février 25, 2021

Ill Manors – La Cité de la Violence

De : Ben Drew

Avec Riz Ahmed, Ed Skrein, Natalie Press, Anouska Mond

Année : 2013

Pays : Angleterre

Genre : Drame, Policier

Résumé :

Kirby, ex dealer, vient de sortir de prison, Ed est une tête brûlée, Michelle, une prostituée sous surveillance et le jeune Jack, se trouve empêtré au sein d’un gang local. Chris est déterminé à se venger et Katya cherche désespérément à fuir ce trouble voisinage. Sans oublier Aaron, notre protagoniste, qui essaie juste d’être un type bien…

Avis :

Ben Drew est un nom qui n’évoque pas vraiment grand-chose, surtout quand on cherche du côté du cinéma. Ben Drew, acteur, mais aussi scénariste, réalisateur et compositeur, a plus d’une corde à son arc, mais c’est bien sur le dernier métier cité qu’il est le plus connu, car derrière Ben Drew se cache en fait le chanteur et rappeur connu sous le nom de Plan B. Chanteur et rappeur à succès, au point d’en être surnommé le Eminem d’Angleterre, cela fait plusieurs années que Plan B tire très bien son épingle du jeu dans les charts.

Après avoir réalisé quelques uns de ses clips, après avoir fait l’acteur notamment chez Nick Love et Daniel Barber, Ben Drew a décidé de se frotter à l’expérience du long-métrage. Réunissant tous les thèmes qui parcourent ses chansons, à savoir la délinquance, la survie, les trafics, la drogue, la prostitution et plus largement la vie des quartiers sensibles, Ben Drew livre-là un film qui ne fait pas de concession. « Ill Manors … » est un film sombre, violent, voire même glauque, mais c’est aussi un film social, qui met en lumière la violence et la réaction en chaîne que cette dernière peut provoquer. Bourré d’idées, étonnant, déséquilibré, chaotique, ce premier film laisse entrevoir l’œil d’un jeune cinéaste pas comme les autres.

Aaron est un jeune de quartier qui essaie de s’en sortir comme il peut. Dealant avec son pote Ed, il fréquente ou croise toute une galerie de personnages plus ou moins de confiance. Dans ce quotidien fait d’arnaques, de chantages, racket et autres magouilles, un deal entre deux adolescents dans une cité va entraîner une réaction en chaîne conséquente.

Sorti très discrètement chez nous, le premier film de Plan B, « Ill Manors … », est pourtant un film qui jouit d’une belle réputation et après visionnage, on peut aisément confirmer tout le bien que l’on a pu entendre à droite et à gauche sur cette première œuvre très singulière.

« Ill Manors … », dans son cahier des charges, n’a rien de bien neuf, puisqu’il se pose comme un énième film sur des cités et la violence dans ces dernières. Pourtant, même si le film est loin d’être parfait, sous l’œil de Ben Drew, « Ill Manors … » a vraiment de quoi intéresser et plus encore. Logique quand on connaît Ben Drew le rappeur et chanteur, « Ill Manors … » pourrait être même une prolongation de tout ce que Plan B a pu entreprendre jusqu’à maintenant, sauf qu’à la place de le chanter, il a décidé de coucher ses mots et de les mettre en images.

« Ill Manors … », c’est une plongée noire, violente et radicale auprès de petites frappes et autres gangs londoniens. Sorte de chronique de quartiers et portrait social d’une certaine population, Ben Drew se lance dans un film qui n’a qu’une idée en tête, expliquer la violence sans l’excuser. Parfois cliché, parfois profondément inspiré et juste dans ce qu’il raconte, « Ill Manors … » est un film qui se démarque bel et bien des autres films de son genre et il s’en démarque pour plus d’une raison. La première qui vient en tête, et surtout qui marque, aussi bien le spectateur que le film en lui-même, c’est l’idée de faire de « Ill Manors … » un drame qui allie cinéma et musique. Ainsi, on pourrait même dire que Ben Drew livre là un film de cité, social et musical. À plus d’une reprise, le jeune metteur en scène a l’idée d’expliquer ou d’accentuer telle ou telle situation en rappant la vie et les choix de ces personnages. Alors certes, ça apporte un côté très clippé à son film, mais c’est ça qui lui donne un ton unique, ça le rend encore plus intéressant et au-delà de ça, ça correspond très bien à Plan B. D’ailleurs, pour accompagner la sortie de son film, Ben Drew avait un excellent album, du même titre que son film. On notera aussi qu’il se pose comme le compositeur du film et que là encore, il est excellent.

Ensuite, « Ill Manors … » se démarque de par le ton froid et sans concession que le réalisateur livre. Si on pourrait lui reprocher une image chaotique des quartiers de Londres, il n’empêche qu’ici, ça fonctionne très bien. Ben Drew n’hésite pas à montrer la violence telle qu’elle peut être, quitte à nous embarquer auprès de personnages qui, il ne faut pas le nier, sont assez désagréables, avec cette sensation qu’il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. Des personnages qui sont très bien tenus par des comédiens britanniques qui mériteraient d’être bien plus en premier plan. Dans la violence que Ben Drew filme, il y a aussi la montée de cette dernière. Sans manichéisme, sans pathos, et sans excuse, le cinéaste filme un puzzle où chaque personnage qui ne font que se croiser, sont comme une pièce qui finira par entrer en contact avec une autre, et petit à petit, au fur et à mesure que tout s’assemble, il y a une réaction en chaîne qui se crée, et ainsi la violence s’étale de plus en plus. Une violence qui n’est parfois l’histoire que d’un choix ou d’un lieu. Bref, c’est très intéressant, et même touchant, car cette violence, ce regard, et sa rédemption  se trouvent dans les textes de Ben Drew.

Pour son premier film, Ben Drew livre donc un regard terrible et son « Ill Manors, la cité de la violence » mérite bien tous les éloges qu’on lui fait. Certes, c’est parfois décousu et d’autres fois cliché, mais l’ensemble de l’œuvre est forte, originale, intéressante et elle pousse à la réflexion. Ben Drew a des choses à dire et après les avoir dites sur ses albums, il se laisse tenter par le cinéma et son film est typiquement du Plan B. Puis enfin, avec un tel premier film, on reste très curieux d’une seconde proposition de Ben Drew en tant que réalisateur.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.