mars 3, 2021

Searching – Portée Disparue

Titre Original : Searching

De : Aneesh Chaganty

Avec John Cho, Debra Messing, Michelle La, Joseph Lee

Année : 2018

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller

Résumé :

Alors que Margot, 16 ans, a disparu, l’enquête ouverte ne donne rien et malgré les heures décisives qui s’écoulent, l’inspectrice chargée de l’affaire n’a pas le moindre indice. Le père, David, décide alors de mener ses propres recherches, en commençant par là où personne n’a encore regardé : l’ordinateur de sa fille.

Avis :

Les nouvelles technologies permettent aujourd’hui de communiquer plus vite et tout le temps. A un tel point que notre vie privée est presque connue de tous si l’on ne fait pas attention. Réseaux sociaux, outils de communication, micro-caméra, autant de moyens qui nous exposent aux yeux de tous et qui peuvent permettre aussi de résoudre des enquêtes. Passionné par le sujet, Timur Berkmambetov a déjà produit une paire de films sur ce sujet, en prenant l’horreur pour appui, Unfriended et sa suite. Si le résultat de ce premier essai peut laisser dubitatif, notamment à cause d’un scénario pénible, avec Searching – Portée Disparue, il va trouver une belle association avec Aneesh Chaganty, ancien de chez Google et donc très concerné par le sujet. Il va alors en résulter un film très intéressant, qui implique directement le spectateur dans une enquête passionnante.

Dans l’enfer du web

Le scénario du film se révèle assez simple. Un homme, veuf, discute souvent avec sa fille via des applications de communication. Un beau jour, sa fille disparait et il va devoir fouiller son ordinateur pour retrouver sa piste et tenter de comprendre ce qui s’est passé. Il va alors découvrir qu’il ne connaissait pas forcément sa fille. A partir de ce postulat, Aneesh Chaganty va tisser une intrigue qui va aller de rebondissement en rebondissement. C’est bien simple, si l’aspect cinématographique de l’œuvre n’est pas son point fort (il n’y a pas de recherche de beaux plans ou d’une mise en scène marquante), on se focalisera sur l’enquête et cette faculté à plonger le spectateur dedans. Car on vit en même temps que ce père qui aide la police en fouillant les données de sa fille. En allant de sites en site, en fouillant les archives de l’ordinateur, on va trouver des indices en même temps que ce père, parfois avant, cela donne un réel intérêt au métrage.

Et c’est clairement son aspect ludique qui marque des points. De Facebook à Tumblr, en passant par Instagram ou encore d’autres sites plus obscurs, on va remonter le cours de l’histoire pour comprendre ce qui est arrivé à cette lycéenne pourtant discrète. L’intelligence du scénario est aussi de brouiller les pistes. C’est-à-dire que dès le départ, on nous présente plusieurs personnages, la flic, le frère qui fume de l’herbe, certains « amis » qui n’en sont pas vraiment, et on va avoir des doutes en permanence sur tout le monde, y compris le père, pourtant héros du métrage. La façon de faire est intelligente et l’écriture du scénario est très fine. D’ailleurs, sans cela, le film aurait été une amère déception, un peu comme Unfriended, car ce n’est pas sur la mise en scène que le film joue son va-tout.

Crimes et sentiments

Si la mise en scène, d’un point de vue purement cinématographique, n’est pas l’intérêt du film, pour autant, on va ressentir diverses émotions. En effet, à travers cet écran d’ordinateur, on va partager les souvenirs de la famille Kim, dans tout ce qu’elle a de plus beau et dans tout ce qu’elle a de plus tragique. Ainsi, l’introduction va nous toucher en plein cœur à travers des vidéos familials, à travers des photos et des dossiers. S’inspirant clairement de Là-Haut (que les scénaristes ne cachent absolument pas), l’entrée en matière va nous émouvoir à plus d’une raison et donne de l’épaisseur à ce père de famille et à sa fille. Cela va permettre de mieux nous percuter lors de la disparition et de se mettre à la place de ce père qui risque bien de tout perdre. Et si l’impact émotionnel se dilue un peu par la suite, le côté ludique de l’enquête prenant le pas, on reste tout le temps accrocher à la possible survie de la jeune fille.

Et au-delà de son intelligence pour nous faire ressentir des émotions (les hésitations pour cliquer, les dossiers à supprimer qui ravivent de trop lourds souvenirs), le film va aussi tacler de façon sévère tous les réseaux sociaux et les abus qu’il peut y avoir dessus. Cela est fait de façon très simple, en montrant les pires côtés de l’humain. Lors des débuts de l’enquête, le père va appeler les contacts Facebook de sa fille, et se rendre compte qu’elle n’avait pas de « vrais » amis, mais des gens qui agissaient par intérêt car elle était forte en classe. Dès lors qu’elle disparait et que cela fait le buzz sur les réseaux sociaux, ces mêmes personnes n’hésiteront pas à faire des vidéos larmoyantes pour surfer sur le fait divers. La façon de faire est déplorable. Mais cela révèle une vérité crue de notre société, la recherche de notoriété, de clics faciles, au mépris de la déontologie et du respect. En ce sens, Searching – Portée Disparue est un film très intelligent.

Enfin, difficile aussi de passer à côté de la performance des acteurs. John Cho a dû faire preuve d’une concentration constante durant le tournage, car il est quasiment tout le temps à l’écran. Ajoutons à cela qu’il a dû s’improviser cadreur sur certains plans, il a fait un boulot de dingue. Il est crédible, on ressent son angoisse et ses émotions, mais aussi son désarroi face à sa fille qu’il connaissait bien mal en fonction de ses recherches. Debra Messing est elle-aussi très forte. Alors qu’elle ne doit rien laisser transparaître à cause de son métier, on la sent très touchée par cette enquête. Le final, glaçant, confirme son talent d’actrice et sa performance. Car jouer la comédie devant un écran d’ordinateur, ce n’est pas facile. Les seconds rôles sont aussi très intéressants.

Au final, Searching – Portée Disparue est un excellent film. Si les adeptes des beaux plans aériens et des musiques grandiloquentes seront forcément déçus, il n’en demeure pas moins que le film d’Aneesh Chaganty est une réussite sur le fond. Passionnant à suivre car il implique le spectateur dans son enquête, savamment écrit et extrêmement bien joué, ce thriller à tendance nouvelle technologie permet une autre approche du cinéma, sans pour autant le supplanter. Bref, une très bonne surprise.

Note : 16/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.