février 25, 2021

Les Bronzés 3 – Amis pour la Vie

De : Patrice Leconte

Avec Christian Clavier, Michel Blanc, Marie-Anne Chazel, Gérard Jugnot

Année : 2005

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

En 1978, Popeye, Gigi, Jérôme, Bernard, Nathalie et Jean-Claude faisaient connaissance en Côte d’Ivoire dans un club de vacances. Amours, coquillages et crustacés.
Un an plus tard, retrouvailles du groupe d’amis à Val d’Isère. Tire-fesses, fartage et pistes verglacées.
Après le Club Med et le ski, ils n’ont cessé de se voir, de se perdre de vue, de se retrouver, de se reperdre, de se revoir pour des semaines de vacances volées à une vie civile assommante.
Depuis quelques années, ils se retrouvent chaque été, pour une semaine, au Prunus Resort, hôtel de luxe et de bord de mer, dont Popeye s’occupe plus ou moins bien en tant que gérant, et qui appartient à sa femme, Graziella Lespinasse, héritière d’une des plus grosses fortunes italiennes.
Que sont devenus les Bronzés 27 ans après ? Réponse hâtive : les mêmes, en pire.

Avis :

Vingt-sept ans se sont écoulées depuis que Patrice Leconte s’est occupé du premier film « Les Bronzés » et depuis il est devenu un réalisateur qui compte dans le paysage du cinéma français. Un réalisateur prolifique à la filmographie intéressante et même audacieuse. Après plusieurs succès au début des années 2000 comme « La fille sur le pont« , « L’homme du train » ou « Confidences trop intimes« , le réalisateur vient de faire un documentaire qui est passé complètement inaperçu, « Dogora – Ouvrons les Yeux« .

Alors qu’un troisième film avait été déjà envisagé après « Les Bronzés font du ski » (le film devait se passer à New York) le projet fut abandonné car l’équipe du Splendid a préféré se concentrer sur l’adaptation du  » … Père Noël est une ordure« .

Au milieu des années 2000, la troupe du Splendid se réunit pour travailler sur le scénario de « Astérix en Hispanie« , dont Gérard Jugnot devait en faire la réalisation, mais finalement, après des mois de travail, le projet fut abandonné, mais l’engouement de travailler de nouveau ensemble leur a donné l’idée de refaire vivre « Les Bronzés« . Ainsi, toujours avec Patrice Leconte aux manettes, voici que débarque dans les salles en 2006 un troisième chapitre pour nos vacanciers préférés et le film va se poser comme une terrible déconvenue.

Ringard au possible, poussif, lourdingue, caricaturé, « Les Bronzés 3, Amis pour la vie » est un véritable naufrage et comme dirait le dramaturge de « Il était temps« ,  » – C’est le Titanic des soirs de première. Et on ne compte aucun survivant : ni femmes, ni enfants… ni même Kate Winslet. Aucun survivant. »…

Popeye s’est marié avec Graziella et ensemble, ils tiennent aujourd’hui un très bel hôtel en Sardaigne. Depuis quelques étés maintenant, Nathalie, Bernard et Jérôme viennent passer une semaine de vacances dans l’Hôtel de Popeye, ou plutôt dans leur hôtel, puisqu’ils avaient investi à l’époque cinq-cents francs. Cette année, ces retrouvailles vont s’avérer être quelque peu mouvementées…

Fallait-il donner vie encore une fois au « … Bronzés » ? C’est que l’idée de retrouver ces personnages cultes était alléchante. On pouvait se demander ce que ces braves gens étaient devenus, et comment ils avaient évolué ou non. Puis l’idée était d’autant plus alléchante que toute la troupe avait bossé ensemble et surtout tous avaient signé pour un nouveau volet.

Ce troisième opus commençait plutôt bien, ce qui est extrêmement frustrant. D’emblée, le ton est donné, et certaines des retrouvailles sont assez exquises. On se dit que ça fait du bien de revoir ces personnages et les acteurs dans ces rôles. Puis au bout d’un petit quart d’heure, avec l’arrivée de Gigi et JC, « Les Bronzés 3 … » s’effondre littéralement. Alors qu’il y avait de quoi faire avec ce qui avait été présenté autour des personnages tenus par Clavier, Balasko et Jugnot, en un coup de crayon, Patrice Leconte et l’équipe du Splendid dérapent et leur film va être une très longue descente en enfer. Le trait est lourdingue, ça se veut drôle, mais ça peine à nous faire décrocher un sourire et quand le tout veut s’aventurer dans l’émotionnel, avec des sujets d’actualité, l’homosexualité d’un fils, le rejet d’un père, ou encore et là, c’est le petit best of, les migrants, le film en fait tellement trop que ça en devient indigeste. Et l’on ne mentionnera même pas la sous-intrigue avec ses attaques de chats qui n’ont ni queue, ni tête et l’on se demande bien ce que ça fiche ici. Alors que les précédents films étaient un ensemble de sketches mis bout à bout, il y avait une alchimie, une bonne humeur et un humour qui fonctionnait bien, ici, la recette est plus ou moins la même, mais l’âme, la critique et le ton ont foutu le camp et l’on se retrouve face à un film qui ne sait même pas ce qu’il raconte.

On ajoutera à ça la mise en scène plate de Patrice Leconte, la ringardise des costumes, des décors, de la photographie, ou même de la BO qui tombe dans le trop. D’ailleurs, tout comme la chanson de Lagaf ou celle de Pierre Bachelet, ici le titre de Zucchero est mis à toutes les sauces et c’est épuisant.

En ce qui concerne les personnages et les comédiens, si le plaisir de les retrouver est là, l’espace d’un quart d’heure, très vite, tout ce petit monde sombre dans la caricature de leur personnage. entre Lhermitte qui n’est plus vraiment là, Clavier qui fait du Clavier, c’est-à-dire désormais du Jacquouille, et Jugnot qui tombe dans le pitoyable et l’on ne parlera même pas de Chazel, Blanc et Lavanant, seule Josiane Balasko arrive à s’en sortir quelque peu et encore, c’est pas ça.

Franchement, ces retrouvailles laissent un goût très, très amer, au point de nous en briser le cœur. Ringard de bout en bout, sans intérêt, si le film fut un succès terrible au box-office, ramenant plus de dix millions de spectateurs en salles, (c’est dire l’amour pour les personnages et l’attente du film), « Les Bronzés 3, Amis pour la vie » est bien plus qu’une déception. Cette amitié pour la vie sera alors à sens unique et au vu du résultat, on remercie Patrice Leconte et l’équipe d’avoir (pour l’instant) abandonné l’idée d’un quatrième film…

Note : 05/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.