avril 15, 2021

West of Memphis

De : Amy Berg

Année : 2012

Pays : Etats-Unis, Nouvelle-Zélande

Genre : Documentaire

Résumé :

Trois adolescents sont incarcérés pour le meurtre de trois jeunes garçons en Arkansas. 19 ans plus tard, de nouvelles preuves remettent en question leur culpabilité et le fonctionnement du système judiciaire américain.

Avis :

Problèmes écologiques, extinction de masse, faits divers, suivi d’un groupe lors d’une tournée, tout, ou presque, est bon pour faire un documentaire de nos jours. Car si le biopic devient un genre quasi omniprésent, le documentaire commence à se faire une place de choix. Et Netflix, par exemple, l’a très bien compris. De nombreux projets qui cartonnent sur la plateforme de streaming sont des documentaires sur des tueurs en série ou des choses macabres. C’est un peu déroutant, mais c’est ce qui marche le mieux. Pour autant, le documentaire qui essaye de rétablir une vérité sur un fait divers n’est pas une nouvelle chose. Il suffit de poser les yeux sur West of Memphis pour s’en rendre compte. Produit et tourné en 2012, avec un certain Peter Jackson derrière le portefeuille, le documentaire d’Amy Berg a tous les éléments pour passionner. Mais est-ce vraiment le cas ?

Les faits se passent au début des années 90. Trois gosses partent en balade en vélo et ne reviennent pas. Leurs corps seront retrouvés dans un ruisseau, ligotés, avec des traces d’abus sexuels. Les coupables sont tout désigné, il s’agit de trois adolescents qui versent dans des rituels sataniques. Ici, c’est le début du documentaire qui va s’appliquer à présenter les faits et en quoi ces trois garçons, amis, étaient les suspects idéaux. Entre des images d’archive, des interviews de personnes présentes lors du premier procès, West of Memphis nous plonge dans un fait divers crasseux, glauque, où les rednecks sont de sortis et veulent une justice expéditive, se basant sur des croyances chrétiennes atrophiées. En effet, Amy Berg va pointer du doigt les facilités du procès, les raccourcis, les arrangements, et comment la justice a perdu la face pour permettre à un juge de briguer le poste de sénateur.

Si on doit bien comprendre une chose en regardant ce documentaire, c’est la corruption qui baigne au sein de la justice américaine. Ici, peu importe les coupables si les suspects ont le profil idéal. Et c’est ce qui se passe avec ces trois adolescents marginaux qui vont devenir des créatures de Frankenstein modernes. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. En effet, certaines personnalités vont voir les rouages d’un système malhabile et maladroit. Eddie Veder, chanteur de Pearl Jam, mais aussi Henry Rollins, ou encore Peter Jackson, vont financer une association pour que justice soit faite. Pour que le procès rouvre et que les trois adolescents sortent de prison. En ce milieu de métrage, le documentaire va devenir réellement passionnant. On va voir les différentes scories du premier procès. Les manipulations des juges et des avocats. Mais aussi la malhonnêteté de la justice.

Car au final, West of Memphis montre une erreur judiciaire monumentale, mais aussi et surtout une justice qui n’est qu’un tremplin politique pour certains juges. On va donc voir le combat de l’association pour remettre en place un procès. On va voir les financements pour rouvrir l’enquête et interroger de nouveaux protagonistes. On va avoir droit à de nouveaux éléments de l’enquête, avec des preuves ADN. Bref, le documentaire va agir comme un film policier, nous mettant à la place de l’enquêteur tentant de raccorder les deux bouts. On sera bien évidemment outré par les manipulations de la police, forçant des aveux fallacieux de la part d’un simple d’esprit. On sera énervé par la réserve, plus de vingt ans plus tard, de ceux qui ont participé à ce fiasco. Bref, le milieu de West of Memphis va être un gros uppercut envers la justice ricaine.

Néanmoins, le film durant près de 2h30, il va s’avérer assez long sur son final. Et pas suffisamment touchant, mais on s’éloigne de l’aspect documentaire. Le problème est que le film va tourner un peu en rond. On n’aura des preuves accablantes sur une personne qui refusera de faire des aveux. Puis on aura le dernier procès, dix-huit ans plus tard, qui va permettre aux trois garçons, devenus adultes, de sortir de prison. Mais à quel prix ? En effet, les trois hommes doivent dire qu’ils sont coupables afin de bénéficier d’une remise de peine. La sentence est lourde de conséquence et on ne ressent pas vraiment ce poids. On a droit à trois hommes heureux de sortir, marqués par la prison, mais dont la vie continue.

Il manque aussi le ressenti des parents, envers l’erreur judiciaire, mais aussi et surtout envers le vrai coupable, que tout le monde connait, mais qui reste libre et innocent aux yeux de la justice. Le final aurait dû être accablant, mais il n’en est rien, la réalisatrice préférant sur la fraîcheur et la joie des hommes libres. Puis il manque aussi un peu plus d’interventions de la part des producteurs et autres artistes. Peter Jackson va prendre la parole trois fois. Eddie Veder un peu plus, et il est présent sur les vidéos d’archive. Henry Rollins ne sera visible qu’une seule fois. On a la sensation qu’il y a eu beaucoup de rush et qu’il a fallu faire des choix pour rendre le film efficace. C’est un peu dommage.

Au final, West of Memphis est un très bon documentaire. Découpé en trois phases bien distinctes, on ressent une efficacité de tous les instants pour bien pointer du doigt l’arrogance de certains avocats, leur malhonnêteté et la corruption d’un juge qui voulait un coup d’éclat pour avoir son poste de sénateur. Un peu long, parfois confus, notamment sur les lois qui sont différentes en fonction des états, West of Memphis reste un documentaire vif et sauvage, qui n’a pas sa langue dans sa poche, et ça, ça fait du bien. Bref, il s’agit-là d’un excellent moyen de mieux comprendre cette affaire qui aura déchaîné les passions outre Atlantique et dont un film a vu le jour, issu d’un livre, The Devil’s Knot.

Note : 15/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.