janvier 19, 2021

Garçon Chiffon

De : Nicolas Maury

Avec Nicolas Maury, Nathalie Baye, Arnaud Valois, Théo Christine

Année : 2020

Pays : France

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

Jérémie, la trentaine, peine à faire décoller sa carrière de comédien. Sa vie sentimentale est mise à mal par ses crises de jalousie à répétition et son couple bat de l’aile. Il décide alors de quitter Paris et de se rendre sur sa terre d’origine, le Limousin, où il va tenter de se réparer auprès de sa mère…

Avis :

Nicolas Maury est un acteur qui « traîne » dans le cinéma français depuis plus d’une vingtaine d’années. Abonné au cinéma d’auteur, le comédien a tourné pour Patrice Chéreau, Philippe Harrel, Riad Satouf, Noémi Lvovsky, Rebecca Zlotowski, Emmanuelle Bercot, Yann Gonzalez. Le succès et la révélation au grand public, Nicolas Maury l’obtient en 2015, quand il décroche le rôle d’Hervé dans la série « Dix pour cent« .

La réalisation n’est pas une envie toute neuve pour Nicolas Maury, le jeune homme ayant déjà réalisé un moyen métrage en 2010, mais aujourd’hui, la médiatisation aidant, on lui fait assez confiance pour la réalisation d’un premier film et voici donc que débarque dans nos salles pour deux jours (et oui reconfinement…), « Garçon Chiffon« , un premier film aussi touchant que bancal. Un premier film qui dégage un bel univers, qui laisse imaginer un réalisateur solaire qui saura trouver sa place dans le paysage du cinéma français.

Jérémie, la trentaine, a bien du mal à faire décoller sa carrière de comédien. Alors que dans son couple, ça va très mal, Jérémie étant plus que jaloux, ce qui a tendance à épuiser son compagnon, le jeune homme vient d’apprendre qu’il était finalement débouté d’un rôle qu’il venait de décrocher. Étant plongé dans le flou, ne sachant pas vraiment où il en est, et surtout devant à tout prix décrocher le rôle de son futur casting, Jérémie prend la décision de partir quelques jours au calme chez sa mère.

Pour son premier long-métrage, Nicolas Maury a décidé de peindre le portrait d’un garçon très spécial. Un garçon qui a du mal à entrer dans le monde, et qui navigue quelque peu en marge de celui-ci. « Garçon Chiffon« , c’est une sorte d’autoportrait de son acteur, ou du moins, c’est un film où il y a beaucoup de personnel qui compose le portrait de ce jeune homme fragile et ambitieux à la fois.

Joliment tendre, parfois amusant, quand d’autres fois le film se fait touchant, « Garçon Chiffon » demeure néanmoins un film bancal. Un film qui a une tendance à trop en mettre, à trop vouloir en raconter et ce n’est pas toujours forcément très juste.

Cette sensation de bancal, on la retrouve dans le fil rouge de « Garçon Chiffon« , le jeune réalisateur oscillant entre des moments assez magiques de tendresse, et d’autres où les névroses d’acteur donnent un film autocentré qui, s’il peut être intéressant sur certains points, laisse une sensation de prétention et de suffisance, comme s’il s’écoutait parler ou que ce « Garçon Chiffon« , de ce côté-là, servait de thérapie. D’ailleurs, ce sentiment, on ne le trouve que sur ces moments où l’acteur aborde le métier d’acteur. Car oui, hormis ceci, le reste de ce « Garçon Chiffon » va chercher du côté du merveilleux. Que ce soit dans la relation avec sa mère, quand il parle du deuil, de l’adolescence, ou encore, quand il parle d’amour et de couple, Nicolas Maury touche droit au cœur et nous envoûte. Il y a beaucoup d’humanité, de chaleur et de drôlerie qui se dégagent de tous les malheurs de son personnage, qui malgré ce côté autocentré arrive sur l’ensemble à être touchant.

C’est entre François Ozon et Christophe Honoré que Nicolas Maury pose sa caméra, pour mélanger les univers et les adapter à quelque chose qui lui ressemble. Si là encore, « Garçon Chiffon » est bancal, avec une tendance à se faire trop long, le réalisateur ayant du mal à conclure son odyssée, il faut néanmoins lui reconnaître qu’il développe un joli univers. « Garçon Chiffon » a quelque chose de spécial qui colle très bien avec la vue de son personnage. Décalé et drôle (le craquage de Laure Calamy mérite à elle seule le détour !), Nicolas Maury arrive très bien à faire bousculer son film quand l’intrigue de ce dernier le demande, et se fait plus sensible. Ainsi, comme je le disais, le jeune metteur en scène nous touche avec des scènes superbes. J’y reviens, mais tout ce qui tourne autour du couple est superbe.

Du côté de son casting, on retrouve Nicolas Maury derrière, mais aussi devant la caméra, l’acteur se donnant le premier rôle, et si parfois, son personnage a une tendance à s’écouter parler et se créer des problèmes pour pas grand-chose, il faut aussi reconnaître qu’il n’y avait que Nicolas Maury pour interpréter Jérémie et surtout pour le rendre attachant, malgré les défauts. Face à lui, on retrouve une touchante Nathalie Baye et un Arnaud Valois qui est décidément l’une des plus belles révélations du cinéma français. Il faut aussi noter un excellent Théo Christine, qui s’impose avec charme.

Cette première réalisation n’est pas dénuée de défauts, Nicolas Maury en mettant trop, ce n’est pas toujours très juste, et parfois, il s’écoute parler, mais sur l’ensemble, ce « Garçon Chiffon » se fait touchant, sensible, à fleur de peau et drôle, puis au-delà de ça, ce premier film laisse apparaître un jeune réalisateur qui a son univers, et il propose quelque chose d’intéressant. Je reste curieux de voir ce que Nicolas Maury va nous proposer dans l’avenir.

Note : 12/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.