janvier 19, 2021

Kama Sutra

Titre Original : Kama Sutra : A Tale of Love

De: Mira Nair

Avec Indira Varma, Sarita Choudhury, Naveen Andrews, Ramon Tikaram

Année : 1997

Pays : Inde, Angleterre, Allemagne, Etats-Unis, Japon

Genre : Romance, Erotique

Résumé :

Dans l’Inde du XVIe siècle, les aventures de la servante Maya et de la princesse Tara, deux femmes qui trouveront dans le Kama-sutra l’inspiration d’une joute amoureuse raffinée mais sans merci, tournant autour de la possession du roi Faj Singh et du sculpteur Jai Kumar.

Avis :

Réalisatrice indienne, Mira Nair s’est fait remarquer dès son premier film, le fabuleux « Salaam Bombay !« , film qui montrait l’Inde autrement. Après ce premier succès, la réalisatrice s’est envolée pour Hollywood, où elle a tourné deux films, « Mississippi Masala » et « La Famille Perez« . Ces deux films abordaient alors l’intégration aux Etats-Unis.

Pour son quatrième film, la metteuse en scène a choisi de revenir en Inde pour y mettre en scène un art légendaire, le Kama Sutra. Avec un sujet et un titre pareil, on ne savait pas vraiment à quoi s’attendre avec « Kama Sutra … », et même avec cette attente-là, Mira Nair arrive à décevoir. Si son film tient une belle reconstitution d’époque, c’est bien tout ce qu’il aura, car pour le reste, clairement, il faudra repasser. Faisant mauvais choix sur mauvais choix, le « Kama Sutra … » de Mira Nair ressemble à une petite romance contrariée comme le cinéma nous en a fourni des centaines et finalement, alors qu’on pensait être un brin émoustillé et envoûté par une poésie indienne, « Kama Sutra – une histoire d’amour » ennuie.

Dans l’Inde du XVIe siècle, Maya est une femme d’une grande beauté. Maya est la servante de la Princesse Tara. Quand cette dernière se marie, Maya attire l’œil du futur époux et pour cela, elle est chassée du palais. Seule, Maya fait la connaissance de Jai Kumar, et cet homme va emmener la jeune femme chez Rasa Davi, une professeure qui donne des cours d’art du Kama Sutra. Maya deviendra alors l’une des courtisanes du Roi Raj Singh. Mais comment être une courtisane quand son cœur est déjà pris ailleurs…

Le Kama Sutra, rien qu’à l’évocation de ce mot, c’est tout un fantasme qui arrive en tête et l’idée de faire un film qui serait consacré à cet art était intéressante. Intéressante de surcroit quand c’est une réalisatrice de la trempe de Mira Nair qui s’y attaque. Mais au-delà de cette idée, comment raconter et comment retranscrire cet art sur les écrans. Il y a tant de pièges de facilité avec ce mot et cette idée. « Kama Sutra … » aurait très bien pu être un film graveleux, qui n’aurait pas peur d’aller dans le détail. « Kama Sutra … » aurait pu être un film d’auteur un peu prétentieux qui s’attarderait sur l’étymologie du mot et finalement se transformerait en donneur de leçon. Ou encore, « Kama Sutra … » aurait pu être l’histoire d’un couple qui se découvre et s’aime à travers cet art. Bref, il y avait bien des chemins et Mira Nair en a emprunté un et pour le coup, elle en a oublié le mot « Kama Sutra », pour se concentrer sur une histoire d’amour clichée au possible.

Pourtant « Kama Sutra … » est un film qui commençait plutôt bien, présentant l’art d’aimer et de faire l’amour. Des premières minutes se dégagent beaucoup de poésie, de spiritualité, et de chaleur. « Kama Sutra … » parle du Kama Sutra dans la culture indienne, il aborde la danse, le désir et le plaisir. Mais une fois cette présentation faite, tout ceci est oublié, et Mira Nair se concentre sur une histoire d’amour à l’eau de rose, qui n’aura aucune originalité, ni même du suspens tant on connaît déjà cette histoire par cœur. « Kama Sutra … », c’est donc une histoire d’amour impossible entre un tailleur de pierre et une courtisane. Une histoire d’amour contrariée par un Roi capricieux et enfant gâté.

Si cette histoire est déjà vue, « Kama Sutra … » aurait alors pu nous tenir grâce à son ambiance, à son immersion, mais là encore ça ne fonctionne pas, car comme on connaît déjà tout et que l’on voit arriver cette histoire, plus le film de Mira Nair avance et plus l’on s’ennuie ferme. De plus, si l’on restait dans l’espoir de retrouver à un moment ou un autre la poésie ou même l’évocation du célèbre livre, tout sera passé sous silence, et très peu de scènes ou moments y feront référence. De plus, on ne comprendra pas vraiment pourquoi, mais malgré ses bons comédiens, notamment Naveen Andrews et Indira Varma, Mira Nair a opté pour un film tourné en langue anglaise et clairement ça dénote dans les allées de ces palais indiens et dans la bouche de ces personnages.

Mira Nair manquera aussi le coche avec l’érotisme de son film. Et oui, si elle n’en parle pas finalement dans son film, « Kama Sutra … » aura quelques scènes de rencontres amoureuses et là encore, il ne se dégage rien de l’ensemble. Aucune ambiance, aucun frémissement, aucune poésie, et aucune audace. Non, franchement, Mira Nair déçoit sur toute la ligne.

On aurait aimé que le « Kama Sutra – une histoire d’amour » soit une invitation au voyage. Une invitation à la découverte d’une autre culture, d’une autre pratique, aussi corporelle que spirituelle, mais ce n’est pas le cas et ce « Kama Sutra … » de Mira Nair est une romance contrariée comme on en a vu mille fois et en bien mieux. Franchement, le plus sensuel dans ce film est son affiche, c’est dire ! Restera alors, pour nous sauver de l’ennui, les décors de l’Inde, ses palais, ses couleurs, et quelques traditions. Bref, une belle déception, surtout venant de la réalisatrice d’un petit bijou comme « Salaam Bombay !« 

Note : 07/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.