février 28, 2021

Riverdale Saison 3

D’Après une Idée de : Roberto Aguirre-Sacasa

Avec K.J. Apa, Lili Reinhart, Camila Mendes, Cole Sprouse

Pays : Etats-Unis

Nombre d’Episodes : 22

Genre : Thriller

Résumé :

Des querelles politiques ont divisé les habitants de Riverdale. Et la situation pourrait bien empirer après la mort inexpliquée de deux lycéens, victimes d’un mystérieux rituel satanique.

Avis :

Riverdale ne finit pas d’étonner avec ces scénarios toujours plus dingues les uns que les autres. Dans cette saison trois, le jeu de rôle est largement mis en avant ! Un bel hommage lui est rendu. Cela plaira aux amateurs du genre, ou à certains fans de la pop culture. Si vous n’y connaissez rien, ne vous en faites pas, tout vous sera expliqué. Ni moqué, ni jugé, malgré des passages un peu excessifs, le jeu de rôle constitue le centre de l’intrigue. Les premiers épisodes amènent tout de même leur lot de perplexité ; les effets spéciaux et certains costumes laissaient à penser à l’apparition d’une part de magie dans l’univers, alors qu’il n’en est rien. Ouf !

Comme pour les saisons précédentes, Riverdale s’ancre dans le réel, dans notre temps, mais en innovant pour apporter de la folie, et des scènes dignes de jeux vidéo ou de comics. L’univers reste cohérent tout du long, et ne cesse de se complexifier et de s’enrichir à chaque saison. Les héros n’en deviennent que plus attachants, plus travaillés et, de fait, bien plus intéressants. De plus, ils grandissent, murissent et apprennent à chaque fois de leurs erreurs.

La saison trois se poursuit sur près d’une vingtaine d’épisodes. Heureusement, de nombreuses sous-intrigues se dévoilent pour remplir chaque moment et ne pas permettre à des temps morts de s’installer. Malgré une légère longueur sur la fin de la série, le dernier épisode offre un moment si agréable et épique, qu’elle en est oubliée.

Histoires de sectes, complots maléfiques, jeux réalistes, drames familiaux, tueries inexplicables, passages en prison, batailles politique, trafics de drogue, procès interminables… Riverdale joue sur de nombreux tableaux pour ne jamais laisser souffler ses spectateurs. Toutes les intrigues s’enchaînent pour finir par s’entremêler et former un ensemble prenant. Chaque histoire trouve une conclusion satisfaisante, jamais bâclée, qui laisse le temps aux spectateurs d’apprécier le travail acharné des créateurs.

L’épisode quatre remonte dans le temps. Nous suivons alors les parents de la série en tant que jeunes étudiants. A cette époque, le jeu de rôle Griffons et Gargouilles commence à devenir populaire et à causer ses premières victimes. L’on redécouvre des personnages souvent moins posés en évidence : une Alice (mère de Betty) rebelle, du clan des Serpents, une Hermione (mère de Veronica) toute sage mais qui se questionne, un Fred (père d’Archie) artiste et sportif, un FP (père de Jughead) qui souhaite poursuivre ses études et renier son gang, et une Pénélope (mère de Cheryl) modèle, froide et calculatrice. Amis d’enfance, ennemis à l’âge adulte. Ces personnages se révèlent sous un jour nouveau dans cette saison.

Betty et Jughead enquêtent, tels de véritables détectives. Leur intelligence et volonté nous subjuguent toujours autant. De nombreux obstacles leur bloquent le passage, de nouveaux ennemis n’hésitent pas à les attaquer, et de terribles manigances les poursuivent. De son côté, Archie prend davantage les traits d’un personnage caricatural, notamment avec son passage en prison, sa fuite et ses combats de boxe. Veronica continue sa lutte infatigable contre son père Hiram, qui souhaite faire tomber son speak easy en s’acoquinant avec des revendeurs de drogues. Cette partie peine à se renouveler mais parvient à nous maintenir assez en haleine.

Comme dans les saisons précédentes, nos quatre héros finissent par se retrouver pour mener ensemble la lutte finale. Le courage de Veronica étonne, la témérité de Betty force le respect, l’esprit d’analyse de Jughead les sauve plus d’une fois, et Archie montre sa force de poigne. Ils sont tous attachants, chacun à leur manière.

Riverdale ne serait rien sans ses enquêtes foisonnantes, ses histoires multiples et ses personnages adolescents. Elle ne serait rien non plus sans son ambiance particulière, cette atmosphère sombre qui accompagne tous les épisodes. Cette obscurité accompagnée de magnifiques teintes de bleu et de rouge ; cette luminosité qui n’est pas sans nous rappeler étrangement les années quatre-vingt, notamment avec le diner Pop’s Chock’Lit Shoppe de la ville, ou le bar des années prohibition de Veronica, merveilleusement bien décoré. D’ailleurs, les chansons de certains épisodes restent de qualité ; les acteurs chantent et dansent à merveille !

La série Riverdale continue de nous charmer et de nous surprendre. Son intrigue principale, centrée autour du jeu de rôle, marque les esprits. Les scènes avec la Ferme, une secte bien mystérieuse, nous plongent presque dans un film d’horreur, et nous marquent tout autant. Et les dernières minutes, toutes en costumes médiévaux superbes et jeux machiavéliques, clôturent à merveille cette saison géniale. Meurtres et divertissements au rendez-vous !

Note : 19/20

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.