avril 13, 2021

The School Nurse Files Saison 1

D’Après une Idée de : Lee Kyoung-Mi

Avec Yu-Mi Jung, Joo-Hyuk Nam, Jo-Young Lee, Yoo Teo

Pays: Corée du Sud

Nombre d’Episodes: 6

Genre: Fantastique

Résumé:

En brandissant son épée lumineuse dans les coins sombres d’un lycée, une infirmière au don particulier protège les élèves de monstres qu’elle seule peut voir.

Avis:

Lee Kyoung-mi est une réalisatrice coréenne qui a commencé sa carrière au début des années 2000. Enchaînant les courts-métrages, elle se fait repérer par un certain Park Chan-wook, dont elle deviendra l’assistante réalisatrice sur son « Lady Vengeance« . Dès lors, Park Chan-wook voit en elle un énorme talent et décide de produire son premier long-métrage, « Crush and Blush« . Le film fera quelques festivals en Corée et remportera plusieurs prix. N’enchaînant pas de suite, la cinéaste mettra huit ans avant de présenter un deuxième film, « The Truth Beneath« . Changeant de registre, Lee Kyoung-mi s’aventure ici dans le thriller. N’attendant pas aussi longtemps avant de repasser derrière la caméra, c’est aujourd’hui sur Netflix que la réalisatrice vient présenter son nouveau projet qui cette fois-ci prend le forme d’une série télé en six épisodes d’une cinquantaine de minutes.

Sur Netflix, on trouve de tout et au rayon des ovnis, aujourd’hui, je me suis laissé tenter par « The School Nurse Files » et son histoire d’infirmière scolaire qui s’en va en croisade, armée d’une épée en plastique, défendre les élèves de son établissement contre… Eh bien, on se le demande encore, car « The School Nurse Files » est un énorme délire, dont on ressort avec le sentiment de n’avoir strictement rien compris, tant le show de Lee Kyoung-mi part dans tous les sens et surtout, tant ce dernier n’a ni queue, ni tête.

Ahn Eun Young a toujours été à part. Infirmière dans un lycée de Séoul, Ahn voit des monstres et des créatures étranges dans son quotidien et elle est la seule à pouvoir les voir. Armée alors de son courage et d’une épée en plastique lumineuse, elle s’en va en guerre contre ces créatures qui prennent possession des élèves…

« The School Nurse Files » est donc une série qui s’aventure dans le fantastique et son idée de départ est pour le moins fun et amusante. Ici, Lee Kyoung-mi nous propose de suivre les mésaventures d’une infirmière scolaire qui navigue entre deux mondes. Ainsi, notre brave infirmière se bat corps et âme, jour et nuit, contre des créatures qu’elle est seule à voir. Le pitch comme ça, est intriguant, car beaucoup d’idées et d’interrogations peuvent être mises en place, et notamment l’idée de folie. Peut-être que notre brave infirmière est tout simplement folle et qu’elle s’imagine des choses ou peut-être est-ce réel et la menace est grande. Bref, quoi qu’il en soit, au départ, « The School Nurse Files » est amusant. Mais ça, ce ne sera que dans sa théorie et son idée, car une fois qu’on s’y aventure, le show de Lee Kyoung-mi va se révéler être très particulier et surtout, il va nous laisser totalement sur le bas-côté, tant il s’aventure dans un très grand n’importe quoi.

En six épisodes, Lee Kyoung-mi a réussi à livrer une série totalement incompréhensible. On a beau essayer de s’accrocher, on a beau lutter pour rester dedans, pour affronter les longueurs qui s’enchaînent, avec l’espoir qu’enfin les interrogations et les mystères trouveront un petit quelque chose, un semblant de réponse, ou même d’intérêt, mais rien n’y fait et l’on reste dans l’attente encore et encore. Et ce sentiment est bien dommage, car la série est pleine d’idées et surtout, elle se paye un univers qui est intéressant.

Du côté technique, tout ce qui est fait autour des monstres et des créatures est assez cool. Il y a quelque chose d’original et de frais qui se dégage de la série. Les combats et les effets spéciaux sont très bons et beaux. Il y a vraiment quelque chose d’à part, quelque chose qu’on ne voit pas tous les jours, mais voilà, malheureusement, les très bonnes idées de Lee Kyoung-mi n’arriveront pas à nous sauver, et plus loin encore, à sauver la série de cet ennui infini ressenti.

Ennui qui se mélange à cette incompréhension totale que la série apporte. Pourquoi, comment, qui sont « les méchants », comment fonctionnent-ils, que veulent-ils ? La série ne répond à rien et ne fait que balancer ici et là des idées, des envies et rien, absolument rien, ne trouve de sens. Plusieurs éléments arrivent même comme ça (peut-être pour l’esthétisme, ou l’idée d’esthétisme, exemple la baleine au-dessus du lycée…), et s’en vont aussitôt, ce qui a tendance à rendre le tout agaçant, car en plus de rien n’y comprendre, finalement, entre ces personnages qui font n’importe quoi, cette histoire qui ne raconte rien, et cette saison, dont le final n’évoque rien (c’est bien simple, une fois les épisodes finis, on ne sait même pas si la série est terminée ou non, tant elle a ouvert des pistes, posé des questions et répondu à rien), une fois la série finie, on a la très désagréable impression d’avoir purement et simplement perdu son temps.

Je me serais donc accroché, avec l’espoir que « The School Nurse Files » fonctionne finalement comme un puzzle. Un puzzle qui mettrait en place des pièces, et tout trouvera un sens au bout d’un moment, mais rien n’y aura fait, je suis entré dans cette série en ne sachant rien et j’en ressors en ne sachant rien. C’est assez fou ce que Lee Kyoung-mi vient de faire avec cette série. Après, peut-être qu’un second visionnage permettrait d’en découvrir plus, et de comprendre quelque chose, mais comme le rythme est très inégal, et que finalement, on s’ennuie plus qu’autre chose, je n’ai pas envie me re-infliger ceci. Du coup, la conseiller ou non, je ne pourrais dire, tant le show est un immense délire bordélique. Moi, j’y suis allé, j’ai vu et clairement, Lee Kyoung-mi m’a vaincu… À vous de voir maintenant.

Note : 07/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.