décembre 2, 2020

Only You

De : Harry Wootliff

Avec Laia Costa, Josh O’Connor, Peter Wight, Orion Lee

Année: 2020

Pays: Angleterre

Genre: Drame, Romance

Résumé :

Alors qu’elle rentre un peu éméchée de sa soirée du nouvel an, Elena a une altercation avec Jake, qui convoite le même taxi. Ils sont alors loin d’imaginer qu’entre eux débute une histoire passionnée…
Fous amoureux l’un de l’autre, ils sont vite rattrapés par la réalité: quand on a dix ans d’écart et des rêves plein la tête, on ne doit pas brûler toutes les étapes. Leurs sentiments résisteront-ils au tourbillon de la vie ?  

Avis :

Harry Wootliff est une réalisatrice anglaise qui monte doucement. Scénariste pendant les années 2000, elle se forme à l’école de Bristol et passe peu à peu à la réalisation. Après deux courts-métrages, c’est son épisode sur la série « Coming Up » qui la mettra en lumière et qui lui ouvrira les portes pour réaliser un long. « Only You« , sorti il y a deux ans en Angleterre et acclamé par les critiques et les spectateurs, au point d’aller jusqu’au Bafta, arrive cette année chez nous directement en DVD.

Ayant eu un coup de cœur, il y a deux ans de ça, pour son acteur principal, Josh O’Connor, qui joue dans le merveilleux « Seule la terre » de Francis Lee, je me suis donc lancé dans ce que je pensais être une petite comédie romantique, comme on en voit tant. Or, derrière son affiche et son titre », Only You » est très loin d’être une comédie romantique. Non, « Only You » est un drame sur la difficulté d’avoir un enfant. Beau, humain, émotionnel, dur parfois, ce premier film de Harry Wootliff touche en plein cœur et l’on reste suspendu à ces personnages et leur histoire.

C’est le soir du réveillon de la nouvelle année, Elena rentre chez elle un peu éméchée. Trouvant un taxi, Elena va faire la rencontre de Jake, qui convoitait le même taxi qu’elle. Cette rencontre du fait du hasard, va alors donner naissance à une magnifique histoire d’amour. Une histoire faite de hauts, de très hauts même, mais aussi de bas, quand la réalité peut rattraper le rêve et abîmer les sentiments.

Pour son premier film, la réalisatrice Harry Wootliff a choisi d’aborder un sujet assez difficile et pas si souvent aborder que ça, la difficulté d’avoir un enfant et comment cette dernière finit par abîmer un couple.

« Only You » commence comme beaucoup de comédie romantique. « Only You », c’est une rencontre faite par le fruit du hasard, et d’un coup une « fusion » nait entre ses personnages. On pourrait reprocher à Harry Wootliff d’aller un peu trop vite et ne pas vraiment laisser cette relation s’installer. La réalisatrice gère assez mal le temps qui passe dans son film, ce qui donnera une impression au départ que tout se passe sur deux jours et par la suite, le récit fait des bonds assez maladroits dans le temps. Pourtant, malgré ça, « Only You » est un film qui envoûte par la sincérité et l’émotion qui se dégage constamment de lui. Harry Wootliff a réussi à capturer quelque chose d’instantanée et de très vraie chez ses personnages et dans leur histoire.

Puis cette relation, cette histoire d’amour naissante, n’est qu’à moitié le sujet du film de la cinéaste, qui avec ses personnages a envie de parler d’autre chose, de plein d’autres choses même, puisque « Only You« , derrière cette superbe rencontre, est un film très riche en sujets. Des sujets parfois maladroitement développés, comme la différence d’âge entre ces personnages qui est de dix ans. On sent que la réalisatrice tient à en parler, mais elle ne fait que survoler ça. Après, il faut aussi dire que son autre sujet, le plus important, tient tellement de place qu’il est difficile de tout conjuguer. L’autre sujet, c’est l’envie d’avoir un enfant, la difficulté de concevoir, l’espoir d’une famille et au-delà ça, plus profond encore, la famille, plus que le couple, était-elle forcément définie par le fait d’avoir un enfant. Très beau dans son développement, très touchant dans ses émotions, intime, toujours juste et sensible, ce sujet est le cœur de « Only You« , et l’on se laisse complètement emporter par ce scénario et cette mise en scène, qui sont tous deux le fruit du travail de la metteuse en scène.

En parlant de mise en scène, « Only You » est très réussi de ce côté-là aussi. Simple, plein de tendresse, Harry Wootliff conjugue très bien romance, drame, détresse même et soupçon de comédie. « Only You« , c’est un film qui touche de par la simplicité des sentiments, des émotions et au-delà de ça, des moments de cette tranche de vie qui est filmée. L’émotion est présente tout du long, et Harry Wootliff nous fait passer deux heures aussi belles que difficiles, aussi romantiques que tristes, aussi drôles et touchantes.

Puis enfin, l’atout majeur de « Only You« , c’est son couple d’acteurs. D’ailleurs, les deux comédiens sont si bons et leurs personnages si forts, qu’on ne retient qu’eux et on pourrait reprocher qu’il n’y ait pas d’autres personnages en plus. Après, on trouve une Laia Costa incroyable, qui après « Victoria » de Sebastian Schipper confirme qu’elle est bien une actrice importante. Et face à elle, on retrouve l’une des plus belles révélations d’Angleterre de ces dernières années, Josh O’Connor, qui comme Costa est bouleversant.

Ce premier film entre maladresses et émotions, se révèle surtout superbe. Ne vous laissez pas avoir par ce titre et cette affiche qui laisse entrevoir une comédie romantique comme nos amis britanniques savent les faire, non, « Only You » est un drame qui soulève des questions aussi intéressantes qu’importantes. Puis comme on le disait, le tout est emporté par deux acteurs bouleversants de vérité, de complicité et d’amour tout simplement. Bref, on est totalement sous le charme.

Note : 17/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.