décembre 2, 2020

Rainlight – Lost in Time

Avis :

Ni Hard, ni Rock, ni même Pop, le monde de l’AOR est un endroit étrange où sévissent quelques groupes qui n’ont pas trop de renommée. Si on peut trouver quelques élans AOR chez des types comme Bon Jovi, il faut surtout retenir que c’est un rock mid-tempo, souvent mou du genou et qui est fait pour raconter des histoires d’amour à la radio. Bref, un genre que l’on n’affectionne pas trop pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que bien souvent, c’est cucul la praline. Et puis aussi parce que musicalement, ça ne va jamais pisser bien loin. Néanmoins, comme c’est un monde un peu à part, comme le Rock Chrétien, on peut s’y intéresser de temps à autre, comme c’est le cas ici.

Rainlight est un groupe canadien dont on ne sait que très peu de chose. En effet, plutôt discret sur les réseaux sociaux, Lost in Time est leur premier album. Sans aucun label, autoproduit, les canadiens ont tout fait de A à Z et rien que pour cela, ça mérite le respect. Cependant, comme dit auparavant, l’AOR est un rock qui ne nous parle pas vraiment. Un peu lent, un peu guimauve, on ne se retrouve pas forcément dans ce style, et cet album ne va pas être une exception. Sans être catastrophique ou trop laborieux, Lost in Time se perd dans une direction artistique un peu feignasse, une bonne technique perdue dans un marasme ambiant un peu trop rose à notre goût. Bref, voyons voir plus en détail ce qui nous gêne là-dedans.

Le skeud débute avec Field of Souls et le démarrage est plutôt encourageant. Une ambiance un peu sombre, un petit riff qui rappelle les années 70, on se prend à espérer. Puis déboule alors la mélodie, le chant clair sans aucune vraie marque ou puissance et on se retrouve face à un truc redondant qui manque d’énergie et de puissance. Disons que l’on a l’impression d’être constamment sur la même ligne de tempo. Même le break est trop léger. Cela ne va pas forcément s’arranger avec Rain Soldier et sa rythmique toute molle qui espère faire un petit gothique avec des cloches pour ambiancer le tout. Globalement, on ne peut rien dire sur la technique, les mecs sont bons, mais tout ça manque d’impact, d’une volonté de rentrer dans le tas. Et cette sensation de mid-tempo, de mollesse, on la retrouve tout au long de l’album, notamment sur Howling, Time Can’t Wait ou encore Under Your Spell.

Et si ce côté langoureux et un peu faignant sur les bords prédomine, on sera aussi peu touché par les titres qui jouent sur la corde sensible. Since You’ve Been Gone fait ultra ringard et accumule des années de retard. On plonge clairement dans ce que les années 80 avaient de plus cliché et on y va à fond. Même le chanteur en fait des caisses avec sa petite voix et rien ne marche. Au lieu de nous toucher, ça nous fait plus rire qu’autre chose. Dans un autre genre, Spiders se pose aussi comme un titre raté et daté, restant sur une ligne directrice toute plate, sans aucune variation, espérant peut-être faire chavirer les cœurs lors de petits concerts dans des bars. Et Whispering Words, qui clôture l’album, manque d’envergure, d’amplitude et cela est certainement dû à un manque de budget dans la production de cet album.

Fort heureusement, tout n’est pas à jeter dans cet album. Si globalement les morceaux sont trop calibrés et manquent de finesse ou d’inventivité, les musiciens sont bons, voire même très bons. Certains solos sont bien placés, on sent qu’il y a du métier mais aussi un plaisir à jouer. Seul le chanteur manque de coffre et d’une identité vocale. Ensuite, pour parler de quelques compos, on trouvera des titres qui sortent un peu du lot, comme Why so Serious ? qui est un peu plus nerveux que la moyenne ou encore You’ll Never Know qui prouve que le groupe est capable de sortir de sa zone de confort et de produire des trucs un peu plus Hard, évitant soigneusement le doucereux qui pique un peu trop la gorge.

Au final, Lost in Time, le premier album de Rainlight sorti en 2018, est un effort qui manque d’un peu de tout. Trop mou, trop mielleux, sans véritable marque de fabrique ou d’identité, le groupe propose un AOR (ou un Rock selon votre définition) trop fade et qui manque peut-être d’ambition. Si l’on excepte deux titres plutôt sympathiques, on peut faire la tronche face à des musiciens de qualité qui plongent tête baissée dans la facilité et c’est bien dommage… Surtout quand on sait que certains des membres conseillent Iron Maiden, Within Temptation ou Avantasia

  • Field of Souls
  • Rain Soldier
  • Why so Serious
  • Howling
  • Since You’ve Been Gone
  • Tonight
  • Time Can’t Wait
  • Spiders
  • You’ll Never Know
  • Under Your Spell
  • Whispering Words

Note : 08/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.