décembre 2, 2020

Le Tueur

De : Cédric Anger

Avec Gilbert Melki, Grégoire Colin, Mélanie Laurent, Sophie Cattani

Année : 2008

Pays : France

Genre : Thriller

Résumé :

Paris, veille de Noël. Léo Zimmerman est un homme d’affaires qui ne jure que par le sourire de sa fille qu’il chérit par-dessus tout. En apparence, sa vie est exemplaire. Pourtant, lorsque Dimitri Kopas débarque dans son bureau en se faisant passer pour un client ordinaire, Léo comprend qu’un contrat a été passé sur sa tête et que le jeune homme est là pour l’exécuter. Dévoré par l’angoisse et la paranoïa, ne dormant plus, Léo décide de venir à la rencontre du tueur et lui propose un étrange marché.

Avis :

Journaliste dans les années 90 pour les cahiers du cinéma, c’est à partir des années 2000 que Cédric Anger se lance vraiment. Il va entrer par la porte du scénario et collaborera avec Xavier Beauvois sur « Selon Mathieu » et surtout sur « Le petit lieutenant« , film qui raflera plusieurs nominations aux César. En 2002, Cédric Anger tourne un court-métrage qui se déroule dans un univers policier. Puis enfin, après encore quelques scénarios, en 2008, Cédric Anger arrive dans les salles de cinéma avec un premier long-métrage.

Cédric Anger est un réalisateur dont apprécie le cinéma, enfin pour ce que j’en ai vu, c’est-à-dire que deux films, « La prochaine fois, je viserais le cœur » et « L’amour est une fête« . Depuis 2008 et ce premier film, Cédric Anger n’a pas tourné beaucoup, préférant prendre son temps pour choisir ses sujets et écrire ses films. Aujourd’hui, on revient sur ce premier essai qui sur le papier avait vraiment de quoi être intéressant. Intéressant d’autant plus que Cédric Anger s’est très bien entouré. Malheureusement, « Le tueur » n’arrivera pas à intéresser et entre sa froideur et l’ennui qui s’impose, plus le film avance et plus l’on se fiche royalement ce qui pourrait arriver aux personnages. Dommage.

Paris, Léo Zimmerman, la quarantaine, est un homme d’affaire qui a tout réussi. Marié, sa plus belle réussite est sa fille, qu’il chérit par-dessus tout. Depuis quelque temps, Léo ne se sent pas à l’aise et lorsque Dimitri Kopas, un matin, entre dans son bureau, se faisant passer pour un homme ordinaire, Léo comprend qu’il y a un contrat sur sa tête. Stressé, angoissé, Léo va alors entrer en contact avec le tueur pour prendre les choses en mains et décider le jour et l’heure de son exécution.

« Le tueur« , premier film de Cédric Anger, est un métrage qui partait sur les bonnes voies, avec une idée qui était intéressante. Un homme se sachant traqué, décide de prendre contact avec son tueur afin de lui laisser le temps de partir serein, ayant fait ce qu’il avait à faire avant. Avec cette idée qui a tout son intérêt, « Le tueur » démontre bien que Cédric Anger voulait emprunter d’autres chemins. Ce sentiment est d’ailleurs d’autant plus soutenu que le jeune cinéaste a choisi de faire un film de genre pour son premier long-métrage.

Malheureusement pour nous et pour son réalisateur, « Le tueur » ne va pas du tout atteindre sa cible et Cédric Anger, si on lui remarquera bien l’ambiance sombre que tient son film, n’arrivera pas à nous accrocher. « Le tueur« , c’est le genre de film qui a une idée, et qui donne la sensation de ne pas vraiment savoir quoi faire avec. Que ce soit du côté de son scénario ou de sa mise en scène, « Le tueur » est un film qui n’arrive jamais à nous emporter. Son intrigue porte peu d’intérêt, et les personnages sont si froids, que très vite on se rend compte qu’on se fiche bien de savoir si l’un d’entre eux va s’en sortir, et comment ce pauvre Gilbert Melki peut s’en sortir. En fait, « Le tueur » est un film qui manque de vie. C’est un film qui étouffe ses personnages. Des personnages qui n’avancent jamais et donnent une sensation très désagréable d’être vides. On ne sait rien d’eux ou presque, et une fois cette très longue heure et demie passée en leur compagnie, on n’en saura pas plus.

Je ne sais pas si c’est parce que son histoire n’est pas accrocheuse, mais pour le coup, on ne pourra même pas se satisfaire avec ces comédiens, car hormis Mélanie Laurent qui est un petit vent de vie, que ce soit Gilbert Melki, Grégoire Colin ou Sophie Cattani, tous sont éteints, et Cédric Anger n’arrive pas forcément à tirer quelque chose. Franchement, Grégoire Colin en tueur à gages, ça a bien du mal à passer, et Gilbert Melki, on a finalement bien du mal à croire en ce personnage.

Pour son premier film, Cédric Anger laisse déjà apparaître qu’il sait créer une ambiance. Si son film n’arrive pas à avancer, si sa mise en scène est souvent ennuyeuse et plombante, il n’empêche que le réalisateur tient sa ligne jusqu’au bout, et même si l’ennui arrive devant ce film, même si ce dernier n’arrive pas à nous tenir, entre sa photographie grise et sans vie, et quelques idées par-ci par-là, « Le tueur » tient une bonne atmosphère.

Ce premier film pour Cédric Anger est donc une belle déception et c’est vraiment dommage, car il y avait de l’idée. Son intrigue, dans son idée, n’est pas mauvaise et le film tient une bonne atmosphère et si ces deux-là s’étaient rencontrées, il est certain que ce « … tueur » aurait donné quelque chose de fabuleux. Ce premier essai est donc ennuyant et peu intéressant, mais à contre sens, il laisse entrevoir un jeune réalisateur à l’œil et l’idée intéressante.

Note : 05/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.