’est « Le journal de Bridget Jones« .

Autant dire qu’après un tel succès, la cinéaste avait le choix et aurait très vite pu renchaîner sur un autre projet. Or, Sharon Maguire va prendre son temps. Après sept années d’absence, Sharon Maguire revient alors sur le devant de la scène avec un second film, « Incendiary« . Tenu par un casting plus qu’alléchant, ainsi qu’une intrigue, on l’imagine, bouleversante, ce second métrage va pourtant se révéler être une déception. Non pas que son film soit mauvais, mais « Incendiary« , après son début de film fabuleux, n’arrive pas à aller au-delà de ça, et finalement, il va avoir tendance à traîner en longueur, pour finir par ne plus vraiment intéresser, ce qui est vraiment dommage au vu du sujet qui est vraiment bouleversant.

Une jeune femme perd son fils et son amant dans un attentat à la bombe, alors que ces derniers étaient allés voir un match de foot. Cette jeune femme est encore plus bourrée de remords, car au moment même où sa famille périssait, elle était dans les bras de son amant. Amant qui aurait dû assister lui aussi à ce match. Comment reprendre sa vie, comment passer au-dessus de la culpabilité, l’incompréhension et la colère, les remords et les regrets ? Autant de sentiments qui se bousculent en elle.

Le deuil, voilà un sujet qui parle à tout le monde et qui peut se poser comme hautement cinématographique. Après les tribulations de sa Bridget Jones, la metteuse en scène Sharon Maguire, sûrement marquée par les attentats de Londres en Juillet 2005, a décidé d’en faire le sujet de son second long-métrage.

Sur le papier, « Incendiary » est un film impeccable, qui réunit tous les ingrédients pour être un grand moment de cinéma. Le sujet est bouleversant, sa réalisatrice vient de faire de jolies preuves, sans oublier qu’elle a le bagage de la journaliste derrière elle. Et enfin, son film est tenu par trois grands acteurs, Michelle Williams dont la vie personnelle est tristement marquée à ce moment-là pour le rôle, Ewan McGregor et Matthew Macfadyen.

Ce qui va être très frustrant, c’est le fait que « Incendiary » va tenir toutes ses promesses dans sa première heure. Beau, profond, puissant, Sharon Maguire tient et dirige tous ses ingrédients d’une main de maître. Toutes les pièces de son puzzle s’emboîtent parfaitement et l’on se trouve face à un drame qui prend directement à la gorge. Que ce soit avant le drame, pendant le drame, ou quelque temps après, « Incendiary » est intéressant dans ce qu’il raconte, dans le vécu de ses personnages, dans leurs émotions et la façon dont Sharon Maguire peut avoir pour traiter ces émotions. Comment vivre avec une telle culpabilité et au-delà de ça, comment vivre avec ce sentiment d’incompréhension et d’injustice ? Que ce soit le personnage impeccablement tenu par Michelle Williams ou celui incarné par Ewan McGregor, « Incendiary » pose de vraies questions et l’on est touché. De plus, le film est intéressant sur un plan plus large que ses personnages, allant chercher du côté politique et la façon que peut avoir le pays pour rendre hommage aux victimes par exemple.

Mais voilà, une fois passé sa première heure et une fois le processus de deuil abordé, « Incendiary » laisse la sensation de ne plus vraiment savoir quoi raconter, comme si Sharon Maguire avait trop vite fait le tour de ses sujets. Certes, faire son deuil est forcément long et dans un sens, cette longueur se ressent, mais dans un autre sens, la cinéaste n’arrive plus vraiment à nous intéresser à ses personnages. Pour essayer de faire bouger les choses et sortir son film de l’ennui qui le guette, Sharon Maguire va emprunter plusieurs pistes, mais au final, même si quelques éléments sont intéressants, plus « Incendiary » se dévoile, et moins il intéresse. On n’arrive plus vraiment à être touché, même si c’est bien filmé, avec ce qu’il faut de respect et de pudeur. Mais rien n’y fait, la réalisatrice a été trop vite et son film finit par se dégonfler au moment où il aurait dû exploser.

« Incendiary » est donc une déception. Beau, intéressant et touchant, Sharon Maguire avait là un sujet en or et les acteurs qui vont avec, malheureusement, même s’il a ses qualités et pas des moindres, sa dernière demi-heure est bien inégale et petit à petit, le film va se faire bien moins intéressant, ce qui est vraiment, mais vraiment, dommage.

Note : 11/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.