février 28, 2021

Le Roi Arthur

Titre Original : King Arthur

De : Antoine Fuqua

Avec Clive Owen, Keira Knightley, Ioan Gruffudd, Mads Mikkelsen

Année: 2004

Pays: Etats-Unis

Genre: Historique, Action

Résumé :

Après cinq siècles de domination sur la Grande-Bretagne, l’Empire romain, chaque jour plus affaibli, abandonne l’île pourtant menacée par les invasions sanguinaires des Saxons.
Avant d’être libéré de ses obligations, Arthur se voit confier une dernière mission. Il doit secourir la belle Guenièvre, torturée pour hérésie. Avec ses chevaliers, il prend conscience qu’ils sont le dernier espoir face au massacre programmé par les Saxons.
Tandis que les chevaliers tentent de conduire le peuple et les nobles à l’abri du Mur d’Hadrien, Arthur doit choisir son destin. S’il s’enfuit, il sera libre ; s’il s’oppose aux légions de Saxons qui s’apprêtent à déferler, il sera certainement tué. Il ignore que sa décision changera le cours de l’Histoire.

Avis :

Au début des années 2000, Antoine Fuqua est un réalisateur qui commence grandement à se faire un nom, notamment avec le thriller policier « Training Day« , qui vaudra à Denzel Washington l’Oscar du meilleur acteur. Par la suite, Antoine Fuqua enchaînera avec le musclé « Les larmes du soleil » qui connaîtra un beau succès. De manière plus confidentielle, début 2004, le réalisateur qui avait commencé dans le clip, revient avec un documentaire « Lightning in a bottle » qui revient sur un concert Jazz organisé au Radio City Music Hall de New York.

Moins d’un an après avoir placé sa caméra au Nigeria, Antoine Fuqua change d’époque et s’aventure dans le film historique, réinventant la légende du « … Roi Arthur« . Les films et les séries comptant les aventures et les légendes du Roi Arthur, on ne les compte plus tant la légende Arthurienne intéresse nombre de cinéastes.

Pour cette version signée Antoine Fuqua, le réalisateur a choisi un autre angle, celui de l’humain plus que la légende. Antoine Fuqua et le scénariste David Franzoni se sont intéressés à ce qui semble pour certains être la genèse du mythe et ainsi, ils ont tissé le récit d’un homme qui, sans le vouloir, a conquis son titre de Roi des Bretons. Intéressant de par son angle d’attaque, « Le Roi Arthur » est un petit film qui vaut son coup d’œil, ne serait-ce que pour son casting incroyable de gueules.

Cela fait cinq siècles que les Romains occupent la Grande-Bretagne. L’empire étant de plus en plus affaibli, Rome décide d’abandonner l’île, mais avant de partir, il faut récupérer un jeune homme, l’un des favoris du Pape, qui court un grave danger. La Grande-Bretagne est alors coupée en deux, le sud étant aux Romains et le Nord laissé aux Bretons et aux envahisseurs et c’est là, justement, que se trouve le jeune homme. Rome décide alors de faire appel à Lucius Artorius Castus, dit Arthur, pour sauver le jeune homme. Arthur et ses compagnons d’armes devront remplir cette mission et une fois celle-ci achevée, ils seront libres.

Il y a des films qu’on voit comme ça et qui ne marquent pas et « Le Roi Arthur » d’Antoine Fuqua est typiquement de ceux-là. « Le Roi Arthur« , c’est un film que j’avais vu au moment de sa sortie, et plus de quinze ans après, au souvenir, pas même une image ne vient me marquer. Du coup, malgré sa sale réputation, je me suis dit qu’il était temps que je m’y arrête, histoire de redécouvrir la légende Arthurienne vue par les scénaristes d’Hollywood des années 2000.

Je m’attendais à quelque chose de mauvais, j’espérais que le moment ne soit pas exécrable et c’est avec surprise que ce fut bel et bien le cas. Sans être incroyable non plus, lorgnant même vers l’oubliable, cette version d’Antoine Fuqua n’est pas aussi mauvaise qu’on veut bien nous le dire. Non ce « … Roi Arthur » est finalement un petit film historique, qui reste un bon petit divertissement. Le scénario est très simple, il est vrai que les personnages méritaient plus de profondeur, tout comme l’angle d’attaque d’Antoine Fuqua. L’idée d’aller chercher du côté de l’humain plus que la légende, l’idée d’un « Arthur » réaliste plus que fantaisiste, méritait plus que le simple traitement que le film offre là. Après, si l’on met un peu entre parenthèses le fait que Fuqua nous conte une légende Arthurienne, son film demeure un bon petit film d’aventure, généreux en décors, en action, en batailles et qui se paye même le luxe d’avoir sa petite ambiance, menée et soutenue par une belle BO signée Hans Zimmer. Une BO peut-être un peu trop envahissante parfois, mais qui apporte un cachet supplémentaire à cette production.

Puis si ce « … Roi Arthur » nous fait passer un agréable moment, c’est aussi et surtout grâce à son casting. Pour ce film, pour sa vision de la légende, Antoine Fuqua a choisi un casting de tronches et c’est vrai qu’on aime bien suivre ces comédiens dans leurs mésaventures. Ainsi, on pourra retrouver Clive Owen en Arthur, Ioan Gruffudd en Lancelot, Stephen Dillane en Merlin, Keira Knightley en Guenièvre guerrière, ainsi que, comme ça, Mads Mikkelsen, Joel Edgerton, Ray Winston, Hugh Drancy, au côté d’Arthur. Puis du côté des méchants, un notera Til Schweiger et surtout Stellan Skarsgård qui en chef de guerre déborde de charisme.

« Le Roi Arthur » revu et corrigé par Antoine Fuqua est donc un bon petit film d’aventure, qui se laisse agréablement regarder. Certes, c’est loin d’être incroyable et fou, certes, ça sera oubliable avec les années et oui le réalisateur a fait, avant ce film et après ce film, largement mieux, mais en terme de divertissement, son « … Roi Arthur » tient sa route et dans une certaine mesure, il se fait appréciable. Franchement, entre la BO de Zimmer, les décors naturels de l’Angleterre et ce casting de tronches, on a de quoi faire. Bref, j’ai revu « Le Roi Arthur » et ce n’est pas si mal que ça.

Note : 12/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.