avril 13, 2021

Gridiron – The Other Side of Suffering

Avis :

Dans le langage sportif, Gridiron est le nom du football américain. Sport de contact où ça tape fort, il était presque logique qu’un groupe de métal s’octroie ce petit nom. Et c’est chose faite avec cette nouvelle formation venue de Midland, dans le Texas. Formé en 2015, ce jeune groupe officie dans un Thrash/Groove Métal du plus bel effet. Après un premier album indépendant sorti en 2017, le groupe sort deux singles, avant de se décider à fournir un nouvel effort avec The Other Side of Suffering. Toujours sans aucun label, le groupe décide de sortir un second album de façon indépendante, tout en gardant une certaine liberté dans les compos. Et cela se sent. En effet, Gridiron propose un deuxième album puissant, varié, qui peut se percevoir comme une bonne claque dans la tronche. Il y a peu de doute là-dessus, Gridiron a tout d’un grand groupe en devenir.

Le skeud débute avec Inception, une intro instrumentale qui donne l’illusion que le groupe verse dans le Power Sympho. Mais on sera vite au diapason avec A Sight to Behold. Le groupe délivre alors toute sa rage avec ce morceau, qui propose des riffs puissants et une rythmique infernale. La formation ne tergiverse pas. Le chant est bien gras, parfaitement maîtrisé, et on aura même droit à un petit chant clair (fait par le batteur) pour apporter un peu d’air à l’ensemble. Avec Become, le groupe se fait plus accessible, et délivre même quelques riffs qui peuvent rappeler du Métal Alternatif à la Trivium. Mais très vite, le ton change et la colère prend le dessus. Une colère virulente, qui nous met à terre. Et qui est contrebalancé avec le chant clair du batteur dans le batteur, offrant quelque chose de catchy à souhait.

Lazarus sera un titre là aussi très intéressant. Le groupe arrive sans aucun mal à nous faire headbager grâce à des riffs surpuissants et des rythmes qui donnent immédiatement envie de se rentrer dedans. Néanmoins, cette violence est parfaitement maîtrisée et le groupe arrive, au sein même de ses compos, à varier les rythmiques et les ambiances. Lazarus en est un parfait exemple et fait office de bonne tarte dans la gueule. Afterlife, malgré un début prometteur, sera un peu le vilain canard de l’album. Et cela même s’il reste très efficace. Le problème ici provient de son chant clair, un peu trop effacé et qui fait pâle figure à côté de la violence de l’ensemble. Mais ça reste catchy à souhait et on se surprendra à chanter en même temps que le groupe.

Eyes Wide Shut va lui aussi taper fort, dans un déluge virtuose de violence et de riffs gras qui donnent envie de se briser la nuque. Et que dire du pont, plus aérien, en chant clair, qui vient accentuer la parfaite maîtrise de l’ensemble. Il n’y a pas à dire, Gridiron, c’est très fort. Avec As the Pictures Burn, le groupe opère sa première collaboration, ici avec DeAnne Olivier, et ça dépote sévère. La chanteuse offre une belle prestation et offre un chant clair qui donne de l’air à un titre surpuissant. Mais la vraie prise de risque du groupe réside dans Blame it on the Fire. Le groupe propose ici un titre instrumental de plus de quatre minutes qui fait très mal.

Débutant avec un gros riff et des violons qui offrent un spectacle orchestral incroyable, les riffs lourds vont vraiment raconter une histoire et mettre en avant un jeune groupe inspiré et qui ose, bousculant les codes tout en gardant une énergie fédératrice. La suite de l’album ne sera plus la même après ça. Les titres seront un peu plus courts, parfois ultra violents comme Wretched Earth avec Jesse Zaraska, tout en gardant une parfaite maîtrise de l’ensemble. Le groupe fait preuve d’une belle ferveur et d’une rage qui reste tout de même contrôlée pour ne pas partir trop loin. Et si Justice in Honor ou encore Of Blood & Bone seront des titres qui lorgneront parfois du côté du Hardcore, il restera World’s End et The Other Side of Suffering, deux gros morceaux longs et qui nous laisseront sur le carreau devant tant de puissance.

Au final, The Other Side of Suffering, le second album de Gridiron, est une véritable tuerie. Jeune groupe tout frais et totalement indépendant, les américains proposent un album long, puissant et varié qui nous met littéralement K.O. On aurait pu croire à une surdose de violence et à des moments mal maîtrisés, mais c’est tout le contraire qui se passe, et Gridiron propose la première véritable baffe de 2021. Un groupe qui a un potentiel tout simplement incroyable.

01. Inception

02. A Sight to Behold

03. Become

04. Lazarus

05. Afterlife

06. Eyes Wide Shut

07. As the Pictures Burn feat DeAnne Oliver

08. Blame it on the Fire

09. Wretched Earth feat Jesse Zaraska

10. The Other Side of Suffering

11. Justice in Honor

12. World’s End

13. Of Blood & Bone

Note : 19/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.